L'odyssée de Mongou

De
Publié par

Chef d'un petit village de brousse perdu quelque part au centre de l'Afrique, Mongou assiste aux premières loges à l'arrivée des Bawés - les Européens - dans son pays. Il ignore encore à quel point son destin sera extraordinaire, qui fera de lui un témoin privilégié et un acteur inattendu du choc des civilisations en ce début de XXe siècle. Le chef d'oeuvre de Didier Kassaï tiré du chef d'oeuvre de Pierre Sammy Mackfoy : où le talent d'un dessinateur se hisse à la hauteur de celui d'un écrivain. (En couleur).
Publié le : samedi 15 novembre 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
EAN13 : 9782336362106
Nombre de pages : 52
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat


didier kassaï
l’odyssée
de
mongou
D’après le roman de
Pierre sammy Mackfoy
Adapté avec la collaboration de
Vincent Carrière
1à la mémoire de Pierre sammy Mackfoy.
© 2014 L’Harmattan éditions
Tous droits réservés pour tous pays y compris la Centrafrique.
d épôt légal novembre 2014 - première édition.
isBN : 978-2-336-30710-7
d irection artistique, révisions graphiques, lettrage et maquette : Hobopok.
achevé d’imprimer en octobre 2014 par Pulsio à sofa (Bulgarie).Limanguiagna, petit vilage perdu au cœur d’une imense contrée sauvage d’afrique centrale.
la vie y coule paisiblement. ici, ce n’est pas le paradis, mais on ne s’y enuie pas non plus.
au comencement, le grand esprit avait confié "servez-vous", leur avait-il
aux bandias, les habitants de ce pays, dit. que celui qui dort mange
oh !la brouse et toutes ses richeses. le fruit de son some.
la bele bête !
à cete distance,
je ne peux pasà l’aube, le ciel
la manquer.waah ! était rempli d’étoiles.
la journée devraitla poule d’eau ! c’est déjà le jour.
être bele !J’ai l’impresion de ne pas
avoir dormi !
3au
il leur sufisait d’avoir des jambes les bandias étaient réputés grands secours !pour être aux anges. chaseurs de bufles…
à l’aide !
kaï kaï kaï !
…mais ausi de très bons inteligent, loyal et courageux, il était respecté par tous,
béni par les dieux et les bacoumbas, les vénérables du vilage.gueriers. Leur chef, mongou,
fils de kasanga, roi des
zandés-bandia, était
le symbole de leur force.
c’était la bele époque. dis, t’aurais pas vu avant que le ciel ne leur tombe sur la tête, bavoulou et mboli ? l’univers des bandias se limitait aux colines et à la forêt
qui entouraient limanguiagna.
va voir dans
les marais de gbesendé,
ils sont certainement en
train de boire.
à cete heure-ci,
le ngbougou* y coule
à flots.
* vin de raphia.
4un mondeau-delà, c’était le néant.
de mystère…
…je crève hé ho !de soif et de
de l’eau… fatigue. il me
atendezfaut de l’eau et
moi !un abri pour
la nuit.
toro !*
mais qu’est-ce qui vous
pique ? j’ai besoin de
vous, moi ! revenez !
mais... revenez !
mongou !
il arive ! on ne se bat pas
il est blanc contre le diable.
come de la farine alons-nous-en !
de manioc !
à l’abri, vite !
* un fantôme !
5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.