Génération spontanée

De
Publié par

Au coeur de la forêt se passent de bien étranges choses…

Publié le : lundi 15 septembre 2014
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791093004266
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait
Un rayon de soleil aventureux se coula entre les fentes parallèles du store de jonc tressé, zébrant l’épaule nue de Maïra la douce. Ce n’est qu’en poursuivant sa course entre les interstices du toit de branches ligaturées, puis en caressant au passage ses paupières fermées, pour en chasser les ombres, que le rai de lumière l’éveilla enfin. Elle s’étira avec délices, sur la couche d’herbes odorantes soigneusement choisies, dont le bouquet enivrant drapait son corps élancé pour une journée entière. Afin de conserver plus longtemps cette aura, cette signature olfactive inimitable de Maïra la ramasseuse d’herbes, elle ne se baignait qu’en fin de journée, lorsque la sueur, inéluctablement, finissait par imposer son aigreur face à ces odeurs mêlées.
Malgré ses dix-neuf printemps révolus, il lui semblait, parfois, que l’énigme de son corps étroit et oublié par le temps, de sa petite taille, de sa voix fragile et de sa peau d’éternelle enfant avaient été le tribut à payer pour s’affirmer, au fil des saisons, comme la mémoire et l’avenir du clan. Seule en effet à savoir, ou plutôt à ressentir certains pouvoirs des plantes ou des arbres, elle s’était peu à peu détachée des corvées et des soucis quotidiens pour prendre à sa charge une forme de conscience spirituelle du groupe, rythmée par chacun des interminables préparatifs aux départs. De ce fait, avait-elle encore des raisons, ou serait-ce à jamais illusoire de veiller à la douceur et au parfum de sa peau, de s’évertuer à soigner et à préparer son corps pour le cas où il se déformerait et saignerait un jour peut-être, signe troublant et mystérieux que pour elle aussi, le temps du départ s’était approché sans bruit ?
C’était ce qui venait de rattraper Fioina la blonde. Était venu le jour où le clan tout entier se mobilisait pour la préparer, pour qu’elle soit lisse, parfaite, nourrie et radieuse, toute crainte effacée, à l’aube de son voyage sans retour.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Peau vive

de editions-de-la-grande-ourse

suivant