L'HEURE DE PAN

De
Publié par

La poésie de Jean-Claude Villain, habitée de l'espace marin de la Méditerranée et de ses mythes, s'enracine dans les expériences vécues, les voyages, les rencontres. On touche avec ce livre à ce socle d'humanité bien réelle où un regard et une sensibilité dessinent un espace de partage, marqué par la présence latente des mythes, et irradié d'une lumière parfois tout intérieure.
Publié le : vendredi 1 février 2002
Lecture(s) : 26
Tags :
EAN13 : 9782296276079
Nombre de pages : 122
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

L'heure de pan

du même auteur, aux Editions L 'Harmattan

Poèmes (collection Poètes des cinq continents)
Parole, exil, précédé de Confins, calligraphie de Hawad, 1990. Le Tombeau des Rois, suivi de Roi, guerrier et mendiant, dessin de Bud Wehrheim, 1991. Leur Dit, dessin de Maisonseul, 1992. Orbes, dessins de André Verdet, 1993.
Eté, froide saison, dessin de Sonia Achimsky, 1996.

Thalassa pour un retour, couverture de Jolaine Meyer, 1997.

Prose
Matinales de pluie, chronique par lettres, couverture de Martine Diersé, 1995. Jean-Max Tixier à l'arête des mots, essai, 1995. Essais de compréhension mythologique, Marie Granier, 1999. couverture de Jean-

Théâtre
Labrys, (la double vengeance), 2001.

Par ailleurs un texte de théâtre, des recueils de poèmes et des chroniques ont paru chez d'autres éditeurs.

Jean-Claude Villain

L'heure

de pan

L'Harmattan

@

L'Harmattan,

2001

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, ltalia s.r.l. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-1821-3

Certaines de ces chroniques ont paru dans différentes publications, en France et à l'étranger. Mention de leur titre estfaite à la fin de chacune.

« Notre tâche est de réhabiliter la Méditerranée» Albert Camus.

Sommaire

Amitié
Louis Bénisti
Jean de Maisonseul

Lucie Germain

Algérie

Mohammed Khadda
Youssef Sebti

Sidi Bou Saïd Grèce

Péloponnèse Le jasmin et le citron

Thassos
Retour à Thassos Les trois grâces

Lourmarin 8

AMITIE

LOUIS BENISTI (*) l

Aujourd'hui il y a, sur le dossier de la chaise qui fait face au chevalet, une veste bleu-pâle, ancienne, à col rond, et quoique sans trace de peinture, une vraie "veste de peintre", tout ce qu'il y a de plus "veste de peintre".
- Vous portez cela quand vous peignez?

- Mais oui, toujours. Vous voulez voir? Tenez! Et Louis Bénisti enfile la veste, un peu courte à vrai dire, et juste au corps. - Voilà comment je peins. C'est une veste chinoise. Elle a au moins quarante ans. N'est-ce pas qu'elle me va bien? Chez Louis Bénisti il y a toujours cette simplicité joyeuse, cette spontanéité du geste et du mot, cet accueil égal fait au vieil ami comme au simple visiteur; et s'il a aujourd'hui à peu près quatre-vingtdix ans, on croit cependant avoir toujours partagé cette fraternité complice et chaleureuse dont il est prodigue. Cela vient tout bêtement dans le fil de la

conversation:

il pose sa main sur votre bras, et la

tête un peu inclinée, il vous dit: - Ecoutez-moi, Je valS vous raconter quelque chose. C'est une scène de rue, le portrait d'un amIrevient souvent Albert Camus-, un pique-nique mémorable, une atmosphère ou une conversation vieilles de cinquante ans. Au début on n'y prête pas garde, mais peu à peu l'actualité, la pertinence du récit éclatent et conduisent à la plus subtile méditation. De la légèreté de cet homme allègre on passe alors à la plus lucide et grave profondeur, car il conjugue tant de force et de tendresse, d'innocence et de malicieuse attention. Chez Louis Bénisti le chemin du chevalet, où s'ébauche une oeuvre, à la table des agapes est très court. C'est que pour lui l'amitié, comme la peinture, est célébration de bonheur, rite de partage et d'abondance. Louis Bénisti ne sait pas les promenades nombreuses qu'à son insu j'ai pu faire dans son univers. Je me suis attardé dans des rues de Casbah pour regarder, adossé à une porte, sentant son épaule contre la mienne, les petites filles jouant dans les escaliers, jambes ouvertes, en risquant leur destin sur quelques osselets; j'ai pénétré avec lui 12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.