Expropriation

De
Publié par

Comment une femme pourrait-elle changer de vie? On ne change pas de vie même si on le dit. Parfois, on dit: "Il faudrait peut-être que je change de vie", et déjà, on est dans le peut-être. Changer de vie, on le dit moins fort, on le murmure, on y pense, on ferme les yeux et puis, on continue. Cette femme ne change pas de vie. Cette sortie violente hors des murs, hors de tous les murs, les murs domestiques, les murs politiques, les murs sexuels, cette sortie s'appelle Expropriation.
Publié le : jeudi 1 décembre 2005
Lecture(s) : 220
EAN13 : 9782296422162
Nombre de pages : 102
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

EXPROPRIATION

Ouvrages du même auteur

Diagonale de l'Exil, roman, L'harmattan, (colI. Ecritures)

Anne v. MÜNCH-BERKOUK

EXPROPRIA TION

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L u 14-16 IOS3 Budapest Espace L'Harmattan Kin.ha.a L'Harmattan Italia Via Degli Arti.ti, IS 10124 Torino ITALIE L'Harmattan Burkina Fa.o 1200 logement. villa 96 12B226O Ouagadougou 12

Fac..des Sc Sociale., Pol. et Adm. , BP243, KIN XI Univer.ité de Kin.hasa

- RDC

www.librairieharmattan.com Harmattanl @wanadoo.fr diffusion. harmattan @wanadoo.fr @ L'Harmattan, 2005

ISBN: 2-7475-9684-2 EAN : 9782747596848

PREMIERE

PARTIE

Die Mutter, la MERE

Elle dirait maintenant j'en ai assez et elle partirait. Elle poserait l'économe sur la table, dénouerait son tablier et quitterait la cuisine. Elle ne se retournerait pas. Je ne suis pas défoncée. Je me casse, je mets les voiles. Je m'arrache. Depuis le temps. Elle mettrait un tailleur clair, un chapeau clair, des escarpins. Ces escarpins neufs qu'elle avait achetés l'année dernière avec la vague idée d'entreprendre un jour un petit voyage et qui avaient sommeillé dans son armoire, presque usés à force d'attendre. Elle ne se regarderait pas dans le miroir de la penderie. Ce miroir ne lui renvoyait plus rien depuis longtemps. Je ne suis pas défoncée. Il n y a personne. Absolument personne. Rien n'a bougé. Depuis le temps. Pas d'un iota.

Du sang. Rouge, noir, et de la merde. Marron, marron jaune sur le carrelage blanc. Blanc comme celui de l' œuf, le blanc de l'œuf, et le sang, et la merde étaient tâches visibles, éclaboussures choquantes, signes évidents du désastre. Liquide était le sang, mais épais aussi, presque caoutchouteux, une vraie pâte; liquide était la merde, presque de l'eau colorée, lâchée à gros jets par les sphincters. Elle avait regardé goutter le sang, il dégoulinait doucement sur la porcelaine, coulis juteux, pulpeux et obscène; une lave rampant hors du cratère, hors des entrailles éventrées de la terre. La terre était sa chair, explosée comme celle d'un fruit blet. C'est ma faute. Je suis une catin. Une traînée. Sale pute. Sale pute. Je vais te massacrer. Je vais te découper en morceaux. Ce sont les mots qui taillent dans le vif, qui font gicler le sang, le sang, les mots, la merde. Malgré la douleur cuisante qui hurlait dans son œil droit, elle avait regardé ce sang avec froideur, comme une scientifique, comme si ce sang était celui d'une autre. Une belle texture que le sang, vraiment, sombre et rauque, un sang venneil et glorieux, celui des agneaux, des bœufs les plus sains de l'abattoir, un sang bleu et plein d'opulence, mon sang. Ferme ta gueule. Ferme ta sale gueule de pute. Tu veux que j 'te dise? Tu me dégoûtes, gros tas de merde! Gros tas! Sale pute! Au premier coup, elle avait tournoyé sur elle - même comme une toupie tout en reculant de près de deux mètres et elle avait senti les sphincters qui lâchaient la peur et sa purée. Le sang, la merde, les deux matières résiduelles de sa présence au monde. Maintenant son corps est maintenu par des mains, elle ignore à qui sont ces mains, il flotte comme une planche, les chevilles tournées vers le ciel. Sur le haut de chacune d'elle 10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.