Fortunae

De
Publié par

Fin du IIIe siècle, c'est dans une Rome en pleine mutation que se nouent les destinées des personnages : Albius Flaccus, jeune verrier, se voit subitement contraint à l'esclavage ; le cœur d'Aleydis s'exalte pour l'idéal chrétien ; la muette Svenhild se voit assurée par la voix de ses runes que l'amour et la liberté croiseront son chemin. Mais les dieux sont joueurs et aiment à nous surprendre. Fondé sur des recherches rigoureuses, ce roman nous fait découvrir avec passion des épisodes oubliés de la grande histoire de l'Empire romain.
Publié le : jeudi 5 novembre 2015
Lecture(s) : 36
EAN13 : 9782336397009
Nombre de pages : 353
Prix de location à la page : 0,0157€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Chloé DUBREUIL F tunae De pourpre et de cendres…
Romans historiques e Série III siècle
09/11/15 02:35
Fortunae
Romans historiques Cette collection est consacrée à la publication de romans historiques ou de récits historiques romancés concernant toutes les périodes et aires culturelles. Elle est organisée par séries fondées sur la chronologie. BONNERY(André et Michèle),Il faut détruire Carthage, 2015. PINTAUX(Philippe),Vous reviendrez à Berlin-sur-Meuse, 2015. RODHAIN(Claude),Fanquenouille. Un gueux à la cour de Louis XV, 2015. RUIZBOTELLA(Rodrigue),Thibaud sur les routes de l’an mille, 2015. e DUFOURCQ-CHAPPAZ(Christiane),Une lignée de verriers au XIX siècle. Itinéraires de petits-bourgeois, 2015. CHAUVANCY(Raphaël),Soundiata Keïta. Le lion du Manden, 2015. MONTAGU-WILLIAMS(Patrice),La guerre de l’once et du serpent. Nordeste brésilien. Septembre 1939, 2015. JOUHAUD(Fred),Le dernier vol du Capricornus. Un hydravion dans la tourmente, 2015. SALAMÉ(Ramzi T.),Les rescapés. Liban 1914-1918, 2015 MAAS(Annie),Le fils chartreux de Barberousse, 2015. JOUVE (Bernard),Le maréchal de Richelieu ou les confessions d’un séducteur, 2014. IPPOLITO (Marguerite-Marie),Mathilde de Montferrat, Comtesse de Toscane, 2014. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le sitewww.harmattan.fr
Chloé DUBREUILFortunae
De pourpre et de cendres…
Du même auteur Romans Vertige d’un ailleurs, Éditions du Mot Passant, 1998 Le goût des choses, H.B. Éditions, 2005 Le temps d’Uranie, Éditions L’Harmattan, coll. « Roman historique », 2008 Yéshoua, Au nom du Fil, Éditions Télémaque, 2012 Nouvelles L’Amant-Songe, Le « A » Martin Éditions, 2000 Le sourire de l’iguane, Éditions D’un noir si bleu, 2010 Monographies Toiles… Émoi (François-Auguste Ravier),Éditions Au même titre, 2002 En couverture :Charles Gleyre (Chevilly, 1806 – Paris, 1874) Les Romans passant sous le joug, 1858, Huile sur toile, 240x192 cm Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Commande de l’Etat de Vaud, 1850. Inv.1362 Photographie : Jean-Claude Ducret, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne. © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07447-4 EAN : 9782343074474
PERSONNAGES PRINCIPAUX Par ordre d’apparition
Albius Flaccus Ravilla Vestorius Flaccus Calvus,oncle d’AlbiusDioclès,futur Dioclétien®Maximien,futur Maximien Hercule®Numérien,empereur en charge des provinces orientales de Rome®Arrius Aper,beau-père de Numérien®Svenhild,esclave funambule, nièce d’un roi francMyrmex,nain acrobateAtuo,porcher gaulois, et Bagaude Brannogenos,le fils du corbeauMélissa,épouse d’AtuoPhoetis,prostituéeKaeso,barbierTitus Volusianus Tertius,sénateur romain Eulampios,homme de main du sénateurAleydis Volusiana,fille du sénateurLa Lygienne,servante d’Aleydis Galla, régisseur du domaine Metellius Clodius,ingénieurYarhai Malikû,irénarque de Palmyre Manlius Roscius Murena, questeurEutropia,épouse de Maximien®Élien et Amandus,chefs des Bagaudes®Torpnos,lieutenant d’Élien Grégorius,juriste d’État® Eumène,secrétaire d’État® Délia,fille adoptive d’AtuoDomna Annia,épouse du procurateur des comptes Manathus TaurusPrisca,épouse de Dioclétien®Sebastianus, futur saint Sébastien® Johhanka, Bagaude Flavius Mauricius,tribun de la légion thébaine® Gaia Caecilia,tante d’Aleydis Volusiana
Le signe®indique que ces personnages ont réellement existé.
Depuis des temps immémoriaux, la parque Decima ne se lasse pas de disposer le fil sur le fuseau des destinées humaines. De ses amours avec Jupiter, le meilleur, le plus grand, ne pouvait naître qu’une reine au cœur inconstant. « À toi donc, Fors Fortuna, déesse Fortune qui fais trembler les empereurs sous leur pourpre et s’incliner devant ton front d’airain des nations toutes entières, le droit de changer en deuil d’éminents triomphes ou d’élever des mortels de la condition la plus humble aux plus hautes gloires. »
*
Rome,19 mars de l’année 284 sous les empereurs Carin et Numérien.
La rumeur de la plèbe ne se fait plus entendre, le jour et son dôme de nuages gris s’est évaporé ; il n’est plus question de lumière et de vie dans les entrailles de Rome. Le monde est noir, cerné par une puanteur sans nom. Noir et brumeux comme les marais du Styx. Que dissimule-t-il ? Un peuple de misère, des charognes soumises à l’appétit des rats. Albius n’aurait pas dû s’aventurer dans le Grand Egout de la ville, il n’aurait jamais dû croire que son oncle pût avoir échoué là. Il défaille - l’odeur est insupportable -, se plie en deux pour vomir sa répugnance, ce qui éteint aussitôt la chandelle de sa lanterne. Lorsqu’il se redresse, les ténèbres lui font pousser un geignement qui se répercute sous les hautes voûtes de pierre. En tâtonnant, il réussit à trouver dans sa besace un bâtonnet soufré qu’il allume en le frottant contre le silex rangé dans son briquet. Il l’avance vers la mèche de sa chandelle. Un soupir de soulagement lui échappe. La lueur qu’elle dispense est maigre et cependant suffisante pour lui permettre d’avancer sans crainte de frôler l’un des sales rongeurs qui infestent les lieux. Le clapotement de l’eau chargée d’immondices atténue si peu le silence oppressant… Albius Flaccus Ravilla se retourne un instant pour regarder les marches qu’il vient de descendre, luisantes d’humidité comme l’air qu’il respire. Il peut encore faire demi-tour, remonter à la surface, pousser discrètement la grille qui s’ouvre sur le Forum et rentrer mettre à chauffer le four, tailler les blocs de verre. Il pourrait le faire, mais qu’adviendra-t-il de lui sans son oncle Vestorius à ses côtés ? Il doit savoir si le maître verrier a réellement rejoint les mânes de leurs ancêtres. N’est-ce pas ce qu’a suggéré le tavernier auprès duquel l’artisan
prend habituellement ses paris ? Le Thrace suit de près les affaires de ses clients et pour lui Vestorius ne s’est pas comporté comme attendu. Des messages ont été adressés aux comptoirs de la rue des Argentiers, l’un des tessons de poterie est revenu marqué d’une lune noire, funeste. Par Poros, à quel expédient as-tu été conduit, mon oncle? Albius resserre les doigts sur le bâton dont il a pris soin de se munir. Il ne s’habituera pas à l’âcreté des lieux, elle lui picote les yeux, le fait haleter, mais après une nuit de veille, il a pris sa décision et il s’y tiendra. Cinq jours sont passés sans que son oncle ne réapparaisse. Cinq jours à attendre dans l’inquiétude, avec le pressentiment d’un bouleversement à venir. Il semble bien cette fois que les usuriers de Vestorius aient perdu patience… Le Romain se fige. La clarté vacillante de sa lanterne ne lui a pas permis de l’apercevoir plus tôt, mais un corps boursouflé est étendu à dix coudées de lui. Les yeux gris pâles se plissent, le fin visage se tord. Sans même s’approcher, il devine que le corps n’est plus qu’un cadavre ; l’odeur de putréfaction qui s’en dégage ne laisse planer aucun doute. Albius avance d’un pas, les jambes tremblantes ; les rats sont déjà à l’œuvre. La nausée s’invite de nouveau en lui, il a un hoquet, place vivement une main devant sa bouche avant d’expirer longuement, à petits coups hachés. Il ne tiendra pas longtemps dans ce cloaque. Sur combien de chevaux Vestorius a-t-il encore parié ? Sa rage à manier ses monnaies l’a perdu de réputation, a fini par lasser la Chance. Et maintenant… Le froid glacial de l’endroit tombe sur le cœur d’Albius. Il resserre les pans de son manteau sur sa tunique rapiécée, remonte sa capuche sur ses courts cheveux noirs, précocement nuancés d’une mèche grisée, et se dirige vers le cadavre. Mais des prunelles d’or surgissent brusquement de l’obscurité, faisant aussitôt s’éparpiller les rats. Albius retient son souffle, les prunelles obliquent, il aperçoit subrepticement une robe couleur brune au ras du sol avant de percevoir un couinement aigu. Une belette en chasse… Il n’attend pas, se précipite au-dessus de la dépouille de l’homme, dégage son visage du bout de sa chaussure de cuir. Le bas de sa face a disparu, des lambeaux de chair arrachée, mais les furoncles qui pointent sur son front n’ont rien de commun avec son oncle. L’envie de fuir le reprend. Pourtant le Thrace l’a affirmé : après avoir été roué de coups, Vestorius a été jeté là deux nuits plus tôt, nécessairement là, quelque part dans ce boyau putride. Albius jette un œil à sa lanterne, la mèche de la chandelle se consume doucement. Depuis le jour où il a rasé son premier duvet, il vit dans la peur d’un moment pareil à celui-ci. Et sa peur l’a rendu lâche. Lâche comme ces millions d’âmes libres ou serviles qui susurrent « Ne nous abandonne pas ! » à un empire revenu aux origines du monde, quand l’univers entier n’était que chaos.
8
Albius en atteste Jupiter, il n’en sera plus de même pour lui. Les cinq années qui viennent de passer l’ont tenu au secret, il en a perdu le goût de sa ville et de ses fantaisies. Son aire de vie s’est peu à peu restreinte au seul quartier de l’Aventin où ils logent. Mais même si la pauvreté et la mort sont peu de choses sur cette terre gouvernée par les puissances d’en-haut, il ne fuira plus ; Vestorius ne lui laisse pas le choix. Les doigts qui serrent le bâton à s’en blanchir les jointures relâchent leur prise, les yeux de cendre prennent un étrange éclat vitreux. Sans un dernier regard au cadavre, Albius s’enfonce plus avant dans les ténèbres.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.