Ici, c'est différent de là-bas

De
Publié par

Souad, 11 ans, est originaire du Maroc. Avant son départ pour Montréal, son oncle Rachid lui offre un journal dans lequel elle va raconter son voyage et ses premiers jours en Amérique du Nord. À travers ses confidences, Souad raconte les bouleversements liés à l’immigration. Le lecteur suit son arrivée à l’aéroport, sa découverte de Montréal au début de l’automne, ainsi que son adaptation à la vie québécoise (dans la cour de récréation, à l’épicerie, etc.). Un choc pour elle qui vient d’un tout petit village de l’Atlas où l’eau courante n’est pas encore arrivée.
Avec son entrée à l’école à Côte-des-Neiges, l’un des quartiers les plus multiethniques de Montréal, Souad va découvrir d’autres enfants qui se sentent eux aussi différents à cause de leur culture.
Sous la forme d’un journal, ce livre touchant et intimiste est un magnifique moyen pour permettre aux enfants de comprendre ce qu’est le déracinement et l’immigration. Il tente aussi de répondre à la question : D’où est-ce que je viens?
Publié le : mercredi 23 avril 2014
Lecture(s) : 18
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895799252
Nombre de pages : 84
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

26066_Novalis_IciDifferent_couvert.indd 1 14-03-12 6:43 PM
Ici, c’est différent
de là-bas
Naïma Oukerfellah
Souad, 11 ans, doit quitter son village
natal du Maroc pour aller vivre à Montréal.
Toute une aventure ! Bien des surprises
l’attendent dans ce « Nouveau Monde » !
Souad réussira-t-elle à apprivoiser
cette nouvelle vie ?
Native du nord de l’Afrique, Naïma Oukerfellah
a aussi vécu en France, en Angleterre et au Canada,
pays où elle habite actuellement. Elle œuvre dans
le domaine du marketing et des communications.
Ici, c’est différent de là-bas est son premier
roman jeunesse.
Naïma Oukerfellah
Ici, c’est différent de là-bas26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 4 14-03-13 2:02 PM26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 1 14-03-13 2:02 PM
Ici, c’est différent
de là-bas
Naïma Oukerfellah Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
et Bibliothèque et Archives Canada
Oukerfellah, Naïma
Ici, c’est différent de là-bas
Pour enfants de 8 ans et plus.
ISBN 978-2-89579-573-5
I. Titre.
PS8629.U458I24 2014 jC843’.6 C2013-942474-1
PS9629.U458I24 2014
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014
Bibliothèque et Archives Canada, 2014
Direction : Gilda Routy
Révision : Madeleine Vincent
Conception et mise en pages : Interscript
Conception de la couverture : Dorian Danielsen
Illustrations : © Shutterstock
© Bayard Canada Livres inc. 2014
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise
du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de
notre entreprise.
Bayard Canada Livres inc. remercie le Conseil des Arts du Canada du soutien
accordé à son programme d’édition dans le cadre du Programme des subventions
globales aux éditeurs.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec –
Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Bayard Canada Livres
4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2
Téléphone : 514 844-2111 ou 1 866 844-2111
edition@bayardcanada.com
bayardlivres.ca
Imprimé au Canada
978-2-89579-925-2
bayardlivres.ca
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 2 14-03-13 2:02 PMÀ mes parents et à mes sœurs,
qui sont la source de mon affection.
À mes nièces et à mes neveux,
qui sont la source de mon inspiration.
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 3 14-03-13 2:02 PM26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 4 14-03-13 2:02 PMMaroc
Vendredi 7 octobre, en soirée
Mon oncle Rachid et mon père
ont un point commun : ils adorent les mots.
Mon oncle en a même fait son métier ;
à l’école comme au village, on l’appelle
« Monsieur le professeur ». Pour mon
anniversaire, il m’a offert ce cahier pour
que j’y inscrive mes journées. C’est, d’après
lui, la meilleure façon de ne pas les oublier.
Je n’y avais jamais pensé, mais cette
idée me plaît bien.
Cher journal, je vais commencer par
me présenter. Je suis née il y a onze ans,
dans un village de l’Atlas
marocain, situé au milieu
d’une vallée connue pour
ses oliviers centenaires.
Entre les maisons faites
de terre cuite et de
5
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 5 14-03-13 2:02 PMpierres, quelques chemins étroits offrent
des coins d’ombre où j’adore me réfugier
l’été. Ma grand-mère, mes parents et moi
vivions dans une maison reconnaissable
à sa porte d’entrée bleu azur et au banc
de pierres cuites adossé au mur, où des
hommes du village aiment se retrouver
en fin de journée.
Le jour de ma naissance, l’électricité est
arrivée au village. D’après ma grand-mère,
Fatima, la coïncidence de ces deux heureux
évènements était un très bon signe. Aussi,
elle a suggéré que l’on me prénomme
Souad, qui signifie « bonheur » en arabe.

Par quoi vais-je continuer ? Quand
les adultes se rencontrent et qu’ils ne
6
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 6 14-03-13 2:02 PMsavent pas quoi se dire, ils parlent du
temps qu’il fait, alors je vais faire comme
eux. Depuis la fin de l’après-midi, il pleut
et il n’y a pas de courant. La pièce est
sombre et je t’écris à la lueur d’une bougie.
Ce temps convient à mon humeur. Toute la
journée, j’ai eu les yeux pleins de tristesse,
mais je me suis retenue de pleurer.
Évidemment, ma grand-mère s’est vite
rendu compte que quelque chose n’allait
pas. Elle me connaît si bien ! Elle s’est
approchée de moi, m’a pris la main et l’a
posée sur mon cœur.
— Souad, où que tu sois, je serai
toujours ici, avec toi.
Elle a dit ça tout bas et tout
doucement. Ça m’a réconfortée.
7
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 7 14-03-13 2:02 PMJe dois t’annoncer une grande nouvelle.
Demain, je vais retrouver mes parents au
Canada ! Je suis tellement contente de les
revoir, après ces longs mois de séparation.
D’un autre côté, cela veut dire que je vais
devoir quitter mon village, mes amis, tous
ces gens que j’aime.
Tout l’après-midi, ma grand-mère et
moi avons préparé mes bagages. Ma mère
m’a appelée sur le téléphone portable pour
me dire qu’elle
m’avait acheté
des vêtements
neufs que je
porterai là-bas.
Alors, on
8
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 8 14-03-13 2:02 PMa rempli ma valise de dattes, de figues
séchées, d’épices et de pots de miel. On y
a même mis des gâteaux que ma tante
avait faits, ainsi qu’une théière argentée
gravée à la main et un tajine. Elle était
pleine à craquer, mais j’ai réussi à y glisser
un objet très précieux : la photo encadrée
de ma grand-mère Fatima.
9
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 9 14-03-13 2:02 PMSamedi 8 octobre, dans l’avion au-dessus
de l’océan
Comme tu dois t’en douter, les
adieux ont été difficiles. Tous les
habitants du village sont venus me
saluer. Mon petit cousin Karim m’a
demandé s’il pouvait se cacher dans ma
valise et venir avec moi. Je me suis forcée
pour sourire, mais j’avais le cœur brisé.
Quand je me suis approchée de ma
grandmère, elle m’a fait promettre de tout faire
pour être heureuse, et elle m’a serrée dans
ses bras. J’étais incapable de bouger, alors
elle m’a doucement prise par le bras et m’a
accompagnée jusqu’à la voiture. Avant de
monter dans le véhicule, je me suis penchée
pour ramasser une petite pierre ocre,
comme celles avec lesquelles on a construit
mon village. Ensuite, la voiture a démarré,
et je n’ai plus regardé derrière moi.
10
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 10 14-03-13 2:02 PMÀ l’aéroport, une hôtesse de l’air
est venue me chercher au comptoir
d’enregistrement. Nous avons traversé de
longs couloirs sans que je puisse observer
le va-et-vient autour de moi ; l’hôtesse
marchait vite, très vite, je devais presque
courir pour la rattraper. Ensuite, on a
franchi plusieurs postes de contrôle avant
d’arriver dans une salle bondée de gens
qui attendaient le même avion. Il y avait
autant de personnes que tous les habitants
de mon village réunis. Je me suis demandé
comment nous allions faire pour tous
y prendre place !
Avant d’embarquer, un jeune garçon
qui ressemblait un peu à Karim s’est mis
à pleurer. Moi, à sa place, j’aurais été folle
de joie ! À son âge, l’idée même de partir
en avion me semblait impossible. Les avions,
on les voyait seulement traverser le ciel,
11
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 11 14-03-13 2:02 PMhaut, très haut. On passait des journées,
avec mon cousin Nassim, à faire l’avion,
à rêver qu’on volait dans les airs. Tu aurais
dû nous voir, on était tellement ridicules !
Wow ! Je suis en train de vivre un rêve
éveillé. Quelle chance !
Cher journal, je dois également
t’avouer que j’ai un peu peur, aussi…

Vu d’en bas, l’avion paraissait à peine
plus grand qu’une hirondelle. Mais à côté
de lui, j’avais l’impression d’être une fourmi.
À l’intérieur, il y a tout le confort d’une
12
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 12 14-03-13 2:02 PMmaison : on peut manger, dormir et même
aller aux toilettes. Les sièges sur lesquels
on est assis sont tellement confortables
que j’entends quelqu’un ronfler derrière moi.
Sur chaque dossier sont fixés une table
(sur laquelle je t’écris) et un écran de
télévision ! Quand je pense qu’au village,
mon oncle Nordine était le seul à en avoir
une ! Heureusement, il en faisait profiter
tout le monde pour les grandes occasions,
comme les évènements sportifs.
L’hôtesse de l’air m’a proposé de
regarder des films. Comme je m’intéressais
plus à ce qui se passait de l’autre côté
du hublot, je l’ai poliment remerciée. En ce
moment, le ciel est en train de se colorer
de longues bandes blanches, roses et jaunes.
C’est un spectacle incroyable ! Moi, la
grande rêveuse, me voilà pour la première
fois avec la tête vraiment dans les nuages.
13
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 13 14-03-13 2:02 PMAvant d’arriver au-dessus de l’océan, nous
avons survolé la côte. Les paysages sont
splendides, je reste sans voix. Oh ! Que la
terre est belle, vue d’en haut !
Cher journal, plus je t’écris et plus j’ai
l’impression de parler à une vraie personne.
À partir de maintenant, je t’écrirai comme à
un ami à qui je pourrai confier mes questions,
mes peines, mes joies, mes peurs, bref, tout
ce que je ne voudrais pas dire aux autres.
Mon cher ami, je suis si contente de
vivre ce moment, et surtout, de pouvoir
le partager avec toi !

J’ai eu horriblement mal aux oreilles !
C’était comme si un insecte y était entré.
14
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 14 14-03-13 2:02 PMQuand ma voisine m’a vue grimacer de
douleur, elle m’a expliqué que c’était à
cause du « changement de pression
atmosphérique ». Elle m’a donné de la
gomme à mâcher rose. Je ne connaissais
pas cette variété au goût étrange, mais en
tout cas, c’était efficace ! Peu après, j’ai
senti mes oreilles se débloquer, et le mal a
disparu d’un seul coup. Quel soulagement !
Un peu plus tard,
l’hôtesse a déposé un
plateau de nourriture sur
ma table. J’étais curieuse
de savoir ce qu’il contenait,
mais je n’avais pas faim. Même si mes
parents m’ont appris à ne pas gaspiller
d’aliments, mon plateau est reparti comme
il était arrivé.
15
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 15 14-03-13 2:02 PMÀ un moment donné, j’ai sorti de ma
poche la pierre que j’avais ramassée juste
avant de partir. Elle était douce au
toucher. D’un seul coup, plein de souvenirs
ont fait surface – mon village, ma famille,
mes amis, nos éclats de rire… J’étais
au bord des larmes et, dans l’obscurité
de l’avion, j’ai pleuré, pleuré.
Des paroles que j’avais entendues
dans la bouche de Tunaruz, la conteuse
du village voisin, ont alors retenti en moi :
« Vide ton cœur de tes larmes et
laisse le vent emporter ta peine.
Les yeux brillants d’une lumière
nouvelle, cueille la fleur de la vie,
la paix dans l’âme. »
16
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 16 14-03-13 2:02 PMCe n’est pas le moment de me laisser
abattre ! J’ai promis à ma grand-mère de
tout faire pour être heureuse.

Je me demande bien comment c’est,
le Canada. Ma mère et mon père ne m’en ont
dit que de bonnes choses. Comment sera
ma nouvelle vie, là-bas ? Vais-je m’y faire
de nouveaux amis ?
17
26066_Novalis_IciDifferent_int.indd 17 14-03-13 2:02 PM

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi