L'énigme d'Émile

De
Publié par

Depuis quelques jours, Émile a tendance à oublier tout ce qu’on lui dit. Inquiet, il se demande la raison de ses trous de mémoire.
Quelle étrange affaire !
Émile est bien décidé à élucider ce mystère.
Publié le : vendredi 19 février 2016
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782897700195
Nombre de pages : 51
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’énigme d’Émile
Laurène Smagghe Jacques Goldstyn
Au galop |
L’énigme d’Émile
Une histoire écrite par Laurène Smagghe et illustrée par Jacques Goldstyn
À mon filleul Rémi et à sa maman Marjo, ma fidèle (re)lectrice. Laurène À mon petitneveu, CharlesAntoine Duchesneau Jacques
Au galop
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Smagghe, Laurène, 1984
L’énigme d’Émile
(Cheval masqué. Au galop) Pour enfants de 6 à 10 ans.
ISBN 9782895797500
I. Goldstyn, Jacques. II. Titre. III. Collection : Cheval masqué. Au galop.
PS8637.M315E54 2016 PS9637.M315E54 2016
jC843’.6
C20159421012
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016 Bibliothèque et Archives Canada, 2016
Direction éditoriale : Thomas Campbell, Gilda Routy Révision : Sophie SainteMarie Mise en pages : JanouÈve LeGuerrier
© Bayard Canada Livres inc. 2016
Financé par le gouvernement du Canada Funded by the Government of Canada
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de l’aide accordée à notre programme de publication.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Bayard Canada Livres 4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2 edition@bayardcanada.com bayardlivres.ca
Imprimé au Canada
9782897700195
CHAPITRE 1
D’étranges oublis
Ça a commencé le lendemain de mon anniversaire. Je me suis installé à mon bureau. J’avais un travail à faire pour le jour suivant. Notre enseignante, madame Suzanne, est la spécialiste des devoirs. À la fin de chaque journée d’école, c’est immanquable ! Nous rangeons nos agendas, nous nous dirigeons vers la porte, elle nous crie sa phrase préférée : « N’oubliez pas de... » et elle ajoute une consigne.
3
Entre nous, on la surnomme « Mémento* ». Parce que madame Suzanne, elle, n’oublie jamais rien ! Sauf que ce jourlà, moi, j’avais plutôt une mémoire de poisson rouge. J’étais assis, en train de regarder JeanBernard, le chien du voisin. Pendant qu’il tentait d’attraper les oiseaux, j’essayais de me rappeler la consigne de mon enseignante. Mais j’avais beau me concentrer, rien ne venait.
* Signifie « aidemémoire ».
Après deux heures à observer le chien, j’ai téléphoné à mon ami David, qui m’a dicté le devoir. Deux heures plus tard, au moment où je mettais un pied dans la baignoire, j’ai entendu la voix de madame Suzanne : « N’oubliez pas de lire dix pages du livre de la semaine ! » J’ai été tellement surpris que j’ai failli tomber dans l’eau. D ’o ù s o r t a i t c e t te vo i x ? J ’av a i s l’impression que mon enseignante était dans la pièce ! J’avais sûrement rêvé. Après tout,c’est ma spécialité. Je suis si souvent dans la lune qu’on m’appelle « Émilune » pour me taquiner.
5
6
Le lendemain, en sortant de l’école, j’ai eu un autre trou de mémoire. On était jeudi, donc c’était sûr que ma mère m’avait demandé de rappor ter quelque chosede l’épicerie. Le jeudi, elle va à sa réunion du club des amateurs de pâtés aux légumes écrasés. Et ces jourslà, elle n’a pas le temps de faire des courses. Je n’avais aucune idée de ce que je devais acheter, mais je suis entré dans le supermarché. Je me suis promené dans les allées, en espérant que la mémoire me reviendrait. Ma mère m’avaitelle demandé de rapporter une boîte de lait concentré ? Du raisin sans pépins ? Impossible dem’en souvenir !
Au bout de dix minutes, un commis a commencé à me regarder d’un air méfiant. J’ai attrapé un paquet au hasard dans une rangée, j’ai payé, puis je suis rentré.
7
8
Maman était un peu fâchée, surtout quand elle a vu que j’avais rapporté un gros paquet d’éponges. Et puis, au souper, quand j’ai planté ma fourchette dans le gratin non gratiné, j’ai entendu sa voix, sortie de nulle part : « Émile, pourraistu acheter du fromage à l’épicerie, s’il te plaît ? » J’ai ensuite entendu
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi