Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Parité cruelle

de Manuscrit

La Mare aux canards

de Publibook

La maison du souvenir

de 9-editions

Du même publieur

couverture

Winter Morgan

L’Invasion des Endermen

LES AVENTURES NON OFFICIELLES D’UN JOUEUR – TOME 3

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Ivorra

1

L’INVITATION

Steve avait reçu une invitation à un concours de construction.

— Apparemment, il n’y aura que cinq participants, expliqua-t-il à son ami Max. Chacun de nous devra bâtir une maison et les juges décideront quelle sera la plus belle.

Max était ravi pour Steve.

— Waouh ! seulement cinq personnes. C’est génial que tu aies été choisi !

— Le concours aura lieu dans quelques jours, mais c’est plutôt loin d’ici, expliqua Steve en montrant à son ami une carte tirée de son inventaire. J’aimerais que tu m’accompagnes.

— Je viendrai, répondit Max en souriant. Quelle aventure ! J’ai hâte de te féliciter pour ta victoire.

— Je ne suis pas sûr de finir premier, mais je suis honoré de participer à cette compétition.

À cet instant, Lucy et Henry entrèrent dans le salon de Steve. Max leur expliqua la situation.

— C’est le concours organisé sur l’île Champignon ? demanda leur amie.

— Oui, répondit Max après avoir vérifié sur la carte.

— J’en ai entendu parler ! s’exclama Lucy. C’est très impressionnant, félicitations !

— Que vas-tu bâtir ? demanda Henry.

— Chacun des cinq participants doit construire une maison. Ensuite, les juges éliront la plus belle.

— Waouh, ça a l’air génial !

— J’aimerais que vous veniez tous avec moi, leur dit Steve.

Ils acceptèrent avec joie, car ils voulaient soutenir leur ami durant cette aventure.

— Fêtons cela dès ce soir, proposa Henry.

Steve se rendit compte que l’enthousiasme de ses amis risquait de le distraire. Il devait rester concentré pour espérer remporter la compétition. D’un autre côté, il ne voulait pas leur faire de peine. Il y avait tant de choses à préparer pour ce concours. Steve avait déjà des idées, mais cela s’annonçait difficile. Pourtant, il tenait aussi à montrer à ses amis qu’il était content de les avoir à ses côtés.

— Il faut que j’aille au village récupérer des matériaux, leur dit-il. Je dois remplir mon inventaire pour le concours. Je ne crois pas que nous aurons le temps de faire la fête mais, une fois la compétition terminée, je vous promets que j’organiserai la plus grande fiesta possible.

— Bien sûr, il faudra célébrer ta victoire ! s’exclama Lucy.

— Tu sais, répondit-il, il y a quatre autres concurrents et l’un d’eux pourrait gagner. Je suis déjà content de participer et de vous avoir à mes côtés !

— Même en cas de défaite, il faudra faire la fête pour te remonter le moral, remarqua Henry.

— Ce n’est pas très sympa de dire ça, rétorqua Max.

— Ça va, dit Steve. Moi aussi j’ai envie de m’amuser, ce sera chouette.

Soudain, on frappa à la porte. C’était sa voisine, Kyra. Avant même qu’elle ait franchi le seuil, Lucy lui annonça la bonne nouvelle. Kyra esquissa un sourire forcé et ils virent qu’elle avait les larmes aux yeux.

— Est-ce que ça va ? lui demanda Lucy.

— J’aurais voulu participer à ce concours, mais je n’ai pas été choisie, leur expliqua-t-elle d’un air chagriné.

— Kyra, tu es une bâtisseuse exceptionnelle, la réconforta Steve. Que dirais-tu de venir avec nous ? Cette année, c’est mon tour, mais l’année prochaine c’est peut-être toi qui seras sélectionnée. Je suis sûr qu’on s’amusera bien tous ensemble.

— Regarde donc cette carte, lui dit Max. Il y aura plein d’endroits sympas à voir en nous rendant à l’île Champignon.

— Il nous faut une bâtisseuse comme toi, ajouta Steve. Tu es une experte en bateaux et il nous en faudra pour aller jusqu’à l’île.

— Et, en voyant ton embarcation, je suis sûre que les juges auront envie de te choisir l’année prochaine, dit Lucy.

Kyra cessa de pleurer.

— Avec des amis comme vous, j’ai déjà l’impression d’avoir gagné le plus grand concours du monde. Vous êtes merveilleux. Je veux bien t’accompagner, Steve. Excuse-moi d’avoir fait preuve d’égoïsme, je suis vraiment contente pour toi.

— Alors, tu veux bien nous construire des bateaux ? lui demanda-t-il.

— Oui !

— Dans ce cas, allons voir Eliot, le forgeron, pour échanger du blé contre des matériaux.

Steve se rendit au village local avec Kyra et, une fois qu’ils furent arrivés à la forge, il ouvrit la porte.

— Félicitations, lui dit le forgeron. J’ai entendu dire que tu avais été choisi pour le concours de construction. Tout le monde en parle au village.

— Merci ! répondit Steve. Kyra et mes autres compagnons vont m’accompagner. Elle va m’aider à bâtir les bateaux nécessaires pour atteindre l’île Champignon.

— C’est une tâche essentielle, dit Eliot. Tu es vraiment une amie fidèle, Kyra.

Ils procédèrent à leurs échanges avec le forgeron, avant de retourner à la maison.

— Es-tu nerveux ? lui demanda Kyra pendant qu’ils traversaient la plaine menant à la ferme de blé de Steve.

— Je ne suis jamais allé à l’île Champignon et tu sais que je suis loin d’être le meilleur pour ce qui est de voyager. Je préfère généralement rester chez moi. Cependant, j’ai hâte de bâtir une maison pour ce concours. J’ai déjà des tas d’idées.

— Moi non plus, je ne suis jamais allée là-bas. Au moins, il n’y aura pas de créatures hostiles. Nous y serons tous à l’abri.

— Je pense qu’ils ont choisi un endroit sans monstres afin que les participants puissent se concentrer sur la construction de leur maison sans avoir à s’inquiéter des attaques.

— Oh, non ! s’exclama Kyra. Regarde !

Elle indiquait une hutte de sorcière qui se trouvait non loin de là.

— Je me demande ce que les juges penseraient de sa cabane, plaisanta Steve.

— Chut ! fit Kyra.

Ils passèrent à côté en espérant que l’occupante n’en sortirait pas.

— C’est bon, je crois qu’elle ne nous a pas entendus.

Hélas, ils n’étaient pas sortis d’affaire ! Quelques secondes plus tard, une sorcière bondit hors de la hutte et s’élança vers eux. Elle but une potion en jetant un regard malveillant à ses deux victimes.

— Cours ! cria Steve.

Malheureusement, ils ne furent pas assez rapides. Leur ennemie les rattrapa, forçant Steve à dégainer son épée de diamant pour se jeter sur elle. Lors du combat, la sorcière lui jeta une potion au visage.

— Oh, non ! gémit Kyra.

— Ouille ! se lamenta Steve.

Kyra accourut à la rescousse de son ami et lui donna du lait pour le remettre d’aplomb. La sorcière se jeta sur elle, qui la frappa aussitôt et réussit à la terrasser.

— Maintenant, tu devrais avoir la force de remporter cette compétition, dit-elle à Steve en lui donnant un peu plus de lait.

— J’aimerais que ce soit aussi simple, dit-il. Allez, il faut rentrer. La nuit va tomber et les créatures hostiles ne tarderont pas à sortir.

Kyra et Steve se mirent à courir dans le crépuscule, mais il leur restait encore un bon bout de chemin avant d’atteindre la ferme.

« Boum ! »

Une explosion retentit au loin.

— C’était quoi ? demanda Kyra.

— Pas ma maison, j’espère.

Ils sprintèrent en direction de la ferme en souhaitant que tout aille bien, car ils allaient bientôt devoir se mettre en route pour participer au concours.

2

LECTURE DE CARTES

L’herbe était brûlée aux pieds de Henry.

— Que s’est-il passé ? lui demanda Steve.

— C’était un creeper ! leur expliqua Lucy. Heureusement, Max l’a détruit.

— Et moi, j’ai tué un squelette, annonça Henry avec fierté.

— Il n’y a pas de quoi se vanter, le taquina Lucy.

Steve alluma une torche.

— Il fait trop sombre pour rester à l’intérieur, dit-il. Allons dormir. Demain, nous partirons à l’île Champignon. Kyra, tu peux dormir avec nous si tu veux.

— Merci, répondit-elle.

Ils entrèrent tous dans le salon. Au moment où ils se dirigeaient vers leurs lits, Max repéra deux yeux rouges sur le mur.

— Une araignée ! s’exclama Kyra.

La créature était pratiquement invisible dans la pièce obscure, mais son regard brillant trahissait sa présence. Elle se mit à grimper vers le plafond. Henry sortit son arc pour tirer sur le monstre avant qu’il leur saute dessus. Sa flèche toucha l’araignée et la détruisit.

— Bien joué ! dit Steve.

Ils se mirent tous au lit pour dormir et rêvèrent des aventures qu’ils allaient vivre le lendemain. Au réveil, Lucy leur rôtit un poulet qu’elle avait chassé puis ils mangèrent des pommes.

— Il faut que notre barre de faim soit au maximum avant de partir en voyage, dit Steve pendant qu’ils prenaient un petit déjeuner bien copieux.

Le concours avait lieu très loin de chez eux. Max avait pris le temps d’étudier la carte pour qu’ils ne se perdent pas.

— Nous devons également remplir notre inventaire, dit-il. Cette expédition ne sera pas de tout repos. J’espère que nous trouverons du butin au passage.

— Max ! s’exclama Lucy, nous ne partons pas à la chasse aux trésors. Nous devons aider Steve à arriver là-bas et le soutenir durant la compétition.

Leur petit groupe se mit en route vers l’île Champignon, guidé par Max. Comme ils s’apprêtaient à traverser des plaines incroyablement vastes, Kyra demanda :

— Où allons-nous dormir ce soir ?

— J’ai tout prévu, répondit Steve. J’ai pris du bois en plus afin de monter un abri chaque nuit.

— Du bois ? répéta Henry. N’importe quel creeper pourrait faire brûler notre hutte. Je te croyais plus prudent, Steve.

— C’est tout ce que nous avons, il faudra faire avec.

— Waouh ! s’étonna Lucy. J’aime bien ton nouvel état d’esprit, Steve. Tu oses enfin prendre des risques.

— Je veux vraiment arriver au concours, répondit-il d’un ton sincère.

Il avait hâte de construire la maison pour laquelle il avait tant d’idées. Rufus aboya au moment où ils quittaient la ferme.

— Est-ce qu’on le prend avec nous ? demanda Kyra tandis que le chien regardait son maître.

— Je crois que ce ne serait pas commode. Il n’a qu’à rester ici pour jouer avec Calinou.

Steve était malheureux à l’idée de laisser ses animaux, mais le voyage s’annonçait long et il préférait les savoir à l’abri à la maison.

— La carte ! s’exclama Max. Je ne la retrouve pas !

— Tu penses que quelqu’un te l’a prise ? demanda Henry.

Steve essaya de cacher son inquiétude.

— Si nous n’avons pas la carte, dit-il, nous n’arriverons jamais à temps à la compétition et je serais forcé de déclarer forfait.

— Je l’ai longuement consultée, dit Max. Je pourrais essayer de nous guider de mémoire ?

— Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, dit Lucy, au grand agacement de son ami. Quelqu’un a une autre solution ?

— Il faut retrouver la carte.

Steve retourna dans sa maison et se mit à fouiller partout.

— Que tout le monde cherche dans son inventaire, ordonna Henry à ses compagnons.

— Je me souviens qu’il faut commencer par franchir les plaines et le village pour se diriger vers la jungle, leur dit Max.

Steve s’assit à côté de Rufus.

— Nous n’y arriverons pas sans la carte, se désola-t-il.

— Je suis navré, lui dit Max. C’est ma faute. C’est moi qui l’avais.

— Tu n’y es pour rien. Hélas ! nous ne pouvons plus aller au concours.

Max essaya de convaincre son ami de ne pas abandonner.

— Bien sûr qu’on peut y arriver !

— Moi aussi...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin