L'Eden est triste

De
Publié par

Christina et Delavallée, un couple de touristes européens, se rendent en vacances aux pieds du Kilimandjaro. Photographe et idéaliste, la jeune femme est obsédée par l'idée d'une Afrique-parc d'attraction tandis que son compagnon, journaliste et écrivain, s'est fait le peintre de l'autre Afrique assailie. Par malheur, leur jet s'écrase quelque part au coeur de la région de grands-lacs. Ils s'en sortent miraculeusement sains et saufs. Réussiront-ils à concilier leurs vues contrastées au contact de cette région truffée de paradoxes?
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 12
EAN13 : 9782296491472
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L
E
D
E
N
 
E
S
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
T
R
I
S
T
E
 
Dernières parutions
Écrire lAfrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Michèle ASSAMOUA,Le défi. Couples mixtes en Côte dIvoire, 2eédition revue et corrigée, 2012 Angeline Solange BONONO,Marie-France lOrpailleuse, 2012. Jules C. AGBOTON,Ma belle-sur (et quatre autres nouvelles), 2012. Joseph NGATCHOU-WANDJI,Le Vent du Printemps, 2012. Faustin KEOUA LETURMY,Dans le couloir du campus, 2012. Abdou DIAGNE,Les Larmes dune martyre, 2012. René GRAUWET,Au service du Katanga. Mémoires, 2012.Antoine MANSON VIGOU, dun demandeur dasile Journal, 2012. Brigitte KEHRER, Poudre dAfrique, 2012. Patrick Serge Boutsindi,Bal des Sapeurs à Bacongo, 2011. Alice Toulaye SOW,Une illusion généreuse, 2011 Kapashika DIKUYI,Le Camouflet, 2011. André-Hubert ONANA MFEGE,Le cimetière des immigrants subsahariens, 2011. José MAMBWINI KIVUILA KIAKU,Le Combat dun Congolais en exil, 2011.Aboubacar Eros SISSOKO,Mais qui a tué Sambala ?, 2011.Gilbert GBESSAYA,La danse du changer-changer au pays des pieds déformés, 2011. Blommaert KEMPS,Confidences dun mari désabusé, 2011. Nacrita LEP-BIBOM,Tourbillons démotions, 2011.Eric DIBAS-FRANCK,Destins maudits, 2011. Zounga BONGOLO,Larbre aux mille feuilles, 2011. Otitié KIRI,Comme il était au commencement, 2011. Mamadou SY TOUNKARA,Trouble à l'ordre public,2011. Kourouma, 2011.
G. K. MWANABWATO
    L’EDEN EST TRISTE   Roman          LHarmattan
               © LHARMATTAN, 2012 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.frharmattan1@wanadoo.frISBN : 978-2-296-96087-9 EAN : 9782296960879
    
            
A Sheka et à Bikioli : En souvenir de tant de souvenirs
 
 
I
La jeune fille se retourna inconsciemment sur son lit en froissant ses beaux draps bleu foncé. Elle séveilla subitement en haletant. Une ampoule jaune baignait la chambre dune lumière douce. Par terre traînait une énorme poupée poilue au regard immobile. Un grand fauteuil se dressait devant la porte verte qui donnait accès au salon. Kanku, lesprit éparpillé, trouva étrange quun fauteuil vînt renforcer une porte quelle avait pourtant lhabitude de verrouiller quand elle était seule dans sa chambre. Elle écarta les rideaux violets de sa fenêtre. Tout était noir à lextérieur. Une petite pluie avait amassé au milieu de la cour des flaques deau dans lesquelles la pleine lune se reflétait timidement et dansait à la tombée de chaque goutte. La fillette se hâta douvrir la porte après avoir légèrement déplacé le gros fauteuil. Ce fut à ce moment quelle se rappela tout ce qui sétait passé la journée. Il lui était arrivé quelque chose dinaccoutumé ce jour-là. Elle se souvint de son départ vers lécole puis de lirruption subite du chauffeur de son père. Il devait, 9
disait-il, ramener Kanku à la maison le plus vite possible. Ces genres dévacuation, elle en était habituée mais ce matin là, cétait différent. Le chauffeur lui avait dit que quelque chose de grave allait se passer et quil ne fallait pas quelle fût loin de ses parents. Kanku sétait sentie un peu embarrassée. Ce privilège dont elle était lobjet sous les regards envieux de ses petits camarades de classe lavait rendue nerveuse. Puis elle se rappela le trajet de lécole à la maison. La vue de la foule désespérée qui, dans la rage du désespoir, se dilatait et se comprimait sous les bruits assourdissants de lointaines déflagrations. La poussière, en sélevant, se répandait dans lair et rendait la vue difficile. A ce gribouillis humain indescriptible sétait succédé la retrouvaille en famille. Kanku sen souvint également. La jeune adolescente adorait la famille et le climat de paix et de quiétude quon y respirait. André Lukusa, son père, était lhomme le plus célèbre de la cité de Kawinja. Sa maison, bâtie au croisement de la rue du parc et de la grand-route, était ceinturée par une vaste clôture qui, pour les voisins, ressemblait à une vraie muraille. On ny accédait quen traversant un immense portail rouge. Élu député au parlement trois ans plus tôt, il était respecté de tous les habitants de la petite cité perdue au milieu des monts herbeux et ensoleillés. Les jeunes femmes se le querellaient souvent. Les pasteurs et les prêtres la région cherchaient tous à sattirer sa générosité. Pour Kanku, Honorable Lukusa nétait rien dautre que cet homme qui 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.