L'Apex

De
Publié par

Ces contes manifestent le caractère sacré de la vie humaine : de l'amour (Première communion, Les fiancées d'Antarès, L'amour de la racine), des métiers (La roue), du langage (La planète qui chante), du voyage (Le train fou), des religions (L'île aux prophètes). Ecrits dans un style vif, alerte, parfois percutant, ils se lisent d'affilée.
Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 56
Tags :
EAN13 : 9782296931725
Nombre de pages : 70
Prix de location à la page : 0,0059€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Xkfgj=
j4X=v
zml$=#
DU MÊME AUTEUR
Chez l’Harmattan Voies de sagesse chrétienne, 2006.
Aux Édîtîons du Dauphîn, Parîs Le Ciel c{est les Autres, poèmes, 1951. Le Ciel c{est les Autres, contes, 1952. L{Ange et le Cadavre, poèmes, 1955.
Aux Édîtîons Aryana, Parîs Méthode pratique de relaxation(10° mille), 1955-1958-1965. trad. espagnole Josita Hernan,Método de relajación,ejercicios prácticos, Los pequeños Universos de “El Grifon”, Madrid, 1957. L{Art d{être deux (Le bonheur par le couple), 1957. La mort du deuxième Gémeau, contes insolites, 1962 (Prix du Syndicat des Journalistes et Ecrivains).
Aux Édîtîons de la Nouvelle Pléîade, Parîs Le Fil des Êtres, incantations et poèmes yogis, 1966 (Prix de l’Académie française: Paul Labbé Vauquelin). Les spires du Caducée, apologues et contes yogis, 1972. Guide des associations du troisième degré, 1995.
Aux Édîtîons EPIDesclée de Brouwer, Parîs Pour vivre en YOGA, introduction à la pratique de la sagesse hindoue, 1978
Dans les revues Les Carnets du Yoga, Yoga-Énergîe et La Santé Spîrîtuelle (1955-2003) Nombreux articles, en particulier : « Cent gourous pour un gémeau » (fragments autobiographiques), Yoga-Énergie n°60, octobre 1994.
L{apex, direction vers laquelle se dirige notre système solaire, symbolise le but de tout être humainqu{il importe de découvrir en soi.
LAROUE
INITIATION Timothée leva la trappe qui fermait le sommet de la maison et monta sur la terrasse, avec son fils Théodore. Ils sengagèrent tous les deux sur la voie piétonne qui courait sur les habitations à toit plat. Dans la rue en contrebas, les ânes et les dromadaires, lourdement chargés, avançaient à pas mesurés.
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.