L'IMPARFAIT NE ME DÉCRIT PAS

Publié par

Plage de liberté, ces textes permettent aux élèves de 3ème D du Collège du Grand Parc (Cesson la Forêt), grâce à l'intervention d'adultes extérieurs au collège, de se valoriser et de supporter les exigences légitimes des professeurs. Une expérience enrichissante que l'on peut reproduire et dont on peut s'inspirer.
Publié le : dimanche 1 juillet 2001
Lecture(s) : 43
Tags :
EAN13 : 9782296235755
Nombre de pages : 66
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

L' Imparfait ne
me décrit pasL'Imparfait
ne me
décrit
pas
3èmeDElèves de
Collège du Grand Parc
Cesson-La-Forêt
Vivre et l'Écrire Jeunes@ L'Harmattan, 2001
5-7, rue de l'École-Polytechnique
75005 Paris - France
L'Harmattan Hongrie
Hargita u. 3
1026 Budapest
Hongrie
L'Harmattan, Italia s.r.!.
Via Bava 37
10124 Torino -Italia
ISBN: 2-7475-0984-2Préface
Décembre 1999.
Une nouvelle punition doit être infligée aux élèves de la
classe de 4ème D. Une de plus! Il faut se rendre à l'évidence,
je suis professeur principal d'une classe d'élèves "à pro-
blèmes", d'élèves ayant, pour la plupart d'entre eux, un retard
scolaire. des difficultés personnelles parfois. Des élèves sym-
pathiques, certes, très heureux d'être réunis dans la même
classe pour organiser le chahut, mais très malheureux d'être
catalogués "cancres perturbateurs". En cette fin d'année, l'ava-
lanche des bêtises et des sanctions est telle que les profes-
seurs de la classe sentent l'urgence de trouver une solution
pour ne pas s'enliser dans le conflit permanent et le "tout
répressif.
C'est alors que me revient en mémoire la rencontre avec
Pierre de Givenchy et quelques membres de l'association
ilVivreet l'Ecrire". La solution n'est-elle pas là? Une interven-
tion d'adultes extérieurs au collège permettrait peut-être à ces
adolescents en échec scolaire de s'exprimer sans être jugés.
Une bouffée d'air frais en somme, une plage de liberté, qui
aiderait à supporter les exigences légitimes des professeurs;
mais aussi la possibilité pour les élèves d'être "valorisés" au
sein de l'établissement grâce à un travail constructif.
Chose pensée, chose dite, chose faite. Le projet a été
adopté par les élèves, et s'est rapidement concrétisé.
L'aventure a commencé. Elle a duré un an et demi environ.
Mes collègues et moi-même, il faut l'avouer, avons suivi la réa-
lisation du projet en passant par tous les états d'âme. La joie
de donner une chance à ces élèves, l'espoir de voir leur com-
portement et leurs résultats s'améliorer ont bien souvent fait
place à la déception, au découragement et au doute.
Je tenninerai cependant par une image optimiste. Pour
faire pousser une plante, on ne tire pas sur la tige, mais on la
nounit à la racine; alors comme des modestes jardiniers,
soyons patients et espérons que cette petite dose de teffeau
permettra à nos adolescents de grandir, de prendre conscien-
ce de leur valeur et de faire les efforts nécessaires pour réus-
sir dans la vie.
Je remercie les élèves pour leur engagement, les profes-
seurs de la classe et Madame Porcher, notre principale adjoin-
te, pour leur soutien moral, Madame Provost et les membres
du foyer socio-éducatif pour leur soutien financier, sans qui ce
livre n'aurait pas pu voir le jour.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.