Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Je vais où je m'ignore

De
254 pages
Malgré sa bonne volonté de terminer ses examens de médecine, le parcours de Pierre ne sera qu'une suite de ratages médicaux et sentimentaux. Un jour, à la gare de lyon, il rencontre une femme singulière qu'il surnomme "La Nuit". Elle se révélera être la radieuse Tania, trop belle pour être vraie. Marcel, l'ami avocat de Pierre, l'aidera à se réaliser dans l'existence créatrice promise par "La Nuit", la peinture. Lui-même sera amené à chercher "La Nuit" et à découvrir son destin d'écrivain.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Collection Romans
Claude LE PRESTRE
Je vais où je m’ignore Roman
Je vais où je m’ignore
Rue des Écoles Le secteur «Rue des Écoles» est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons: historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques. Déjà parus Termolle (Marcelle),L’Insolente, 2013. Pouhayaux (Gérard),L’Usage du désert, 2013. Breynaert (Jacques),L’Évangile selon Marie-Madeleine, 2013. Minster (Louise),Bébé Blues, 2013. Dalix (Patrice),Chroniques d’un architecte coopérant, 2013. Danzon (Marc),Le révélateur, ou le roman d’un drôle d’enfant juif et toulousain d’après-guerre, 2013. Khazinedjian (Albert),Fadila,Quand un monde s’effondre,2013. Vacher (Jean-François),Chimères, 2013. Le Doaré (Nelly),Vieillir, mourir, un chemin de vie, 2013. Guillaud (Gilles),La promesse du présent, 2013. Jaffrézou (Raymond),Heureux qui comme Ulysse… Récit de voyages, 2013. Jamet (Michel),Trente photos plus une, 2013. ^^Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Claude LEPRESTREJe vais où je m’ignore Roman Préface de Gabriel Veraldi L’HARMATTAN
DU MÊME AUTEURLes lieux du corps, éditions de la Table Ronde.La plus vieille médecine du monde,éditions Planète.© L’HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02329-8 EAN : 9782343023298
à Marthe, Femme de Lettres à Colette et son sourire
PRÉFACE Le roman de Claude Le Prestre est étonnant par son rapport étrange avec le réel. Peut-être ne savons-nous pas, comme Pierre son héros menteur et passionné, « démasquer le sens caché des événements », selon le titre de son roman emprunté au poète et romancier Jean Cayrol. Lisant son manuscrit, je me suis demandé à chaque page : pourquoi diable raconte-t-il l’histoire d’un médecin inachevé? Pourquoi ce personnage errant et plein d’erreurs, sentant confusément que ce qu’il fait n’est pas ce qu’il est? Le contraire en somme de Claude Le Prestre, un homme de convictions. Quand je l’ai rencontré voici une trentaine d’années, il donnait fortement l’impression de savoir ce qu’il faisait et vers quoi il allait. Renommé médecin parisien, dans son cabinet se pressaient les déçus des traitements classiques et les premiers partisans des médecines différentes. Pourquoi donc cet homme de science novateur a-t-il pris autant de plaisir à créer un personnage et une intrigue qui lui ressemblent si peu ? À la réflexion, une curieuse nostalgie de l’échec, de l’autodestruction apparaît assez souvent chez ceux qui ont réussi une belle carrière. Certains se sont complu à rêver des vies de clochards…Fantasmes agréables pour d’énormes travailleurs, harcelés d’attentions et d’obligations. L’auteur de «»Je vais où je m’ignorene partage pas la tristesse qu’ils ont parfois manifestée. Lui, il aime les gens, les bêtes, les maisons, les rues des vieux quartiers, les plats du terroir. Il nous fait ressentir l’enchantement que gardent toujours les rives de la Méditerranée. Et un autre «lui »émergera, plus tard, dans la magie des couleurs. L’expérience de l’existence se devine à ce que l’amour, en version tant quotidienne que fantasmatique, s’il n’est le bonheur en soi, est un chemin qui y conduit. En revanche, tout le récit est un hymne à l’amitié : «Tana m’a conduit à travers la mort, toi, mon ami,
9