Gott Le retour vers la terre Roman

De
Publié par

Notre jeune héros, Gora, doit retourner au pays s'il veut épouser la jolie Réhana qui l'attend depuis trois ans. Ce retour au bercail est émaillé de multiples remous et péripéties. Ce roman pose le problème du retour de l'immigré et les difficultés de tous ordres qui l'attendent et qu'il devra régler pour une réinsertion réussie.
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 111
EAN13 : 9782296485082
Nombre de pages : 257
Prix de location à la page : 0,0129€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois











Gott

Le retour vers la terre














Collection :
Nouvelles Lettres Sénégalaises (NLS)


Dernières parutions
chez L’Harmattan-Sénégal
(Catalogue en ligne sur harmattansenegal.com)

KANDJI Mamadou,
Les récits de tradition orale en Grande-
Bretagne et en Afrique noire
, collection Littératures &
Civilisations, mars 2012.
SECK Mamadou Mansour,
Nécessité d’une armée,
essai, mars
2012.
CHÉRIF Souleyman Abdelkérim,
Quand l’évidence ne suffit plus
,
roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012.
SAMBE Fara,
Lettre d’un retour au pays natal
, roman,
Nouvelles Lettres Sénégalaises, février 2012.
TOUNKARA Mamadou Sy,
L’intégration réussie du nouvel
employé
, collection Zoom Sur

, février 2012.
NDIAYE Elhadji Mounirou,
La Sonatel et le pacte libéral du
Sénégal
, collection Zoom Sur…,

février 2012
.

NGOM Abdou,
La danse du saltiki
, roman, décembre 2011.
SOLY Tombon,
Autour du feu de nuit
, contes, déc. 2011.
NANKASSE Félix,
L’impure
, roman, novembre 2011.
MBACKE Khadim,
Le parcours d’un arabisant de Touba
,
collection Mémoires & Biographies, novembre 2011.
DIOUF Malamine,
Sinig
, poèmes, Rimes & Proses,
octobre 2011.
GUISSÉ Ameth,
Femmes dévouées, femmes aimantes
, roman,
Nouvelles Lettres Sénégalaises, septembre 2011.
FOFANA Mamadou Lamine,
Maître Abdoulaye Wade. Sa
vision libérale de la gouvernance
, essai, septembre 2011.
DIA Khassimou,
Pour une alternative générationnelle :
l’humanisme
, manifeste, septembre 2011.



e



ssirou


ott
retour vers l

NLS

Eterre

Nouvelles Lettres Sénégalaises (NLS)

Collection dirigée par
Mamadou Bâ, Abdoulaye Diallo et Bassirou Coly




CHERIF Souleyman Abdelkérim,
Quand l’évidence ne suffit plus
,
roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012.
SAMBE Fara, Lettre d’un retour au pays natal, roman,
« Nouvelles Lettres Sénégalaises », février 2012.
GUISSÉ Ameth,
Femmes dévouées, femmes aimantes
, roman,
« Nouvelles Lettres Sénégalaises », septembre 2011.

















© L'H
ARMATTAN
-S
ÉNÉGAL
, 2011
« Villa rose », rue de Diourbel, Point E, DAKAR


http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
senharmattan@gmail.com

ISBN :
978-2-296-55768-0

EAN :
9782296557680


P
R

MEÈI







ERP RATIE










I.

À New York, le printemps avançait sur la pointe des pieds. Par
endroits le gel traînait encore. Le crachin tombait à tout moment
rendant les clients hésitants. Gora attendait Bathie pour rentrer. Il le
vit bientôt déboucher de la 35
ème
rue, les bras chargés de sacs comme
d’habitude, visière rabattue sur la nuque. Il marchait les yeux rivés au
sol pour dit-il éviter de les plonger dans un puits sans fond ». Il est
«
de grande taille et d’une forte carrure. Il aufraaiitt fortune dans
l’arène, mais il est doux comme un agneau, simple aussi, le plus
souvent en jeans et jacket, des baskets aux pieds. Aussitôt arrivé, il a
pris le style de New York, impossible de le distinguer des autres.
Commerçant de son état, il vend du tout ; très engageant avec les
clients, il se démultiplie pour vous servir. Il est difficile de s’échapper
de son étal sur la 42
ème
rue sans prendre quelque chose. Parfois on
revient avec son épouse ou avec des amis.
Diambar
1
, lança-t-il, aujourd’hui, ‘‘je suis tombé sur le calepin
«
d’un Dioula’’ !
2

– Vraiment ?
– Qu’est-ce que cette mine d’enterrement ? Tu es malade ? Tu
n’as rien vendu ?
– Ce n’est pas ça. Rentrons.
– Doucement. Explique d’abord.
– C’est Réhana.
– Qu’est-ce qu’il y a ? Elle ne veut plus de toi ?
Peut-être bien. Elle exige qu’on attende mon retour pour le

mariage !

1
Mon brave.
2
J’ai eu une chance extraordinaire.

9

UOEN RIUOT IH BASS er ,neocuh iru’dAujode. egar ! Rtnemmoc tE – ? nno, êtprs eTu– – ? a çll eisMaertner utse’c ,sas eai pe mencortiq eas e’neuj e duttofae n,çoap sreipte seuq as lui en procurj eenp uorriap pxe sa iul uT – t.enom mcen eer ? –id t t aovac l’a queé celiqullE id esrol– ? !nt A –idÉvmeemibne ,uqdnt èr se compret qu’elliu sejs l iulaéleter ach eff destaB .steatej eihupcon u ail’œ dumésa uas cuq iétait rempli de dorpstiusoc itémesqut e ldegeinQu’e. – finerie eeve’ll euqtsc- ?làr pae ir dutsnahc emêm aL – on se mon : “sitsp uo rraeic e’uxde –”.vrvià e q tut eullE ev eau mres ffaies aobnnD eén.eojrua ldee stree lrehcâg à siardnetu parviais que .eJs vaertnorsnll A, ezmeem – ?rdnef iaj eurp et uo .eDçanoetf le dansriercour euq éru tiaté’cesrlha Css a’a maP sneocer ,amsiles tickets ? – yom enneuT . sa nsoi – ?ou Jéern,rûs neiB – ”.siai fui lutpen on e .eJd tiela jamarai rahite t“ .at eNtta rdneas pel, n ’eisfase tap se’ll e’n qu’ellepressée,éscrsas rsieap p dnauq ,q ec-tsementulle je . Sia ttodsi eecnerdsét euri. seCe– n al’m enavan ecre confiance à cleell-.àE ll ese qit lue1 ng dmef-tuileeM – g noc cette un taba xefortnseb jiuon e yIl. ûr senib kitab te ycnaoi ?à quses pen –uT.p t oruaarp tsisso.elb eL unx ueiq –s.’e C é àectt eehru emétro était bondrap no ià tianev se,néan suttour: d rasejiuoseb trou en de rver kxEop .d elBca et si oAu fait, al prusrc ntiaélyhi – ?seri P àapéyjé àa d ,noairecessi né ; sriter sel suon ,teor plaà s onerquer avec des tabmuosrj-meébe ts desqmas ue pen sul sedssitf suest- Qu’ue tce qxud uev ? –ri ee quesPres lustoov srag rabéd tnia.r 0
1

1 Fl usreenem lt,rr’auel b sr.sarueH acs encombraientudj uo rtel ses arrirue va ealtêd mè e1 01
isdoi uoirfae -jas“ el eoluob el t” ?u tuvpos aii luriafoc eerpmerdn, par insinuatiosn … –aMsip uoqr
11


1
Variété de jus de fruit.
2
Fait-maison.

l avant ança-t-ierd a’ssedp erdnpsemu a lasgtonl ,el iuélétnohpéféra pr Gore. »r me raloner agita énqcis let aulbuemmi’l ed segocni .aBhteil esuivait du regare imne t artsnada lutboueiqu dna1apocirair ,’j– Neve. te p resa’J – .dnu etèhce rtcae Tru detv ru sre eL oter G t.ot a nos à segagab es sianfcoa or Gpm.s eetned niren u errela tej rntieva aeschte ebrab al tniont lnaie don luicêeh nrpd u’a’riittaéc d. ur éIlel rarg roloap é. Il avand froidgien tnutia uop.etuod st seS » s’s itrat enaiétsssipéia shc .eLx éteveut fraienhcnanemeih ttusr :esl i lne pesiengia trpseuq eplus. Les moustaos nd elfte eeris l, mateaue gâgaruocéd el erti vlar suc matoesnep ul sedp ul s prends ea. « Jerevinas ,li-h’l se, it d pdedsoie deenviter res.eI rauqia t lvalava aIltipen u nu lues .tnemomde pomme d’un tr tactrnod euj s’u d tnencra dhe tiae tee tueivnnnaia mo la e etiellobtuT or eedlaall Itiar pitp snas rs erdnerique, le trouvai tibned sirtia.t Cn.loar ls,mae eganed r al tuobtud d bé selpeiuaisote-s more laq el en iuq sett dusplt enaittuiua xtei à c raert des bol portaiap red-rriucion he csemiusssne uolb nu’d ne nosut enemplé llbihas é’ ntes miattie à lainaisola mnos nam uaet ed l iaiavlat séisv riia tuad uo,x Comme le climats.ntrabéturo puxey sed tneiahcac or s enture mona xuB-naR yaS sesaass.nt and puxi’uqev llec selnt commeexactemeG cuic , eomtnerrea gili nonmee rep tem sapf edaire certaines cohes.sA olsr …isinpoapésai mr,teias ut sram el s, ceiagest p n’esoissap tem lb eej“ e’m xueveuq ? ” S’– ocn pecuîa.tJ elit elppas la dne veux t euq ec-tse ,sipas airrou pneu ? G lrre iap sul Tu ! –mententi e’lpaèr-simid ,ey était là touter eneiv.ardD – utpetr-êque ll’eul iol s a :alçnican‘Afr Cara’’.as ut ,eknaJ .si tleEl– cherche carte t-moi une,td noenmioptrnarsla ‘ :gtinol d euqv edpéléinoh ventaitil é qu’ia2dmomeanH ipacs lu ples ailiubo’J « .retehca u
ur l’aider, ses neaftn sovtnà l vet. ifmmCoile a’n rep nnosop eoémie pr. Ilnentc ahe tsue xelrut ess lot ou bun emmoh’drtnev ua; l sep afliiletapardeuretits chga xsteupmetua sst’ea lin s conilég nbob eie ts le touttre d’êmef as te elocé’il, leilvara tmereteenu rac ,et, rascdeduench aobsn .aPfrio soGui voler ses bonartsid el te ericetuasd’ lurpos tuse totet ss ro quas dur onrtie hestoisngha der simcé àeiv a xucomme detent là i slr se tlswo,2esc’d anqun ai med puoc nu rennoui dir lmptoe coerl rrèi eedapss OR USAIS B C’e–UNE THIOC led …ec ûo aeter. parlpèce– EscÉ – .simA etuoen cratearlldot sap érestnsé .uTst toi qui nous uT .uas sar iula lnncos aienbi un fit luiçantmmre eoc.sL laelar C ;lunccoé chram : 1evif-hgihroblème,les ce p uemr gèog ,ist cee bnte tsspaerusej , ej sa’tn “sr moorte’app use– T ne.”uoitJe– . itru fdes t etsuj sialuov it pour il fallaen recf caocpmgaunjehoe n u, asec t’uq ,emmuot tnq neadsea eul s reutreaiengard» .nitseanîd nO las an d Pe.oi j ahcmarb eopruf aire ses prièresal tlét G ,é aro rseiretdaa snsnel eL .ettesuace dinbrn uurpora dsut tlpgiinrejo le thie. Baadnea til iutta’nkJa qeyl it vim iaos,ntnd ealen sortademain, aiétrioplae drelraC cevrp el sole c. Elit aausanid uocr eu ealutul’a lomccgnpaua atisse tôov tn. Elle l’engageb uoituq eudc ioeu l prsesirur sitceu sf syapsere de nosne pointna salv atgleid nel ’ique Cx.oihc sap dnerpmoc t cec’esora ez Gq ’uutedahibtt ea li el dneviderat m dindie ristubrea xue fnnast du quartier, denobnob ssed te sitcuis bfoar ps,na ssid ivgnel sllart doPas s ! iapvueroseitns qu’ils étonnanttsiud to ,erc elueiqPè. ens fr A xniy uel sellticueil’acur, u joas à sehcrehc uT– . rseuatogrrte’est-ce pas ? Tuobet rom notrun e,dia mat“rouatias uq ser eiorfxécrst e. Goablec ihliel”ee onsiilteou bjue dlet iul aral tidne mufrap ec cevailta éles,rea ltnectèminiv- stgnéreuse trine gé talp iortioete ob as sn .euqituet rittadaé rnouc nes setaer tuq perHaut surchée arorehc ahc sed aertru aiav Gl.raol suq iédàjé yeux l’aide de C
12


1
Touche-là !
2
Peu animé.

? CFK zoléyd eaM coDanld a à faire cher saovne.rey’uQ t-es qceunu’mp e
1
Le caïman qui nage dans le Zambèze de tes yeux : signe de convoitise. Vers
d’un poète sud-américain.
2
Ailes de poulet (épicées).

13

i ! Brotr un « hojru saplaeut uoi qu slegnpae olssitse ettecém e de tionvital’in e ànordr pé redsefuret aiuvpoe n lI .eugitaf alald naesm larg ét d’entrer dans spmeséh étinavaraGova a litgton àeNni skr . woYes Pée dricaorto ed noitnruoj allae drsraébél cl edem aoc a epunsdaseeuleile urerpmroatojrul- àviduel l en indieknaJ .sima tnere crseullaid’y ree adsn e àioérevinet dble nsemèrsst ene unnnboap eeitr ed s ala rue ou au cornres oter .lI sapanque irses ild nesiorc l snad t» acher agnécomp nald u’osrugr eeéà cédisad tip doui bretrer reneiaté’s slI .elllos réntcoen rntknyed nasues ,aJcolleté s son dé as epujguorte e nleta’ésp enoag Go Le rtt. revteuo aetsrl se rrleabblemef nu à orb ed u Un ine.il rsoleartno vuactns ait dse, ena or Grep ne eevitcepsntôt, il fut entadsnl aur.eB eis lew-NerkYos aieidap xussuo tian e’ !lIei navru un los, Car– Ce .tnemelicod tivui slea or Gt.ai eojruénnU eeblllème. » ce probér erelg elbm eds papaca mste êmd sap eim rella’cherche hes mer ehcnid caD zeM d. onaloubl« N’a’n ap iuo séilbma, tismeu er ftow nisg 2olsrd e ta pause. – Jehe cui qisnapojajib sed tneiahcrgrou un parouréet srusi eotepd que tri a elssGoon tol niavaiallcains. Voux afri ,lia ppre simideu p? r isMaor Gd ,auq ea iout-s pas de cette or aenl e’tnneadtimit eceuxieér-si ,ellieaf tif lit aui dson vec a-um ,imlil és ,ov av riallal ti. io fIlu drrBano sed srea xus virevoltoler et ! enigiro’d syapn soe drsoumbtaG roiu,semf t u queraitn di « OaBhteiv ni t àal rescousse. – Jayeknic , ,oar’ewofe bf,, yesthav si aal lIat! raîn entn ama sol srev il-ixat equy erivndteati souriremeilleur lacmïna: – « E n e zelad ndoant edo suubmi ezeey cJank. » jos1suoia’lltil morp prantmoe setn .esueicadua sul
« Baye-Lahat » snub ae uobbuuo pecr ouauchurssneibima nnodva é Lesnts.rs d jouste ahibpoapvnlee litvaan dirvoeitros euop no ,b raibhcebll eneduvet rertir un tekne’dnos cit roécerchpoe dursn .atollb-ed uochesaboues bes devnoc à terces n eitlailvara tIliaf tiasârg à eca lnnbovoe ntlo éuqi’ lemttia tdans toutes ses M .ednams ed uneonrspea éil, net èrattiifac sfeans ce du’ilce qairtlet renèpos idrorianoj s sruottes dees des be ted sc wob-yo’a Ls.serieptren ruop erèP ed imux yir arandse gnoégsec eds ue xpat ourtis bles o’n ; snus eilbup de trostio quet uoB,ysoseetp TOUOUHI NE– AB RISS moc al ceva seruhee rztoua qrsvetn aéresesp ss e» Goim. r faavoicnem à eeJ .moc re bt1as qlelluievtre tp mine tmaïs, lecuit de ds ygranses peu u nreamelf .lEmes erhicas Ce« .aripsni te xue, se dit un jour talv eug târenomen leiluvro uerod nt tille-O .eoi.nultatsé C e’ystèur s’évame dq eriruov elle’unttainre sLe» . évald eebllsed oulut modeste réilimp ueu rani ntsenen fesduu aegirroc à elocé’des erhicas ler T ihev.sé èls se à souvaa trer ls ,uelueb noaeruatabt tiEl. rlel sem naivevemtnson boubches de ll e ;ouavs lee p nu tiaveler ue caués àe lase delruc ahelr .lEjuéaa st vleleoiiuq iul uoc iarvt la tête et retri aes sulenttsenfcomeir prdr ouulp at snu auep ie appelui. Bathes redl sesp sasen ie bteenéspr es ylihP .xuojies bet dets ticked sév erair r’l ,ren lip a’s sa dntpp’aerelhi Tue-ttêerl eomem dit-il. C’est pne tiatél à eroc2. »reièa anéh Reu ramodb léal« areion pur al potnp uo rruueesemavait delui, il al suoc eértnad dsanHe. der grs euqoptr’nmiet re l’ui nCe qi ! uos nu te xuey sheacs’r ou preriet de petits serivec soprus a’ttpêemaichpat d’s resu ed galb seupourute Gorquoip uo aenp ulavtiler heac, nsges tse’c teod snas 14

. 2lutenu ecI ie enfemme. têté 1 il F detpoe . rèsexegaT u.n– loi pas estn’en iuq srag nu sianncoe jrentcor omtr ,ap eedl al’articlncore à p sie san ejus erêAr, tentta– … abouhe l senreursp .hcmar ci –nU trentres ded aroitcudor eJ – .ne en guise d’intdnnoén,ed tie-ll «r.u Tasm’ba asretecitvar uega
Gott. Le retuo rvers la terre – Mais si, Gora m’a appelé hier soir.
– Ce n’est pas nouveau.
– Quelle est cette manie de vouloir renvoyer le mariage aux
calendes grecques ?
– Je ne renvoie rien du tout. S’il vient aujourd’hui, je suis prête.
– Mais, il ne peut pas venir maintenant, tu connais le problème.
– Écoute, Thier, on en a causé plus d’une fois, j’ai bien réfléchi. Je
n’ai pas envie de faire un mariage blanc comme ma sœur !
– Oumou ! Toujours elle. Rien ne te dit que vous connaîtrez le
même destin.
Réhana préféra garder le silence. “Inutile d’essayer d’argumenter
avec ce gars” se dit-elle ; son attachement à Gora l’aveugle. Cela
l’ennuyait de désappointer l’ami de son fiancé qui avec le temps était
devenu comme un grand frère pour elle.
Voilà maintenant trois ans qu’elle attend et Gora ne semble pas
prêt de revenir. Toujours ce problème de papiers.
– Il m’a assuré, reprit Thier, que son avocat était convaincu que
cela aboutirait. Ce n’est plus qu’une question de temps.
– Je n’en doute pas un seul instant. Je ne suis nullement pressée.
Trois ans c’est long, mais ce n’est pas grave. Gora vaut bien cette
attente. Ce que je ne comprends pas c’est son empressement à
vouloir se marier tout de suite.
– Mais, il tient à toi ! Il ne veut pas s’approcher d’une autre fille.
– À quoi lui sert-il d’avoir une femme qu’il ne peut ni voir ni
toucher ? N’a-t-il plus confiance en moi ?
– Mais si. Tu le sais bien. Je l’ai trouvé préoccupé au téléphone,
c’est tout. Et puis j’ai pensé que ses chances de décrocher les papiers
au plus vite pourraient être décuplées par le mariage. Tu sais, il y a des
personnes qui…
– Si tu penses m’amadouer avec de pareils arguments ! Écoute
Thier, la souffrance d’Oumou m’a ouvert les yeux. Voilà sept ans que
son mari est en France. Il ne vient pas et sa femme ne peut pas le
rejoindre. Mon père a tout fait pour lui décrocher le visa, en vain. Elle
est toujours là, plus malheureuse que jamais. Combien de fois l’ai-je
surprise dans sa chambre en train de pleurer sur sa solitude ? La

5
1

tEp iu,st io ,ut es mal placé pot rurinesec orp s.pou Taiétlàs na d ,uqresauts femm sa Moie… –m ia’j ,avart noeuDi, il. cier més, sa gnsabilit,es aœsardnm-rèèrfr se,, urn so te siupo noelcn suie neue jis qlasiétir sam sapa l iisMa– . teopser ed sat sedistaar p qti muet alerreeJ .é’n se des difficultlarg éom,ià c uast eas creféif dpmahc senoM – .s tras au de vailoM,itn .rcioj eb nu uaealp éuqt anutto pasrtouep redt r’tcoucr rentrejour pout euq tîarap li eti luc ve aas-bT uei.nsèb srtllairoui débu tei emmoc el es ltaetomprssAu. it lensii itunc nos see paudess étever rinj tereuou ayspa. anMa– eup soislb.eL iu je le vois mal erntmor rentree q sèd emref enu Mon er. rangl’éttid é attcfiboej gdes enuceap ouétse à socner ert d’aillés. C’esac sedb uesrl es ! pier euxSansloeiamj sap ,el pes L –, rsieap ed nime.elocé’lpas repris le chopruuqioi l’n a tdsjoous urs paj sien emoc nerp ,amraeg nhcere rendse pour er plliavart ed niosbeu eit ailu’ qmorpnesdra .eJc du dolloursuite à sp alse’sim té,ivl iôtitrr a siDot à iot – ?ég rr leamn dei dnart uo e’ltaete. – Et te sa vi erûs sap sius es airrou pjee quo uèlemrpboos nJe ner. entrde rIRSS TOUOUHI NEapervumia et e ABlue dleerrlpai ovid ed llE .ecrent llemmarison lie q ’uunittsi uation de la situqcinouque xuq eainnmis T ?cou ner rertednaed ru sa ! Teuvea pr,tl llnevaia yrtt entveviy s eng seL – ! syap uevin r ! –eJv ueù tu voulais en – .s,hA iov o àlteatrendep sant -xutp ued mel iu ! –toutment Comsuov cev tse’c , hreêtx atenêoneud erq uosrsec ne p tu suiveux uT .etlus ,sias irsou dadr ou piles rom nxeépiri je pouvais utitluc eruruop el ceenan dl’s riagnsesu per, tntre eererd iacnocvntésihés pas aiura’n ej euq neib l des jos, au firi.eM iaà l eafab rhéâcleelntme iult ia,sru ej re oes lavs leild sel cetluciffiue jés qncone re sadrtia arcsnl tiéa donlae er fq emli’um a tniaenant une peur beleud sec ahpm.s .rûs sius ne’J esc’, nttaurPo– erc lluem ie tasssir réue dehancnnoc siaeJ . el im alae enbiIl. l sec ahn taru,ees bêtesmps et lesti16

. m méioern sos ro. J’ai encore en
Gtot. Le retour vers la terer – Je ne les ai pas oubliées.
Même s’il avait pu terminer ses études, je pense qu’il aurait tout

à gagner à revenir prendre femme et se mettre au travail avec toi,
d’autant plus qu’avec les nouvelles perspectives les chances de
réussite sont vraiment plus grandes.
– Quelles nouvelles perspectives ?
– La “Grande Offensive !”

– Tu y crois, toi ? Mais ce n’est rien d’autre que de la politique.
– Est-ce que tu as pris le temps de te renseigner ? Pourtant, tu es
le premier intéressé !
– Ne t’inquiète pas pour moi. Je finirai bien par régler mes
problèmes tout seul. Qui n’en a pas d’ailleurs ? J’essaierai d’expliquer
ton point de vue à mon gars quand je l’aurai au bout du fil. Je doute
qu’il soit prêt à rentrer dans de telles conditions. On s’en va ?
Je ferme et je te suis. Tu viens manger avec moi dimanche ?

– Qu’est-ce que tu prépares ?
– Surprise ! Surtout, viens avec Soda. Voilà un bon moment
qu’elle me fuit. »
Resté seul, Thier se mit à réfléchir sur les propos de Réhana.
« Qui peut la blâmer ? Sa sœur est vraiment malheureuse. Parfois
elle me croise et ne semble pas me remarquer. Toujours plongée dans
ses tristes pensées. Je vois mal Gora plier bagages et rentrer, même
pour les beaux yeux de l’institutrice. C’est vraiment trop difficile ici ;
quant à cette “Grande Offensive” n vrai miroir aux alouettes, c’est
, u
tout ce que cela me dit ! Les gens ne croient plus au travail de la terre.
Je suis un entêté de première classe autrement je serais reparti depuis
longtemps. Malheureusement, je ne sais pas faire marche arrière. Si au
moins il se mettait à pleuvoir. Tous les puits sont à sec. Avec un peu
d’eau, je pourrais tirer mon épingle du jeu. Mais en ce moment, tout
se meurt, bêtes et gens. » L’appel du muezzin le tira de ses tristes
pensées. Il se précipita vers la mosquée. Sa démarche était encore
hésitante. Il cherchait à ménager son mauvais genou. Depuis
l’accident, il n’a pas tout à fait récupéré de sa souplesse.
Heureusement, être coach d’une ASC de brousse ne demande pas
autant de prouesses physiques. Il se débrouille assez bien de la voix.
Soda sa femme l’attendait. Elle avait fait sa toilette du soir et sorti le
matelas et les couvertures sur la véranda. Avec cette chaleur, il n’était

17

O ntéia tans le puits. ap ias ruhc d etunt eu pff ablaiell ’uletnia eesmainout nt qtenaiséd sestrus ,sroi mler e drend préveniout pouriaastit ,leelf tronreai. ri cAuos àam nlbor emèun p aucéaite creln ,leimess uoete ucdoe urat nenu’d eétoD .xueà e slaitole udc edetteeiv d à aient compagnie umutleelemtnf ca, mpha cetr ieThmmef as net es eictins vdu fmes na 1rudas noadsnop és rual elét gesçoargnoi lerp ladusiiuet sud vente dme et laif ruel ed trom ses dy,ckRae llc ahl seadsner rs laepuis. Dmbre tuot rudnats el d aieth sséerévrt ef liyaéredb cont le d’unenu ,nièrpaal siot rae erngCe. at mrèsed u’aseg ,aBlette et les pri tas pntieva’a nsli ,eérios al set dler ébalde dni itif àafuo tanen dcen eovpreh tseruxid iuh-tard danuittant kr .nEq eeN woYur se le. Iltandno t s’nrrviupa vea lerve, leil ,iderdnsrev euqmettre la dernièert uohc e àald orécioatetn l àrp aneséitatd noepitA uin.elyav et Goratin t mae tneiaté eihtaBà s pécuoce orncmè eojruuad ueixoire Bla de la fP edalihE-kc opx Pennsenlpdee hiRISSAB e’tnnod seit suqpaNE HIOUOU T
*

* *

18

gique. iltre matn.s3 F el slceir retiats’r ou P2 .edicitseP 1 G roq eu tni audenirtervr le poub sel testelecarett an tenbii s erpmeèierv gaeu, il y eut un pear sleppà reo’l rerdAp. s rèttcechercherler r alejnu tédepitl ehiat Bx.eucrt tiuop atiforp ne eme se di ce ryth’sléiong-tlie navl’enai. ers IltiréÀ .éib tm neiecle drsves ntd renîarseéun se supcens entposéa ll 2te’lnemu éfie ntreas pri pra savir stns enses. Les premierl uesrm rahcnaid suot ruop tiavan e yilt euxjo sib rel rusipetrécise pour er pliue selop sfetrbéemle, lsi jesertna sua’rrcaèhs. Ils sles goûtref tia sedarimesclJe. om cncme e àelc orri.eR esté seul, Gora tinragernats el osep rd,a nnioitejbmel sl se éteques mast en, milee bas vi éncde selngapskit te lus origes les p lerrdseniua.xI des elab les lsaiuq sessabelac s lesienttena con plus un seul bina,ti l’n yuaar Jr.ur’as ai edû uojnavael tios uzait do Je nes.mmna nocivgned r tune iret cacab’uq snesaf av noevgnre aiun uo sci, ce qte fois- eL ueivY we.kroe tr Nde dduasés,»i it t sep tapn’ese « bassx Li3arafas nos euq résuast aiavm’l
sehcitsonneicna Va3 . esoè P 4n.psriem ssld tieueikhe Chadou AhmmaB ,abdiuger egilix eus deurmodised uéSénag.l 5 Extrait de ves.poree dinsobet euq ec-tse’uQ r ? angeux mu ve x ancien 1 Bijouffrusep .s2 C io 6aTab .B madauo Ahmeikhe Chrs dtnavius tneilc u a «ci I 7m.tam- ». 19

edd uo rs jé tnufriqen Aans eux stnemurtsni secai fitva aui qetacniq iuorA-émirait que ne vendîam ertrabaud 6 ué,Afn s dembjelieules ar-dx. P sotseusels tu , rueiqus sitnaégtrap sna rus egacessions pour ser seatrure .aLm re puesqou taus ts xsdnased noc i ’a J7.t ex nmeèitnec nom à siuen s« J’ : amis noreà vauoap rfi, t nili ctsenesuased eénic à e la matreposé dia tap sn e’sté .eioj riuq aroGnaon denœu c àitabdns a l’s,ei , en’huié detour-mat.matjuA druo drtbae rette lrua pperdnerl a’ue de l’Ouest poeiro esuidollg ed ai B4.s deazkhirava evtaih erait déjeuc le petcas nos tirvuo lerulrccit fit e ledh la seld naa mée, lfoir la amssve, e nuecavsel loc d siob eis travaillé de ôCetd I’ovri.eI ndta son sraGo, asoper etsni nu sur ant haissa clutp ecs eaBeéd ut un au, il y e eehrusesrq iuznta éntieitisrseuL .xv se ertuercsentpres le n aiJ e’.e– raég ahcVe» . raGot dii ul ? issua tnemiayblaaix.5« D aipelets de WaxaniaL .uoj eénrres armbma, e ngenbiifini l tedssiaau mner t oùoment ecalp ahc siorseerév dlar sur iuaojrujiuo xuqlaient dd’hui all à rp aucitreil don besenéstita .lIroseciloumtl parsoin un mitv ,2 érrej ed tes leoi vdes ueêtdus au plafond, ectriasné ateitneaot duxstu d,ana’d ertuus sneps en ientlandguir eolsel sep gnd deridéc rurlee .etissuéaté slI neicd enij e ibmoi céeffà s anl’et shctayonaet,supées aux toilet1amlahkeop sel ,a idgua tes letl aevsr eetrr. LeGottour reté’d siob ne ,etirartpos de, nebèed ssé ,aslbti s desres,-versous,ezn ne ne ,orb i-emécprerpi sreseo jbteeisu,ed en maléks d’art oircun ea penu res ed uaS .tnepait tisf’aspde légénce teds ar lha csuuss,rees diec rutn ,se sedpochettes et desp roetefiullsee oix s cré de côt: à ottup ra ted aes dets etelacrb sed ,zedagA’dn layou3és sur u tneorlus gameneen venaibis uxjoleiceL .cra -ne-uq,eolinéSénd ue Fèux de Sas, de ,tnegrerviuc nn el,ga aen, ord sea trsina sednneaux en argentva y tia sedojibau Mtarie,nil i
– T usea rrvi éau bon moment, liuoLneisà en al ixvora tanîn. tertiom a eamismèe, prmitpeu our tiava iual elle-’e Jé.nc àissun put décre. Gora xuf nosdcoeh redria aen pnerrou al ngactuojà reez Cn chissou poni-t eaS ,nuuoarund’e itrmmae da zir tnellecxe moi rin Caz y.thesue – .nnoDom-e dit-elle malici e’n yepxur ei,nlus an sernclai éxe’s elnon atucavecmps . El moiepdrT u net sot tidaroGimra ,etd on mdes ai funaretj ma –eJn es raté… tu auraiJ – ! yhtaC ,eni mneon basu ts,M iair.enaetalside père mati en raitonne sai. Tu– C fa.é’mtéle antson edsanri fel euq s1anaaK ss tout, sauf du . –pAoptr elaroui’hle, ou pt lecihc.nekjuA druoSSRIUOT AB a um ud is otsA– isVoOUHI NE nO ? sdnetne’m Tu– ? s leeluvnootru tuarbiud u y au’ilit qdira enuriofd si sna J –sue e di.toarppleel eejt e veux que. – Tuat sulp ? dr
1
Surnom donné aux Américains.

20

tt e eecett epitait dev mèrà saèirp enuellE .erat rnet s pat aip ir selv ioele tête. Elle avaitsed eip à sd al abccmele vntueêtlle nd e Quaose. ehcleuq àuqép ecuocs urjoou Te.irtsudni’l te ei l’énergt héritéll evaiap rè,ee De. on sbat nésa el nietlliate enhboe lll er,euf ed a estneuqér elldontillee veuoesj las ruemtnelnuTr. aèsactt eéhos àrf n erèest là, c’est unm uoevemtnc noitQ .isnia sellepps let on seslluey’a lin si , eas m’a qui toi que ,arse’cnarGoG da.bs J –mot Ai,a ev c’ld mélêsérice. – institut ne ecaf ed ro’llaal’i stanserllcïiasn .lIa miiachestre des Jamas sétecnc as“ rus tan uhaéc mdemeemsef ro a.sG diseouarec l” avcapi. nadet ro Tramae ni sujt edand n’étnt le st nma iodéSog,uu Le. aeggree lntemerèilucitrap t de rosét aremeneisuc pof tur zit était au mieuxl roqseul eétélonphsoe a.nn’é CtiatsbA s ,aœs apas ait gné,éloia ppl iud ueroatesrrvex é the dnem al àuoT .ehtu enj ueC é’atti menue ene femmenoloriatrt tv sès urpeim Te.joouD katià iuv ruq ress ne Ellear. t ud sap tialbmee.èrfrn soà t ou
21

. leilam fsae d rueirétni’l edait endrr vicide aédtil ruar iop Réhami.est ana dibaofmrlEelel .itrtcex lu, esud tiava i nos tide est têtue. Le eslua grmune tuqe n ttehira jraiamaM .s,sialle a ppavtil a’ dlis la dantardelé l euqirogétac tianqur ou jreut’aimssoi.n eeds aj’ai deu – Boy, ruopiul ios eérl’r suisem ddeanuotrtip neasarp . Goellerapp te até reihT .tuob on bler nitet an e’mner us.s– J e là-des sérieustuoteJ .p ic ruoe.pter Mdsenom cn reà to et tourraeiesm ia s,rm e ll’equèstrt es xuep ej erid etsept ans. – Ça aos namird peiu sll Evee butn iesrol– ! ioV ! àlra tst eleel, is el rap eésitamuur Oa sœde scas ne da ttq iumuuo pestiarue qu t en tias te ellend tu va pas qua.rT uas serevinoporéa’l.emêm trels ai Mt eu vleio retv ro.d’dbalà t Voi ansroisaZ eq lale’ué elittarê p àte’é topsureà t aedcsente d’avion. À noslcno eri rapfaa dit nles ouehq ’uleia,ns caces la mu me fort emmoc ,neib hE– ? e llveou nsevuia eamecttec rnnon m’ar de peu T !asu on dsic l ec gnocsidsruonc jamais, tout n ehcnaegar sod Aa,bs ATu! a bsme lam e– .éyolpa mate le qurmitleq eds eâgiun vieillesure, la ergia nD ba,al i,ssou paiavaut nnobem eaf r eriLota et aboute N l y.eI iflls allei mmat esc’e nat ,enipoc erueia saptreia ev cNafy, tu sais quo’l elcnaaZ D .lmoe côn , téétj’D daèMer auf,ot beltureère,le-muO àl ti al ,uome dursœ, nahaRéa rrvieé! À m noexpliquéngtemps se’sol t,ega no e lrima– . urPo: u ovéy snevaiau m’ue tce qrer tnom iul ed éuqnmas pai ’a nje, trousseau compleurer sneo ,ru ns ncA,CFeu dpax im noilled narf n de l’u dis mese rnottuadsnbo é, ngsuame Lc.etop nu ,tS elbatrécspliiast’ea miaté tne .ét slIu sais qcours. Tlrtoetc eul aapmas pat onn’t e el suon ed éuqne nois d ravtousitnoneatrpsért eorape elov ttuluou tdet ui s dteisngfiei.rP rè eBaïdy a pris la p sulp sp sehcor. tsenarva a yIl rnunoenete eadcordn acc se ave Got vertoure ret. L –er t re salseisla, on nisMasnad rertne iom-e ces ca l’une délhpnoqiiben sétata nutés,ueel ctiur ed areb elsuqialm aMnieu .nt, tenales quelsel tnosllevuon – ?esneon bLan uoevll e’cse tque Réhana ne pe esnà’uqiot – ., Ça ljesae isva
dedm raimeta avau stand, le fonp iuovor auqni’l ritroefi id qce– C ih.etna moematiodign Batn deaM ? aç tnanetniu ptus-reai fme main s’orcer latul iuf .aI lafnsyeAb. reutmos sap a’d n lia y’s duleur’ailit dé attleénousasc a rnouet rraGod nauQ .siva emêm l ’iutfatu, ai suq slle’ep et tue gagner la bataliel .’Cse tnu e“ge aivrreièrrueoT – .”1n eédi n pas’este, a bêtr ceavtiG ronouns etèggu.euv eJ eroy’a l drenv’el aod tgrne tedadeaux det les cœs at à erad-era-lleel Ca.bs Aurd nol iu iut,às s quarmeles nes al tse’Cs elues ar prani. eréd c euqoftr eife’lls tesienent llemttemp erniel al fIlt auurlen e iepsnset- u ? –olution. – À quon ios de pnessreaf lu tu ENUIROU THIO BASSI » uo.tà t rptês ui sJe. e”bltaé’l à erèiléb al22

* *


1
Ici une femme entreprenante.


*

et“ c telc”eédâbn id. So’étaée nm sap tise’c ,lapre “lt ” melèobd io tess neit rmal. Il va se recorp rehm edova’ eirranté înnsda”. Isiveffende Oablbp orduar laferivrr aent enem renem“ ruop àl difficilqui est .rI lne e àégermere lntai ssût “ alnarG gno rususssder-set ou tnoc sap ap etnetui ece qatigst fi- ld tise t ;’c !beie Rqun n ’uriovtej al émob « Réhana ne seraépatdrm uoliél .ecrof iul ,rennosiespriml’u ulvosuisrea T ihvuere pan. L mair laselle : elleeutces lnt it anecaveuj a’ iepsnreq ûrement lle va sep n titmmosD .euiephis , er éilc moamdn,ei luarait bien fait u ellieiv etneilcree nuvesar retie’tuten l i’é éttancnsisune e d’llve Le.leibou nasnea tiq iup iut le bruaintenantt eetrrtid eec ls,gegabas le, m te ,stneilc sesell la surtaitayeg eov: l teet» Il disparut soer .eJr veeisn .leelhe cmoz pèn imraà et al buopun foyé de mond aaj n’ne vnamsichrée l Oe.ffauuaf li ,ej euq t utsna dmuèierd ena la lent, rams timegas lIssa’ntsa. erà r aiplc uœ sel tapvaiai n’is-ce focett iuq aroG ed sdrgahax eu yes lus
ct aagldtrs néomimm reev ariean mfeolrec etsn tquu e lpqnuaefsiallibhm vb attiiis’iunqoeos lùndoec olsae mmialrouocut iéoinr o stgsier’uC s.ueololji.mraTf itseet ispae am a nsse cnaév ed proarepg nseels uson atde rtte le’mte uadien nddgorla n uinoes i mdpersepsasei o ne rdt’du’nt o;h mrmu ueerdp phoce rxer b mtan’goruav rAaéi.ecn tv ed ebvsaaneubarrati aetu desé llla nnoes » beatu«a On db olndne tl eo u anlq éetneue trabr éevi ueiglr tc ldeera iseunPhèa,m bnuexr âcyldlï aeBq aeerutoiravsuseaspt uucne aépl éoguaè rproiu rB e«. àa irvp eaulartanp» u:o jl een t nsauvrl ’ iclo mvpgtealialdannoeco ttriuue dtgi an es aspenlcpep rlaieg e snuérgpào xl ainoov .eatbndansls iau’pt eaàs .r dCghaDài etu earise n etnIvlo vsreil lrieedilv useerse àr etaihaivb uetle dr iso’vdanrati cueena qcooum pjtoanbrl eo ua upxeedhxcu ss nniem seadl p raelfv eirosùear ld asnssp alteosé saaspc ntous etreè .tenreali rvsitu q dCc’eedueees augelllqyao nseeeélnmn a’ laolh etnn a,vutreéa.i tmrerset aaiill uD’e q’oSml iatln t.iaasteéi réutsôic rfelie iqeures v iclel,guaéisnquloiba lsueddv scrau me saeldpgt roen ll’Laeu. déee tgree n; itve lep luile oypa pssls irauèdr ea nB adïidlimèmrheosq,u eP d sehlcrspo seeadsn isal atse lauss paains éde’ éb ineint tpalee .slutecnuder céheanrl s aIos u au rtoinaatdu mt ée là eiss tl oàupesveami Colue ev riirr rreila lecf msrtu endo s eeidl eslirlbe»n c1i e’uisqeu alpal La l eapacm stiin oqén iastitoifreezmzbiens adtrtbi tarsé..r eC ee’stisgàn oll à ae u«oi’Dlu o dleal sdee traul ruop serèirp eervane s l’urées n’lagis eamtnd etils telet tos snad al iaté tne des liee maîtreiuisene xu .aLc l I . l a r tt i.eaLvoaG tyt ouucea bbr a r d’p à p ocruimétorixbâti du cenment se loô’svsuaapretli sé rroupl iolnt adbea ,P èarier rBla’ïtd ysrerte tuo teu aaoLtrsui a.mUente rcrl ooiusrosnv eean tll rap eleévirra’r giarélilam fsaes .péuoavtilIa ne d d’uème euxia re cev enunioppêemerche dnspe àes srpjote s’dte de nostalgie , isfos oitrr pa siaM .teffe tecnue arvest p » eèieroscr e «ectta lamchseréerrvsèrp ed iaf xe t Dado à celle deantn e àrb etaetmou . Oudiscest c moèreteno emu Il. rembatt au fl erdnetruoter eplus grande parteid uetpm s ;èM Dreo adulsey e siaf tiab udtiurd eostnda oerD icesomples cvrai erèP ,siofraP .s’t eu pney ïdBalo eedR d e’lcéur y voiéhana poa’d aminnu ruep eleMèt ontiEl. 23


1
Sans haut-parleur.

r.œul Iraau bit neiluovov ug rie monogamie qui ul ircveia telc foe ls,à t anrçd retserttec sna débà sesserarraes sd eêuetocqnaMsi ifllse .snoçrag stitep ss tetipes det ec teadsned rmaabr de couargete l
uaevnad al smoc aiple nt lauu ieeds eérojiu red ce que Dieu dangas aS sfni esseva aieinidéc ditrè e,éP yifaBdïpidet ra ‘dementr,ouou t dneMbe xissiomuj t ets été sa ! N’eûte ll eesamalid,ei ssaue ll eitraôtissua eitraper qu’sant’avit. Sn uotià reasliv demande comment eraptrei .eJm er ous lexp‘eseulelley’s erp p dnestéra r plue leeCll’r . ies euq, lyOut siou csaetgnol sse’c spmèD suqu’ eider .-il de s cesse-tc ,etse’a esvirre llouép nneveouedd pm s eeta l elle si eine à p àliov al euq seagag bes sreaiéftst ele ru suooj recà lahe dherc,nosiam ’l a no siesprimelu’ qonleelj teets rul e visiteur un reenu’vir elaubmeuésq De.loe , intre conarné achtxréene s giottuo ad De,néon sentabmoc nu tianemdiner dar se danrud ealsnl aoceiviislluriee dal Àiov emes .tnem tlet ntmerapé al tnode étuaebressmaîtmme e femeneaftinu e t ;in canquintabie rt ee sèéivnaL .jours valu d’êtrl iua aveitnt uo rof nos nE .ruegnei Saue âcgre nerdrur ’opletechap de oursux ttiasrap jér siuoad Dleo enbiue qs vaia tuesr ,lir d’aillintérieuneiava iul ydïaBro fceé urocprt eteatrilonotnv preellete b cetavuop ti ecip enndai, re sasple i‘dnmeinac res scôté de tés’ du etu moOuem ton stnemarépnahéR à dana et pars cel i’ategutrtsnitar pou s dciqu’é étievnes srf seilles, avait donéns set arti s à mem les surmêmexu , sey relelevmeom co,ad D !lelimaf as ed serbférenciei la difdrc euql eerage oss paleeln’, ruœ iuq ed s asteetanc eid m nalégunsi Réhaé à sel relrap snegoiulvoe rôntcor nétéartnq iuo lbgard direct et poitnE .n ellia ae igfaà e irteatojru sadel: t uoabits amns des h étil edi’l mitnam fiailmaa oniserm ’dtêe tir1adansême te modessproc erttemuos ha claà e âmt et imposée depuisl notgmespd ees Ms.s ai flaleil ed dïaB’s yiaté le touts sotemp novsuu péiali e rui luienchroepsel ed t rehcac mi a qesder es sesédiopstnof el Lindar de cheztnmitèeruauc necu eç rnt’o nui qxuevehc seS .aro à Gtantaît i pl zuq eentud eobruopcéd hcorc reé chuttosee e ulll e até éuam rar de penser qu’es tuep eehcêpme’mèa sde non, red fi ristn eéferce. stan voiÀ laneirbéd ssia tiaéh Ra andeor «r.ia stel lpse ,pélle ne longs ; e etlovér al à nouorqou pst’e cetm rè eassid arpensiproptte e ceasccn iolaà if deréf ecns edœs ai elle se rebell e àalm iodnero emulsei kaBat entiavuop rertner ui eur qn anst u eodegd .rS cuuei islami 1 Lo » 24

.euq« q audnt sef liertaine ironie :rid va eu cec enE adDdeo ui lISORB SAOINU UHT cour ne dans laeuc ohesérq euql enterntsûa mereE « ellsard» ! voue tus qumbin eabtnd uaatno ter ftes leel, eséiram tnores sel
» . 25

saperidf el siae ne te te ! – Jalm raimet … – Àisaise d errealt re sruv erote Lt.ot G iaerq iuf arcnihde Gora au contrtse’ al naif eécBat y ïdma; cisneidiur nas tosmais la Il lon. el sicéed liues mceà t prt enom.sD p ulassnul tut sle fu’elès qrèm as ceva eluet pue nnahaRée red eul’smeêphcremarquei faire siupeuq uq red es,urll euelqjos ait e avtatéconsnuf q ’us é’ordins iittaené llta nos ert te erèpelle. « Père dotic morpnerd euqdee os nou j, rsm elairae egu tsté éaiJ’. leelnnosrep eriaffa en à vancesistn in ros eaprpsis ru mmecoe an smês am ereiroluom ri chercheit qu’ilO nidarsnluet.riom ed rd eN – .dée s àseasrrbauAucse .n uo nedas dis pêtises bap rritreC .res nes eu vtet oi vueevd a’ovrià t a une grande épr sellif M – …iuqn,nos ai Se.èr msed epsn à’tjé àer cisol cesommeib s .nesiaMiot es, cet-ue qu ta’abdnnoen r ànu mari, tu le sairepèn To. ntrasurennodrap et en – Vari.un mour r sae tsq iuioàlqus teitnee ou vp emp sasiarêM .enait qu’il ne tajamsij à’m io ,… – nantpèreNul m iatr,sniet samenllceexpoap rtsuojuot s’d ue sr plus. Nous avonn eelc morpnesdanabnndo. erJe– tiaamajd si’l en e’ulitnq a avempsde tpeu un ardnerp aleC .tifas atue que ctec e’tsuqmene tse publie en caur étsimeua nirotoi vsor e nutvetnlielssse .uTs ais que ton pèremia ’l eegrae tnsat en ponsist er me’sne .oSteetatieis p Et nte.ep ut issiaf ,xuue qui-lges uelqne liassn tira um lielf eedd xiluu rei ncra Ts. secqnicttem sar– Cere. isoi dér nrpsau tsp n e’uv oleEl. melèobe te cas nos tirim a lesrg’at en anaruos .tiuT –ici vingt mille lpsuq eul iu .oVmae dcs –t.ar pim etnaunarf ellvemee vi Réhnt ?om,iE te-lld tiib stellnaruel tn eittre èrdoDa tuar sest .uQnases doigs entre xid seL – .tnemo mler ou pcsanfrtiM ,ed tnni aot à lrontle i mil

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.