7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
a«uO  nsxeaprteiou prér ergln  uborpemèleva os cme oi-mêur su poocvu eédnu eir r donisra »e.trê ,isniA ,2691 neni eaptrJ cauqleer en As enseignte sraf F.eieugu Cauboamdoans leets c noonsugd eays au pxil on e nos ,eriruos ud jdec ve a éiamed eer ssuomlop neeuKhs rsmequ  édàj ,tes noa omi ques agitent  ellE .xd eiotôcr ou pureu dunlll eeme onar «girançes F comais,utton  eherc, ntsliehc c tnuq e ». Jacqs fuientecq uliashcna tonép rne uleelt--arevuort enileuonnaassice pans  eD?uqtês  aesà ntmelé éorsthis l ,seuqiuetcel eomannt rse m où  t lêne nteco énévenem etsdt nevaerutùo sahc r est entraîné dna snu eusti edrella ruop ertê-e tronncrea  l às  e eedettnuc n maldunrer libé urum elp a ocrait v P àdeonet, atuue,reds ioL.Bridier, Yvonne ustioprua cs nobonn Sorlle e, eneréfnocal à secMa. isare  dreîtirutera ev,ca juerche et de lécniamed e al hcerit vdaé  lnsdoe -002-34378-2:9SINBam.n uorvuaenon u don calibup al ,iuhdruo
Yvonne Bridier
ardnloseseetafguFu6-9902
Fugues et farandoles
au
   
   
 
 
  
             
  
F
GUUES ET 
             
AFARDNO
AU C AMBODGE  
 
 
ELS
 
  
 
 
  
 
                                                                                     
Yvonne Bridier                             FUGUES ET FARANDOLES AU CAMBODGE
   
  
 
  
 
D U MÊME AUTEUR      Sur un arbre perché , Bucdom éditions, 2003  
                                                                                                                                                                     © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00299-6 EAN : 9782343002996
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
à la mémoire de Marguerite Marie Dubois,
le Nétou tant aimé
 
 
 
  
 
C AMBODGE ,  1962
 
       Paris, Rome, Téhéran, Karachi, Bangkok : trente heures de voyage. À chaque escale, une nouvelle équipe de navigants monte à bord, les langues parlées changent, les couleurs de peau aussi. La distance sétire entre le connu et linconnu. Je méloigne peu à peu de ce qui mest familier. À Karachi, lorsque perchée en haut de la passerelle je mets le nez dehors, une vapeur torride mengloutit et me coupe le souffle. Descendant les marches, me protégeant les yeux dun ciel chauffé à blanc, je pose le pied sur un tarmac brûlant où ondoie en surface une nappe irisée. Éblouie jusquau vertige, je deviens soudain la pierre qui se détache au bord de la falaise. Je suis arrachée à mon histoire, suspendue, et libre. À laéroport de Pochentong, une jeep de lAmbassade mattend pour me conduire au centre ville de Phnom Penh. Je repousse à plus tard la recherche de mon bagage égaré et, une fois à lhôtel, éberluée de fatigue, je mécroule sur un lit. Je mendors aussitôt. Des claquements de portes, des bruits de savates traînant sur le carrelage, des rires aigus, des voix nasillardes, un souffle dair passant sur moi. Jouvre les yeux. Collé au plafond, un ventilateur besogne. Jai mal dormi. Jai accroché des bribes de sommeil les unes aux autres pour sombrer finalement dans une léthargie fiévreuse doù je sors, sans la moindre notion de jour ou de nuit. Allongée, immobile, jattends que se dissipe lenveloppe fumeuse qui menturbanne la tête. Dans le couloir de lhôtel, des appels, des exclamations. Soudain, javise sur le mur un insecte noir, long de plusieurs centimètres. Je pousse un cri. La porte sentrebâille, et un employé passe une tête
9