//img.uscri.be/pth/09a4b03a4a6e08361c2a9f36660b25b3a9947900
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ils inventèrent l'été

De
266 pages
Lyon. Août 1731.L'été brûle. La canicule aggravée par une épizootie mortelle fait des ravages. Les Thierry, un bon couple issu du peuple, trouvent leurs enfants dans un état alarmant et décident de descendre dans le Midi, attirés par des sources que l'on dit « bienfaitrices ». Mais leur comportement trouble l'ordre moral et religieux. Et si d'autres familles allaient les imiter ? En 1731, peut-on impunément prendre un « congé d'été » ? Les Thierry devront servir d'exemple ...
Voir plus Voir moins
Jean Larriaga
Ils inventèrent l’été Une escapade estivale sous l’Ancien Régime
Romans historiques e Sérîe XVIII sîècle
Ils inventèrent l’été
Romans historiques Cette collection est consacrée à la publication de romans historiques ou de récits historiques romancés concernant toutes les périodes et aires culturelles. Elle est organisée par séries fondées sur la chronologie. MAUMY(Jean),Le duel des reines. Aliénor d’Aquitaine et Adèle de Champagne, 2016. CENCERRADO(Monique),Manant et Croisé. La quête d’un destin au Moyen Âge, 2016. BEVAND(Roger),Estienne Dolet. Un écrivain de la Renaissance mort sur le bûcher, 2016. SUDRE(Jacques),Le Matin d’Eylau. Une aventure du colonel de Sallanches, ingénieur géographe au service de l’Empereur, 2015. BRATZ(Marc),L’Échiquier vénitien de Napoléon,2015. DUBREUIL(Chloé), Fortunae. De pourpre et de cendres…, 2015 BONNERY(André et Michèle),Il faut détruire Carthage, 2015. PINTAUX(Philippe),Vous reviendrez à Berlin-sur-Meuse, 2015. RODHAIN(Claude),Fanquenouille. Un gueux à la cour de Louis XV, 2015. RUIZBOTELLA(Rodrigue),Thibaud sur les routes de l’an mille, 2015. e DUFOURCQ-CHAPPAZ(Christiane),siècle.Une lignée de verriers au XIX Itinéraires de petits-bourgeois, 2015. CHAUVANCY(Raphaël),Soundiata Keïta. Le lion du Manden, 2015. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Jean Larriaga Ils inventèrent l’été Une escapade estivale sous l’Ancien Régime
Du même auteur Théâtre La Nacelle ou une bouffée d’hydrogène,L’Harmattan, coll. « Théâtre des cinq continents », ʹͲͲ4.Morceaux choisis,L’Harmattan, coll. « Théâtre des cinq continents », ʹͲͲ7.Ceux du périmètrecoll. « Théâtre des cinq L’Harmattan, continents », ʹͲͳʹ. Romans – essais Il était une voix. Quand un imitateur est possédé par Fernandel…, L’Harmattan, ʹͲͲ7.FIP et moi. Chroniques d’un écouteur, L’Harmattan, ʹͲͳ4.D’autres pièces et romans ont été publiés par l’Avant-Scène, Art et Comédie, La Librairie Théâtrale, Mokeddem… © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09225-6 EAN : 9782343092256
Je couche La nuit sur l’herbe des bois Les mouches Ne me piquent pas Charles Trénet (Je chante) Remerciements à Léon Blum et à Philippe Triboit
1
De mémoire de Lyonnais, l’année dernière avait connu un été moins chaud, à moins que ce ne soit l’année d’avant ou la précédente, en tout cas, rien de comparable en chaleur avec ce début d’août. Depuis ces jours et ces nuits-ci, les murs brûlaient, l’air manquait, et des vieillards s’éteignaient prématurément dans leur lit, privés de plusieurs années. Rendus observateurs de tels phénomènes, nombre de Lyonnais, après avoir évoqué entre eux des cas de malaises, coups de sang, et autres asphyxies, en venaient à rapprocher 1731 dans leur ville avec 1720 et la grande peste de Marseille, terrible référence que ce spectre-là. Pas Luce Thierry. Luce n’aimait pas les commentaires, comme elle se méfiait des comparaisons. Luce serrait contre sa hanche un panier rempli à ras bord de linge de maison, de chemises et de draps, qu’elle avait lavés tôt ce matin mais pas encore rincés et elle se hâtait vers le lavoir du carrefour Saint-Jean. Avec ses longs bassins et, en amont, son rinçoir prolongé de l’abreuvoir il y ferait meilleur qu’à la forge. Et puis, sous l’impluvium conservant la fraîcheur humide, les femmes oublieraient un moment de se lamenter sur la canicule pour converser, entre deux rires, d’autres soucis de femmes, point saisonniers ceux-là. Luce, par instinct, parlerait moins qu’elle n’écouterait, passerait son tour, mais pour cette raison justement, lorsqu’elle parlait, on l’écoutait. Cela la changeait de chez elle. Aussi, depuis quelque temps, quand exactement, elle se l’était demandée sans trouver de réponse, aller au lavoir public la faisait se sentir mieux en elle-même qu’à la maison. S’il n’y avait eu la chaleur encore montante, elle y aurait volé. Ce qu’elle fit presque lorsqu’à
9