Graines de chagrin et autres contes d'une Afrique rêvée

De
Publié par

Des hommes trouvent le bonheur sans le chercher et d'autres ont peur du noir, des arbres exaucent les souhaits, des rêves disparaissent, une petite fille veut être forgeronne... Poésie, amour, humour, cruauté et sagesse s'entremêlent dans ces contes inédits aux couleurs chatoyantes d'une Afrique réelle et rêvée.
Publié le : samedi 1 juin 2013
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782296538085
Nombre de pages : 182
Prix de location à la page : 0,0079€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Annie Ferret
Graines de chagrin et autres contes d’une Afrique rêvée
Graines de chagrin et autrescontesd'une Afrique rêvée
Jeunesse L’Harmattan Collection dirigée par Isabelle Cadoré, Denis Rolland, Joëlle et Marcelle Chassin Dernières parutions Pascale PETRIZZELLI,Hugo et le mystère de la Couvertoirade,2013. Anne IMBERT,De la Guadeloupe à l’Afrique, Mots en liberté, 2013. Atelier d’écriture,Il était une fois… Contes sans frontières/Once upon a time… Fairytales without borders, 2013. Tristan CHALON,Les aventures du Chevalier Mylio au pays de Siam (1685-1689), 2013. Armel NONFODJI,Le rêve du singe, Contes du Bénin, 2013. Amarnath HOSANY,Chung et les couleurs de l’arc-en-ciel,2013. Amandine MATISKA,L’empreinte de la louve, 2013. Isabelle TAMBURINI,Assireni petite esclave en France,2013. Patrick Serge BOUTSINDI,La Fête de Ya foufou,2013. Fouma TRAORE,Nandiman le brave chasseur, Contes du Burkina Faso, 2013. Odette-Claire BROUSSE,Parmi les pierres, une rose du Sahara, 2013. Pascal HENRY, Louise de La Hulotte,2013. Mark KRASNIQI, Lettres recommandées - Posta e porositur,2013. Marion PAULET,Mambo du Rwanda, le choix d’une destinée,2013. Claude PLOCIENIAK,Le naufragé de Kabylie, 2012. Michael CAMARDESE,Tirino le rhinocéros blanc, 2012. Laurence LAVRAND,Faïdati et les contrebandiers de Soulou, 2012. Pierre DURIOT,Le calin du yéti, 2012. École élémentaire 17, rue de Marseille,Le singe qui n’aimait pas les bananesetCantou le toucan,2012. École BOUVINES,Comme c’est bien !,2012
Annie Ferret
Graines de chagrin et autrescontesd'une Afrique rêvée
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00391-7 EAN : 9782343003917
Il y a les pays dans lesquels on naît et où l’on vit et ceux que l’on adopte. Il y a les cultures que l’on suce avec le lait de sa maman sans les avoir choisies et celles que l’on dévore plus tard dans son assiette, de préférence à d’autres, parce qu’on a quand même le droit d’avoir des préférences, non ? Il y a les avenirs tout tracés, les chemins tout balisés depuis l’enfance et que l’on est prié de suivre à la lettre et il y a les promenades où l’on s’égare et où l’on décide que l’on deviendra non pas cet homme ou cette femme-là, mais cet homme ou cette femme-ci, parce qu’on a de temps en temps le droit de choisir, quand même ? C’est un peu ce que tous les héros de ces contes essaient de faire, M’Boulou le capricieux, Abibatou, la petite forgeronne, Oumou, l’idéaliste… tous, sauf peut-être l’agouti, parce que, quand Dieu a créé le monde, il y a quand même certaines choses qu’il ne nous a pas laissés choisir…
Histoire de M’boulou qui découvrit le bonheur là où il ne l’avait pas cherché l était une fois, dans un lointain village qui a disparu sans doute de la carte du monde depuis fort longtemps, un couple de pêcheurs très pauvres qui s’appelaient M’Bô et M’Bâ. Ils étaient pauvres, mais allez savoir comment, ils se sentaient parfaitement heureux. Il faut dire qu’ils n’étaient pas pauvres au point que M’Bô ne remontât pas au moins dans son filet un petit poisson, et M’Bâ, toujours fière de la pêche de son mari, avec un peu d’imagination et de savoir-faire, parvenait presque toujours à le transformer en un plat de fête. Et les jours où, malgré tous les efforts et la persévérance de M’Bô, il n’y avait pas même un minuscule fretin au fond du filet, M’Bâ trouvait quand même toujours quelques herbes sauvages, quelques racines ou légumes de brousse, une poignée de farine avec laquelle elle confectionnait de petits pains ou même un petit fromage, quand elle avait un peu de lait. Bref, il y avait toujours quelque chose de bon à manger dans la marmite de M’Bâ, aussi petit fût-il. Et puis, M’Bô et M’Bâ n’étaient pas malheureux, parce qu’ils s’aimaient tendrement. Et M’Bô avait creusé le tronc d’un très grand arbre abattu par la foudre un soir d’orage pour leur faire un lit qui les berçait comme une coquille de noix. Et M’Bâ avait tissé une très grande couverture de coton pour mettre dans le lit, par-dessous à la saison sèche et par-dessus pendant l’hivernage. Avec tout cela, ils étaient vraiment parfaitement heureux. Leur seul regret était qu’après plusieurs années, ils n’avaient toujours pas d’enfant, mais tant que la vie leur
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.