L'épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou

De
Publié par

L'épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou, vieille de quatre millénaires, est la première oeuvre littéraire connue. Elle exalte les valeurs de l'amitié et de l'amour, exprime la crainte de la mort et le prix inestimable de la vie. Inspirée très librement de plusieurs traductions savantes françaises, voici une adaptation en huit chapitres du récit retrouvé sur une douzaine de tablettes d'argiles mésopotamiennes, plus ou moins complètes.
Publié le : dimanche 1 septembre 2013
Lecture(s) : 22
Tags :
EAN13 : 9782336322278
Nombre de pages : 118
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L’épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou
Jeunesse L’Harmattan Collection dirigée par Isabelle Cadoré, Denis Rolland, Joëlle et Marcelle Chassin Dernières parutions Annie STAMMLER,Kliko, la petite oie bernache, 2013. Akéouli NOUHOUM BAOUM,Une veillée de contes lokpa du Bénin, 2013. Gyula ILLYES,Le roi à la barbe verte, Contes populaires hongrois, 2013. Sabine PANET et Pauline PENOT,Le baluchon de la création du monde et autres contes yorouba, 2013. Edmond LAPOMPE-PAIRONNE,Touloulou au Pays des Grenouilles, 2013. Annie FERRET,Graines de chagrin et autres contes d'une Afrique rêvée,2013. Pascale PETRIZZELLI,Hugo et le mystère de la Couvertoirade,2013. Anne IMBERT,De la Guadeloupe à l’Afrique, Mots en liberté, 2013. Atelier d’écriture,Il était une fois… Contes sans frontières/Once upon a time… Fairytales without borders, 2013. Tristan CHALON,Les aventures du Chevalier Mylio au pays de Siam (1685-1689), 2013. Armel NONFODJI,Le rêve du singe, Contes du Bénin, 2013. Amarnath HOSANY,Chung et les couleurs de l’arc-en-ciel,2013. Amandine MATISKA,L’empreinte de la louve, 2013. Isabelle TAMBURINI,Assireni petite esclave en France,2013. Patrick Serge BOUTSINDI,La Fête de Ya foufou,2013. Fouma TRAORE,Nandiman le brave chasseur, Contes du Burkina Faso, 2013. Odette-Claire BROUSSE,Parmi les pierres, une rose du Sahara, 2013. Pascal HENRY, Louise de La Hulotte,2013.
L’épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou Libre adaptation par Raymond Perrin
Du même auteur Essais publiés à L’Harmattan Un siècle de fictions (1901-2000) pour les 8 à 15 ansà travers les romans, les contes, les albums et les publications pour la jeunesse, 2001, dernière édition revue en novembre 2006. e Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du XXI siècle. Esquisse d’un état des lieux, Enjeux et perspectives, 2007, dernière édition revue en 2008. e Fictions et journaux pour la jeunesse au XXsiècle, nouvelle édition remaniée, 2009; revue et augmentée deUn siècle de fictions pour les 8 à 15 ans, 2009. Rimbaud, Un pierrot dans l’embêtement blanc. Lecture de « La lettre de Gênes de 1878 », 2009, dernière édition revue en 2013.Histoire du polar jeunesse Romans et bandes dessinées,janvier 2011, dernière édition revue en octobre 2011.Participations à des ouvrages collectifs Dictionnaire encyclopédique des littératures de l’imaginaire(Dirigé par Jacques Goimard, Stéphane Manfredo et Nathalie Labrousse), Éditions de L’Atalante (à paraître). Dictionnaire du roman populaire francophone,2007(Dirigé par Daniel Compère), Nouveau Monde éditions.Dictionnaire encyclopédique. Livre et littérature de jeunesse en France(Dirigé par Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot), Cercle de la Librairie (à paraître). © L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01261-2 EAN : 9782343012612
Introduction
On a coutume de dire que l’Histoire commence en Basse Mésopotamie, pays des fleuves Tigre et Euphrate, plus précisément à Sumer (au sud de l’Irak actuel). C’est là qu’est né le premier système d’écriture constitué de signes cunéiformes (en formes de clous ou de coins), tracés dans l’argile. C’est avec ces signes creusés dans la brique crue par les scribes, à la pointe du calame, un roseau taillé, qu’a été écriteL’Épopée de Gilgamesh, premièregrande épopée littéraire de l’humanité. Né il y a cinquante siècles dans sa première version, ce long poème à la fois étrange et familier, à la portée universelle, n’a rien perdu de sa force tragique. Ses quelque trois mille vers dont nous connaissons à peu près les deux tiers, couvrant douze tablettes, souvent incomplètes, parfois impossibles à reconstituer dans leur intégralité, nous parlent d’abord du sort commun à tous les hommes, celui d’être mortel. La patience des archéologues, depuis un siècle et demi, a permis de retrouver différentes versions de cette œuvre, dispersées dans l’ensemble du Moyen-Orient, des lisières du plateau d’Iran jusqu’aux rives de la Méditerranée, en passant par l’Anatolie, des pays de la Mésopotamie à la Palestine, via la Syrie et le Liban. D’abord transmise oralement pendant e plusieurs siècles, rédigée à partir du IImillénaire av.
7
J.-C., elle a été traduite ou adaptée dans différentes langues, à des époques différentes. Aux premiers récits sumériens hérités de la tradition orale ont succédé les manuscrits 1 akkadiens ,puis, au fil des siècles, des versions babyloniennes, hittites, hourrites et élamites… On attribue d’ailleurs au scribe exorciste Sîn-leqe’unnenni la version ninivite (la mieux conservée), largement diffusée en Assyrie vers l’an 1000 avant notre ère. L’Épopée de Gilgamesh racontel’histoire devenue légendaire du roi d’Ourouk, une Cité-État dont il aurait été le souverain vers2650 ou 2600 av. J.-C. et dont il subsiste des ruines en Irak (sous le nom actuel de Warka). L’Histoire a cédé la place à la légende quand Gilgamesh est devenu un être à la fois humain et divin (en défiant toutes les lois de la biologie puisqu’on le déclare divin pour deux tiers et humain pour un tiers !). Gilgamesh, seigneur tyrannique de la cité d’Ourouk, affronte son rival Enkidou, un homme sauvage créé par les dieux pour le ramener à la raison. Devenus amis après s’être battus, les deux hommes partent au cœur de la Forêt des Cèdres pour vaincre le géant Houmbaba. Séduite mais repoussée par le roi vainqueur Gilgamesh, la déesse Ishtar se venge en lâchant sur Terre le taureau céleste, tué à son tour. Mécontents du rôle irrespectueux d’Enkidou, les dieux le font mourir, au grand
1 Écrits dans une langue cunéiforme plus simplifiée que le sumérien par un peuple sémite.
8
désespoir de Gilgamesh. Le roi d’Ourouk décide de partir à la recherche d’Outa-Natpishtim, seul humain devenu immortel. Sa quête échoue et il ne peut goûter la plante de l’éternelle jeunesse dévorée par un serpent. Il rentre à Ourouk, résigné mais plein de sagesse. Alors queL’Épopéeest sans cesse recopiée, traduite ou retranscrite pendant 2000 ans, elle disparaît durant presque deux autres millénaires, enfouie à la fois sous le sable et dans le temps, avec la civilisation qui l’a fait naître, avant que les archéologues ne la « désenvelissent »des sables grâce à leurs fouilles opiniâtres. C’est l’Anglais Austen Henry Layard qui, en 1852, découvre et envoie au British Museum de Londres les fameuses tablettes cunéiformes, alors illisibles puisque les signes cunéiformes n’ont été déchiffrés par les Anglais qu’en 1857. Le jeune graveur de billets de banque George Smith, passionné par l’orientalisme, est chargé, dès 1863, de classer et de restaurer les tablettes de Ninive. Il parvient à décrypter l’écriture cunéiforme de la première tablette qui contient le récit du déluge (récit ajouté àL’Épopée vers1200 av. J.-C. et qui présente de nombreuses similitudes avec le récit biblique correspondant). Il communique cette découverte fabuleuse en 1872. Envoyé en Mésopotamie par leDaily Telegraph, il a la chance d’y découvrir en 1873 une deuxième tablette, autre fragment précieux deL’Épopée,il meurt mais prématurément à Alep en 1876. Les archéologues mettront un siècle pour reconstituer le puzzle plus ou moins complet,
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.