L'Abandon

De
Une fillette de neuf ans lutte, pendant trois dures années, sans jamais perdre espoir en ses capacités intérieures.Elle a tôt fait de démasquer, d’une part, la mesquinerie et les intérêts personnels des adultes qui l’entourent et, d’autre part, les comportements troubles ou déviants de certaines personnes, qui oscillent entre la pitié pour des fillettes démunies et un besoin inassouvi d’affection. Sans relâche, elle aspirera à la liberté, persuadée que la seule solution est de franchir les murs. Un curieux phénomène se produira plusieurs années plus tard et apportera le baume final sur cette période d’horreur. On répondra à ses doutes en lui confirmant : « qu’elle n’avait rien rêvé ». Tout ça avait bel et bien existé au temps de l’orphelinat.
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896642083
Nombre de pages : 246
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
LABANDON
Extrait de la publication
Denise Riendeau
L’ABANDON récit autobiographique
S E P T E N T R I O N
Nous remercions le Conseil des Arts du Canada et la SODEC pourle soutien accord notre programme d dition, de m me que le gouvernement du Canada pour l aide financi re re ue par l entremise du Programme d aide au d veloppement de l industrie de l dition (Padi ).
Maquette de la couverture : Folio infographie
Illustration de la couverture : Annie Poulin
Photo de l auteure : Annie Poulin
R vision : Solange Desch nes
Mise en pages : Gilles Herman
Si vous d sirez tre tenu au courant des publications des DITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous crire au 1300, av. Maguire, Sillery (Qu bec) G1T 1Z3 ou par t l copieur (418) 5274978 ou consulter notre catalogue sur Internet : http://www.septentrion.qc.ca
' Les ditions du Septentrion Diffusion Dimedia 1300, av. Maguire 539, boul. Lebeau Sillery (Qu bec) SaintLaurent (Qu bec) G1T 1Z3 H4N 1S2
er Dptlgaltr1imestre1999 Biblioth que nationale du Qu bec ISBN 2894481322
Extrait de la publication
Chacun d entre nous,  des degr s divers, dedif mani res, a connu dans son existence l abandon etl ins curit qui y est associ e. Il importe de d couvrir un deuxi me sens  ce concept bouleversant celui qui consiste  rappr s pancher avec abandon dans une s curit totale puisque la reconnaissance du pass est le meilleur guidepour faciliter l abandon.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
L A R A N D O N N E D O U T E U S E
La porte venait de se refermer. Mon existenceaussi. Les souvenirs se bousculaient dans ma t te pendant que la voiture avan ait vers un point pr cis qu elle semblait bien conna tre. Obnubil e, je n entendais rien dela con versation, toute faite de diversion. Je ne savaions pas o m emmenait, mais je ne voulais pas y aller. Javais la certitude que cet endroit ne me conviendrait pas. On ne m avait pas impliqu e dans la d cision et le secrtet avait bien gard . Je pouvais donc penser qu il y avaitquelques bonnes raisons la chose. J avais des bagages,espadrilles, tshirts : cela allait de soi, c tait l t . Mais pour le moins curieux, tout l attirail d hiver s y trouvait aussi. ¸ neuf ans, je comprenais d j facilement qu au mois d ao t personne n a besoin de manteau et de bottes d hiver. Maiso tait pass mon maillot de bain ? Il faisait encore sibeau. Des journ es magnifiques, o seuls quelques sereinsfrais des soirs de septembre semblaient annonciateurs de journ es plus sombres. L o j allais, seraitil permis de le porter La Pontiac neuve roulait vive allure. Jen tais pourtant pas press e. Avaitil un lourd fardeau d poser oncle L on ? De quoi se m laitil cette foisci ?Il tait bien gentil et depuis quelque temps il semblait se proccuper beaucoup de sa petite sˇur, Gemma, et de ses rejetons.
Extrait de la publication
L ABANDON
Particuli rement aujourd hui, alors que je l aurais souhait indiff rent. D autant plus qu il me semblait sournois et quelque peu triqu . Grandm re Alida y tait sans aucun doute pour quelque chose, elle qui voyait tout et contr laittout. Ou encore les tantes ? C tait donc a, le clan desfemmes avait port son verdict. N avaientelles pas depuis belle lurette class leur sˇur Gemma ? Pas d indulgence pour cette trop belle femme. Pour le clan, ma m re tait ˙ l artiste ¨ ! aexpliquebiendeschoses. Elle tait aussi ˙ l irrationnelle ¨ ! aenexpliquebiendautres. Enfin leur esprit troit se comportait mieux lorsque les explications demeuraient dans les normes. La prog niture de cette soeur inqui tait beaucoup le clan et surtout d rangeait leur petite vie bien tranquille. ¸ mon gard, l valuation tait fix e depuis bien longtemps.  Elle est si d plaisante quand elle s y met. Ett te de mule on ne peut plus. Que vatelle devenir ? En plus de a, Gemma, tu fais les quatre volont s de cette enfant. On sait bien, quand tu auras des probl mes, c est s rement pas ton L opold qui va t aider. C est encore nousautres qui allons ramasser les pots cass s. Ma m re avaitelle c d la pression des m gres Avaitelle su leur tenir t te ? ˙ Ses petits yeux bleus disent non avec confusion. Ils semblent d sarm s et r signs. Ils ne luttent plus comme avant. ¨ Pourtant, elle avait sa mani re bien elle de d fier le clan, tant dans ses choix, qui ne leur convenaient pas, que dans la fa on denous duquer, qui ne leur convenait gu re mieux. ***
10
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Rupe Scissa

de editions-edilivre

Alan Kerven

de la-gibeciere-a-mots78795

suivant