//img.uscri.be/pth/6b55b953c39d9f00ae6b78df853db80066b18223
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'homme qui avait trahi Moungali

De
129 pages
Le Moungali de mon enfance était une zone paisible, sans grand banditisme, ni grande criminalité. Il comptait néanmoins quelques trublions, et plusieurs caïds qui, après avoir fumé du chanvre, intimidaient les gens au cinéma ABC. Un banquiste passait de temps en temps dans notre quartier, à Moungali. Il se surnommait le Matondo National. On courait pour le voir et l'entendre chanter.
Un jour, un Blanc débarqua à Moungali, dans la rue Lobomo. Il allait vite devenir célèbre, avant que nous le détestions à jamais, et cherchions même à lui faire la peau. A le manger tout cru.
Voir plus Voir moins

Ecrire, c'estchoisirlescandale comme moyen d'expres-sion :
parceque l'écrivainvoit plusloinquesa main,plusloinque
sontemps,plusloinque leschoses.

Sony Labou Tansi

A la mémoire de mon père, Anatole Boutsindi

Bonjour Famille !

UNE ÉPÎTRE (IV)

O famille! Nous voilà dans une nouvelle année, 2004.
Une année qui sera comme les précédentes, pleines de
surprises et de rebondissements. Une année de bonheur ou de
catastrophes. Le futur nous le dira.Attendons patiemment sa
fin pour en juger.Car chaque chose à un début et une fin.
C’est le cas de cette année qui commence, 2004. Il fait très
froid ici à Lyon. L’hiver et la neige sont au rendez-vous.
Chacun, une fois Noël et les fêtes de fin d’année passés, a
repris le cours normal de sa vie. Le quotidien, avec son lot de
problèmes, nous a très vite remis sur les rails.

O famille! Ici, la société de consommation fait que les
choses s’annoncent plusieurs secondes, plusieurs minutes,
plusieurs heures, plusieurs jours, plusieurs mois, voire
plusieurs années à l'avance. Les gens y pensent, tout le monde
s’y prépare. Il faut en permanence dépenser de l’argent, en
centimes, en dizaines, en centaines, en milliers, en millions,
ou bien encore en milliards d’euros. Les citoyens sont
contents, car ils suivent la mode et la mondialisation. Les
commerçants ont de quoi créer du bonheur. L’Etat s’en
réjouit. La vie continue.

1

1

« LesEuropéens ou les pays industrialisés ont du mal à
comprendre le naturel, le simple.Autrement dit, le riche,
l’homme hautement instruit a du mal à devenir pauvre,
c’està-dire simple», a écrit ZamengaBatukezanga (Chérie
Basso).

O famille! Les fêtes que nous venions de vivre l’an
dernier, c’est-à-dire Noël et le réveillon du31 décembre, étaient
rentrées dans nostêtes dès le mois de novembre. Nous les
avons dignementcélébrées.Alaveille de Noël, nous sommes
allés, avec mon mari etnos enfants, prier l’EnfantJésus à la
messe de minuit. Nous nous sommes offertdes cadeaux.Et,
aumomentdudernier jour de l’année quivientde s’écouler,
nous avons porté nos plus beaux vêtements etpréparéun
repas digne des retrouvailles. Nous avons mangé dusaumon
fumé, etbuduchampagne. Toutletoutim. La musique qui a
servi à nous distraire, étaitcelle de l’Afrique ;plus
précisément, celle des deuxCongo (leCongo-Brazzaville etle
Congo-Kinshasa).Deuxcouples d’amis étaientinvités pour
festoyer avec nous.

O famille! L’année2003, que nousvenons à présent
d’abandonner, etaussi celle de2002, ontété riches de
rebondissements etde catastrophes. Ici, enterre française, c’estle
retour de la droite aupouvoir. Jetiens àvous préciser que le
peuple deFrance, aumomentdes élections présidentielles
(2002) avaitretenuson souffle.Car le pire a été évité de
justesse. Le21 avril2002fut un séisme politique pour la
France. La présence de Jean-Marie Le Pen audeuxièmetour
de la présidentielle a bouleversé le paysage politique français
etmis KOtous les instituts de sondage. LA FRANCE A EU
PEUR. LesFrançais ontpleuré. Le peuple, par millions, est
descendudans la rue pour manifester contre l’extrême droite,
donc contre son présidentfondateur etguide incontesté,
JeanMarie Le Pen. LesFrançais ontréclamé le sauvetage de la
République :LA DEMOCRATIE.EtJacquesChirac a été

1

2