L'Introduction du destin – Volume 1

De
Publié par

Cian ficha soudainement son regard au sien. Il y brûlait une flamme verte incandescente qui hypnotisa un instant Évelyne. Sans être doux, ses yeux étaient… Gentils? Non. Compatissants? Non plus. Repentants? Pas le moins du monde. Elle se mordit les lèvres. Son regard était passionné, vivant. Contrairement à elle, il ressentait pleinement chacune de ses émotions et n’en éprouvait aucune gêne, aucun remords.
Publié le : mardi 30 octobre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748371093
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748371093
Nombre de pages : 362
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Fannie Rivet
L’INTRODUCTION DU DESTIN
La Gratia – volume 1
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116664.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À tous ceux que jaime, À ceux que jai aimés, Et à ceux que je naime plus, Parce que, sans vous, Ces mots auraient été vides de sens
Le réveil Élisabeth rêvait. Elle était entourée de lumière, une lumière blanche, pure, di-vine. Ce qui se tenait devant elle ne pouvait quêtre un ange. Un ange de chair irradiant la bonté la suppliait. Elle ne comprenait pas les mots quil prononçait, mais comprenait leur sens. Une mission importante lui était confiée, mission dont elle ne savait rien. Elle demanda à lange ce quil attendait delle, mais même lorsquil lui répondit dans sa langue à elle, les mots lui échappè-rent et il se tourna vers une autre silhouette quelle navait pas remarquée. Elle vit alors Évelyne, la belle Évelyne. Sa sur ju-melle, la moitié delle-même. Lange lui parla longuement, de choses quÉlisabeth ne comprit pas, mais sa sur fronça les sourcils et elle lentendit dire "non". Lange parut triste, caressa leur joue et elle se réveilla. Élisabeth sassit lentement dans son lit. Elle était confuse et ne reconnaissait pas lendroit où elle se trouvait. Les murs de la pièce étaient blancs, le plancher recouvert de tapis, aucun rideau aux larges et hautes fenêtres. Son lit était placé dans un coin, et de là, elle avait une bonne vue de la chambre, mais ne pouvait voir par les fenêtres, encastrées dans le même mur où sappuyait son lit. Des cartons, certains ouverts, étaient éparpillés dans la pièce, plusieurs posés à même le sol, et dautres sur les bureaux quelle connaissait pour être les siens. Cest lorsquelle vit la photo de sa mère sur sa table de chevet quelle se souvint. Ils
7
L’INTRODUCTION DU DESTIN
venaient, son père, sa sur et elle, demménager dans une nou-velle maison, dans une nouvelle ville. Une grande ville. Élisabeth sourit sans joie en quittant des yeux la photogra-phie. Laissant son lit défait, elle sortit de sa chambre qui se trouvait au bout dun long couloir menant à un escalier. Elle descendit à la cuisine et ouvrit le réfrigérateur. Elle en sortit le jus dorange et alla chercher un verre dans lun des cartons sur le comptoir. Bonjour. Elle sursauta en se tournant vers la table. Évelyne y était as-sise, buvant un café noir. Un sourire sétendit sur les lèvres dÉlisabeth, dévoilant ses dents blanches. Prenant des airs conspirateurs, elle tendit loreille vers la chambre de son père. Nentendant rien dautre que ses ronflements assourdis, elle sassit près de sa sur.  Jai rêvé la nuit passée. Et toi ?  Non, répondit-elle sans paraître surprise, je nai pas rêvé. Du moins, pas à ce que je me souvienne. Élisabeth fronça les sourcils. Évelyne et elle partageaient toujours leurs rêves. Lune rêvait détrangers fouillant dans les poubelles dune ruelle sombre, lautre faisait exactement le même rêve. Et ce, depuis lenfance. Voyant lair peu convaincu de sa sur, Évelyne la questionna pour chasser ses soupçons.  Que sest-il passé, dans ton rêve ? Retrouvant son sourire, elle prit quelques secondes pour y réfléchir, pour se remémorer des détails. Elle ferma même les
8
L’INTRODUCTION DU DESTIN
yeux quelques instants, et vit son rêve comme si elle y était en-core.  Je parlais avec un ange dans la lumière. En fait, il me par-lait et jessayais de comprendre ce quil voulait me dire. Jai compris quil me confiait une mission, quil attendait de moi une action ou une réaction. Je nai pas saisi exactement. Il ma alors parlé en français, mais le sens même des mots ma échap-pé. Lorsquil a compris que je ne pouvais pas le comprendre, il sest tourné vers toi et tu las écouté. Il ta demandé quelque chose à laquelle tu as répondu non. Ça la déçu et il nous a ré-veillées. Tu étais là, Évie, tu dois simplement lavoir oublié.  Peut-être, hésita-t-elle Sûrement. Et quest-ce que tu ressentais envers lange ? Élisabeth aurait dû être surprise par la question étrange, mais elle était encore trop engourdie de sommeil, et sa perspicacité nétait pas à son meilleur le matin. Aussi, elle répondit inno-cemment.  De la joie et de la rancune. Comme sil sagissait de quelquun que je navais pas vu depuis longtemps et à qui jen voudrais de ne pas avoir appelé. Évelyne hocha la tête et prit une gorgée de son café tandis que François faisait son entrée dans la cuisine en baillant.  Bonjour les filles.  Bonjour papa ! Seule Élisabeth lui répondit, comme dhabitude. Et comme dhabitude, Évelyne ne lui sourit pas et ne leva pas les yeux de sa tasse. François ne sen formalisait plus. Il se servit un café
9
L’INTRODUCTION DU DESTIN
auquel il ajouta du sucre et demanda en sappuyant au comptoir et en regardant Élisabeth.  Vous êtes prêtes pour votre première journée ?  Tu as mis beaucoup trop de sucre dans ce café, papa ! ré-pondit-elle en grimaçant. Elle ne voulait pas penser à ce qui lattendrait à partir de ce matin-là. Elle préférait passer ses journées dehors, à se prélasser sous le soleil. Quoiquelle aurait préféré dormir sur un lit dépi-nes plutôt que daller à lécole. Penser à ce mot maudit la fit frissonner. Elle se leva néanmoins et, prenant la main tendue dÉvelyne, monta se changer et prendre son sac. Elle allait devoir prendre son courage à deux mains pour ne pas senfuir devant la grande bâtisse morne qui allait la maintenir enfermée sept heures par jour jusquaux vacances.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant