L'ingratitude du caïman

De
Publié par

Avec ce roman, qui fait la part belle à l'Histoire, à la politique et aux problèmes de société, l'auteur offre une intrigue pleine de rebondissements, où se mêlent aventures, passions et drames, avec le souci permanent de l'authenticité. C'est un récit qui pose des questions d'actualité : y a-t-il une fatalité aux maux de l'Afrique ? Face à la mondialisation, l'Afrique occupera-t-elle enfin la place qui lui revient ?
Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 50
EAN13 : 9782296508811
Nombre de pages : 286
Prix de location à la page : 0,0135€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Isaac Djoumali Sengha
L’ingratitude du caïman Les racines du mal
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
L’ingratitude du caïman
Isaac Djoumali Sengha L’INGRATITUDE DU CAÏMAN
Les racines du mal L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00168-5 EAN : 9782336001685
Dans ce livre, tout est vrai, parce que j’ai tout inventé.
Boris Vian
À Coppa Ithé Adam J.P. B. Bakékolo Patrick Dhissi J.Dexter Okemba Amboukou Euphrasie Judith Zédé Rigobert César Zédé PhilippeNicodèmedeBenezziCongoSienneLa mémoire des vivants est la sépulture que ni le temps, ni les événements n’altèrent.À Bruno Exaucé Mowellé François Akondzo Joachim Bébey Eugène Étou, dit Owen Christian Serge Nkoukou Sylvain Congo Sienne Daniel Éboulabéka Marius Congo Sienne Emmanuel Congo Sienne À toutes les victimes de la barbarie. Que demeure ici et à jamais le souvenir de votre mémoire !
DédicaceAimé Ekaka, Bienvenu Ewoko, Pierre Mongo, Marly NDongui Mabiala, Georges Moungbende Ballay et Sylvie Moungala Ickounga, à travers vos récits, vous m’aviez déjà fait voyager dans ces terres du Congo septentrional. Deux étés successifs passés dans les Plateaux, la Cuvette et la Likouala m’ont enfin permis de les découvrir.En ce mois de novembre 2007 où le froid avait pris ses quartiers, je retrouvai l’Oiseau à Paris. Tandis que je m’échinais à mettre de l’ordre dans mes notes, j’entendis: «C’est ton livre? À cette allure, je ne le verrai jamais ! » Mon cadet Bruno Mowelle ne releva pas la remarque. Quant à moi, je me contentai, d’un haussement d’épaules, de nier ce qu’elle sous-entendait. Je refusais l’inéluctable. Pourtant, l’Oiseau savait que le temps lui était compté. Il s’est envolé le 17 novembre 2007.Ce livre est le fruit des deux voyages qu’il m’a aidé à réaliser.À toi l’Oiseau. Remerciements Aux amis fidèles, sans lesquels ce récit n’aurait jamais pu voir le jour, toute ma gratitude pour leurs conseils avisés et leur aide si précieuse. À ma famille, pour son indéfectible soutien, merci du fond du cœur.À mesenfants et aux enfants de mes enfants, pour qu’ils se rappellent toujours où sont leurs racines.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.