Ils mourront de leur propre poison

De
Publié par

Makongo est père de deux enfants, dont un, atteint de drépanocytose. Alors qu'il est encore mineur, sa mère meurt. Depuis, son père, qui s'est remarié n'a plus la même attention sur cet enfant qu'il choyait jusque-là. Quand il décède à son tour, ce fils à qui le géniteur n'a rien légué apprend que son père a été enterré avec une somme colossale. Se déclenche alors une série d'aventures rocambolesques dans lesquelles le sacré, le mystique, la magie, la sorcellerie et le divin se côtoient. Une histoire d'héritage hors du commun.
Publié le : lundi 5 octobre 2015
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782336393865
Nombre de pages : 162
Prix de location à la page : 0,0097€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Gérard Y
Ils mourront de leur propre poison Roman
Ils mourront de leur propre poison
Roman
Gérard YONGO
Ils mourront de leur propre poison
Roman
-Congo
Du même auteur
Un guru apprenti sorcier, Éditions Hemar, décembre ʹͲͳͲ.
Une nuit blanche, Éditions L’Harmattan, mars ʹͲͳ͵.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵Ͷ͵-ͲͷͺͺͲ-ͳ EAN : ͻ͹ͺʹ͵Ͷ͵ͲͷͺͺͲͳ
À mon « grand »M.Pierre Oba (Peter), à qui je suis grandement redevable;
ÀMoïse Sola, Magistrat, Colonel à la retraite, un véritable mentor en des circonstances passées.
Nul ne connaît l’histoire de la prochaine aurore (Proverbe africain).
Pourquoi un jour est-il plus grand que l’autre, puisque, toute l’année, la lumière vient du soleil ? C’est qu’ils ont été distingués dans la pensée du Seigneur, qui a diversifié les saisons et les fêtes. Il a exalté et consacré les uns et fait des autres des jours ordinaires… Et par-dessus tout, supplie le Très Haut, qu’il dirige tes pas dans la vérité. (Parole du Seigneur).
« Le pouvoir véritable n’est pas celui qu’on se donne, mais qui nous est reconnu par ceux qui nous entourent. » Raymond Chappuis, les relations d’autorité, 1987.
CHAPITRE 1
Peu à peu, un semblant d’accalmie était revenu. Cette période avait permis de décompresser ; chacun s’efforçait à panser ses plaies afin de tourner définitivement la page sombre des dissensions que la famille venait de vivre suite au décès du vieil homme. Le téléphone du kiosque retentit. C’était un appel de l’étranger. Le correspondant au bout du fil demandait à parler à l’un des occupants du 7, rue Mokili. Le propriétaire du kiosque téléphonique dépêcha un petit garçon les avertir. Il connaissait bien le quartier et la famille Sengoula. Peu après, Makongo fit son entrée dans le kiosque. Il se précipita sur le combiné qu’on lui tendait. « Allô ! » « Oui, allô ! Qui est à l’appareil ? » « C’est Salissa au téléphone. Et toi c’est… À qui ai-je l’honneur ? » « C’est ton grand Makongo » ; « Y-a-t-il un oncle à côté, à qui je peux parler ? » « Ah, non ! Ils sont tous repartis chez eux. Je suis resté seul. Y-a-t-il un problème ? Tu peux me le dire. S’il y a un message, je me chargerai de le transmettre au destinataire. » « Est-ce que d’ici une ou deux heures, ils pourront être là ? Pourrais-je avoir l’un d’entre eux ? Parmi les oncles, pourrais-je contacter Marto Kele, Lamarche Mbouli, Mongo ou Canif Ndjokou ? Du côté des tantes, pourrais-tu m’aider à joindre tante Casserole Kaké par exemple ? » « Je ne pense pas. La tension qui a régné au sein de la famille à l’annonce du décès de papa en est la cause. » « Que s’est-il donc passé ? » « Il y a eu plusieurs points de désaccord, mais la cause du décès du vieux et la succession testamentaire perçue de façon mitigée, par certains membres de la famille, sont les
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.