//img.uscri.be/pth/f250982a30c06a2d3aa073595266e5d5d6df07dd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Hansel et Gretel

De
146 pages
Une mère désespérée surprenant l’innommable dans le quatre pièces et demie miteux qu’elle partage avec son salaud et leur couple de jumeaux.
Un frère et une soeur télépathes ayant sauvagement perdu leur innocence, avidement convoités par les serviteurs de Satan.
Une adolescente rebelle à l’enfance éclatée servant de guide dans une métropole abritant anges et démons.
Un prêtre et une sorcière cherchant à accomplir la plus ancienne des prophéties du Necronomicon.
Deux enfants comprenant que, si Dieu est une pure invention humaine permettant de vivre d’espoir, le diable lui, existe bel et bien.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Avertissement : Cette histoire est une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des gens, des lieux ou des événements existants ou ayant existé est totalement fortuite. Copyright © 2017 Yvan Godbout Copyright © 2017 Éditions AdA Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Révision linguistique : Daniel Picard Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Émilie Leroux Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand Photo de la couverture : © Getty images Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89786-146-9 ISBN PDF numérique 978-2-89786-147-6 ISBN ePub 978-2-89786-148-3 Première impression : 2017 Dépôt légal : 2017 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives nationales du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada Téléphone : 450 929-0296 Télécopieur : 450 929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 EscalquensFrance Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC.Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du QuébecProgramme de crédit d’impôt pour l’édition de livresGestion SODEC. Conversion au format ePub par:
swww.laburbain.com
À mes merveilleux amis Joël, Julie, Linda, Marie-Cl aude, Martin, Richard, Roch, Stéphane et François.
Note de l’auteur :
« Hans » est un prénom allemanP, Piminutif Pe « Joh annes », et souvent traPuit en français par Jean. Celui Pe « Gretel » est quant à lui le Piminutif Pe « Margarete », soit Marguerite en français. our Pes raisons Pe créPibi lité, et pour refléter notre réalité Pémographique actuelle, j’ai Ponc utilisé les préno ms « Jeannot » et « Margot » qui ont P’ailleurs également été utilisés Pans certaines tr aPuctions françaises Pu conte original Pes frères Grimm.
Grignoti grignota Qui grignote ma maison ? Les enfants répondirent : C’est le vent, c’est le vent. Ce céleste enfant.
Les frères Grimm
Prologue
’autobus s’immobilise à l’intersection de la rue Pe rrault et du boulevard Andersen, à L quelques mètres d’un quatuor de sacs-poubelle évent rés. Au milieu de ces détritus, un vieux matou noir charbon, dérangé en plein petit déjeuner nocturne, crache rageusement son mécontentement. L’échine courbée, i l observe d’un œil mauvais la jeune femme sortant de l’imposant véhicule qui, pre sque aussitôt, s’éloigne bruyamment en soulevant un désagréable nuage poussi éreux. Pas un instant ses yeux ambrés n’ont quitté la menace se dirigeant vers lui . Une boîte suspecte entre les mains, l’humaine aux longs cheveux cuivrés approche d’un p as vif. Plus qu’une vingtaine de pattes avant qu’elle n’arrive jusqu’à lui ; il crac he à nouveau. Plus que 10 pattes ne les séparent ; ses poils se dressent sur son dos. Cinq pattes ; il sort les griffes. Une patte ; elle est juste là. Sans même le regarder, elle pass e rapidement devant lui. Soupir de chat. Il n’aura pas à se battre pour la troisième fois de la journée. Soulagé, l’animal replonge dans les ordures. Il a d éjà oublié l’inconnue à la boîte. À peine entend-il l’écho de ses talons martelant la c haussée au cœur de la nuit. Il a faim, très faim. Pourquoi ne le laisse-t-on jamais manger en paix ? D’un coup de mâchoire appliqué, il extirpe un bout de viande crue d’un sa c plastique. Avariée et malodorante, la chair est attaquée par une famille d’asticots. T ant pis ; il est bien trop affamé pour faire la fine gueule. Mordant à pleines dents dans son premier vrai repas de la journée, il fait fi de l’âpreté de la nourriture. Il tire, d échire, mastique, se remplit l’estomac. Demain, celui-ci sera vide à nouveau, mais pour le moment, ça lui est égal ; sans se régaler, il reprend des forces. Ses canines acérées grugent jusqu’à l’os, détachent chaque brin putréfié qui s’y colle. En un rien de t emps, il aura assez d’énergie pour se battre contre ceux qui cherchent toujours à lui vol er son petit déjeuner. Enfin rassasié, le félin ne s’occupe pas du truc du r enserrant l’une des extrémités de son repas. Ça brille, c’est froid, sans la moindre odeur, ni saveur ; bref, cette chose ne se mange pas. Étrangement, le visage de sa dernière maîtresse lui vient en tête. C’était une gentille humaine.Sagentille humaine. Elle et lui habitaient une grand e maison à la campagne, pleine de souris. La gentille humaine lui faisait souvent des câlins. La gentille humaine lui servait ses déjeuners dans un bol de porcelaine. La gentille humaine lui préparait une boîte de gravier juste po ur lui afin qu’il puisse y faire ses petits besoins impunément. La gentille humaine port ait un anneau doré autour d’un doigt, pareil au machin ornant celui qu’il est en train de grignoter. Sourire de chat. Il est heureux d’avoir repensé à la gentille humaine aujourd’hui. Et si… Le vieux matou délaisse subitement son repas, se me ttant plutôt à flâner le long du trottoir. Sans s’arrêter, il lève le museau, hume l ’air. Le parfum de la femme à la boîte y flotte toujours — oh, presque imperceptible —, mais son odorat ne lui ment jamais. Une odeur sucrée s’y mélange subtilement ; miam, elle t ransporte sûrement quelque chose d’appétissant. Il accélère le rythme. L’humaine n’e st plus très loin maintenant ; il pourra certainement la rattraper. Au loin, un chien aboie comme un enragé. Il s’en contrefiche
complètement ; ce sale clébard est loin, beaucoup t rop pour l’attraper. Il doit rester concentré. Bientôt, il aura à jouer le grand jeu : ronronner plus fort qu’à son habitude ; miauler comme un chaton ; frotter sa tête contre le s mollets de l’inconnue. Il saura vite si c’est une gentille humaine. Peut-être voudra-t-e lle êtresanouvelle gentille humaine ! Le matou arrive enfin à l’intersection suivante, ju ste à temps pour voir la jeune femme entrer dans un bâtiment mal entretenu. Bon, c e n’est peut-être pas aussi joli que la maison à la campagne qu’il a déjà habitée, mais l’endroit doit être bien garni en rats. Excité, il traverse la rue sans réfléchir. Flash de lumière ; phares brillant dans la nuit. BAM. Une voiture le percute. Le vieux matou noir charbon passe sous une roue. Le vieux matou noir charbon passe sous une autre ro ue. Le vieux matou noir charbon n’aura jamais de nouvel le gentille humaine. La gentille humaine n’aura jamais connu le chat gri gnoteur de doigt tout pourri. La gentille humaine, tout comme vous, ne saura jama is à qui appartenait ce doigt tout pourri. La gentille humaine a, de toute façon, bien d’autre s chats à fouetter.
Partie 1
CHEMIN DE CROIX