Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
Mark Cheverton
L’Oracle du temple de la jungle
LE MYSTÈRE DE HEROBRINE
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Ivorra
® QU’EST-CE QUE MINECRAFT?
Minecraft® est un jeu incroyablement créatif auquel on peut jouer seul, avec des amis ou bien avec des gens du monde entier. C’est certainement l’un des jeux les plus créatifs que j’ai vu sur ordinateur depuis longtemps. De type « bac à sable », il donne au joueur la possibilité de bâtir des structures extraordinaires à partir de cubes texturés représentant divers matériaux. Évidemment, la plupart des joueurs commencent par bâtir un château… c’est une sorte de rite de passage dans Minecraft®. Cependant, ils se rendent rapidement compte que les lois de la physique ne s’y appliquent pas. En mode créatif, on peut bâtir des cités flottantes dans le ciel, un pont vers nulle part ou bien un village de verre sous-marin. (C’est l’une des constructions qui a été détruite sur le serveur de mon fils !) J’ai vu des gens construire d’immenses escaliers en spirale partant depuis le niveau souterrain du bedrock jusqu’à la limite supérieure de construction (la couche 255) et d’autres créer d’énormes stations spatiales flottant dans le ciel et s’étendant sur des centaines de blocs, dans toutes les directions. Tout est possible à condition de suivre deux règles importantes : 1) tout est fait de blocs et 2) il n’y a aucune limite à ce que vous pouvez bâtir ! Gameknight et moi avons construit une prison à creepers en utilisant le paramètre de terrain amplifié. L’aspect créatif du jeu est remarquable. Des gens créent des villes entières, des civilisations vivant sur des falaises et même des cités dans les nuages. Cependant, le véritable jeu se joue en mode survie. Dans ce mode, les joueurs se retrouvent dans un monde de blocs avec pour seuls accessoires leurs vêtements. La nuit tombant rapidement, il est crucial de partir immédiatement à la recherche des ressources – bois, pierre, fer – nécessaires à la fabrication d’outils et d’armes, car Minecraft® pullule alors de créatures hostiles… Ces ressources, le joueur les trouvera dans les profondeurs du tissu de Minecraft ®. Avec du charbon et du fer, notamment, il confectionnera des armes et des armures indispensables à sa survie. En creusant, le joueur découvrira des grottes, des chambres emplies de lave, voire une mine ou une prison souterraine. Ces dernières contiennent parfois des trésors, mais sont surveillées par des monstres (zombies, squelettes, araignées), alors prudence ! Bien que ces terres soient peuplées de créatures hostiles, le joueur n’y est pas seul. Les serveurs en accueillent des centaines, qui partagent les paysages et les ressources de Minecraft® avec d’autres créatures. Ces serveurs abritent de nombreux types de jeux : les minijeux, lespleefing (mon favori), le PvP (player vs player – « joueur contre joueur » ; je suis nul à ces combats), les fractions, le mode survie, le mode créatif… C’est stupéfiant de voir ce que les gens ont créé avec Minecraft®. Tous ces nombreux serveurs sont une preuve du potentiel créatif qu’offre ce jeu à tous les joueurs dotés d’un esprit imaginatif. Ce jeu est une plate-forme incroyable pour les personnes qui adorent bâtir et créer. D’ailleurs, il n’est pas limité à la construction de bâtiments. Grâce au minerai de redstone, on peut créer des circuits électriques dans le jeu, et alimenter des pistons et autres appareils pour créer des machines plus complexes. Des gens ont déjà construit des postes de radio, des ordinateurs 8-bits fonctionnels et des minijeux sophistiqués, tous alimentés par la redstone. Grâce aux blocs de commandes introduits dans la version 1.4.2, on peut désormais contrôler des mécanismes de jeu à l’aide de scripts de commandes. Cela a offert de nouvelles possibilités créatives aux programmeurs de Minecraft® du monde entier en leur permettant de fabriquer des mécanismes encore plus sophistiqués.
La beauté de la chose, c’est que Minecraft ® est bien plus qu’un simple jeu : c’est une sorte de système d’exploitation, permettant aux utilisateurs de créer leurs propres jeux et de s’exprimer d’une manière unique. Grâce aux mises à jour régulières de Mojang, le jeu continue à évoluer et à s’améliorer. Les programmeurs de Mojang ont augmenté le nombre d’instructions disponibles pour les blocs, ce qui a permis la construction de jeux commeMissile Wars (un de mes favoris) et bien sûr le classiqueCake Defense (que j’adore aussi). Si vous ne les avez pas encore essayés, n’hésitez pas : ils sont très amusants pour jouer entre amis. La dernière mise à jour (surnommée la Généreuse Mise à jour) a ajouté de chouettes nouvelles fonctionnalités. Mes favoris sont les monuments sous-marins, les gardiens et, bien sûr, les lapins. (Avez-vous remarqué la dernière ligne de la description de la mise à jour ? Intéressant. Peut-être qu’il était là depuis le début. Peut-être qu’il y est encore.) Minecraft® n’est pas qu’un simple jeu, un système d’exploitation ou un environnement de programmation… c’est quelque chose de plus. Une toile vierge aux possibilités infinies. Et vous, que créerez-vous ?
1
LE SIFFLEMENT MALÉFIQUE
Gameknight999 progressait au milieu d’un paysage morne, noyé dans une brume argentée. Il distinguait vaguement des silhouettes d’arbres dont les cimes élancées perçaient à peine le brouillard aveuglant. Dès qu’il s’en approchait, les bosquets s’évanouissaient dans un nuage de fumée. Il tourna sur lui-même pour observer les environs. Malgré la brume, Gameknight réussit à distinguer quelques formes : ici un arbre… là une colline… Hélas ! toute tentative pour approcher ces points de repère se soldait par le même échec. Cependant, ce lieu étrange lui semblait familier, comme s’il était déjà venu ici… Il n’avait pas souvenir d’arbres fantômes et de collines évanescentes, mais ce brouillard argenté lui titillait l’esprit, comme une pensée tenace dans un coin de sa tête. Elle évoquait autre chose… une forme de peur. — Où suis-je ? dit-il à haute voix. J’ai l’impression d’être en train de… Il comprit soudain où il se trouvait : les Contrées du rêve. Il avait découvert ce paysage onirique lors de ses premières incursions dans Minecraft, peu de temps après avoir fait la connaissance de ses amis Crafter, Hunter et Stitcher. Son ami artisan lui avait expliqué que les gens comme Gameknight, les arpente-rêves, avaient le pouvoir de se déplacer librement dans ce lieu étrange, situé entre le sommeil et l’éveil, où les cauchemars prenaient vie… Gameknight scruta la brume argentée à la recherche des yeux rougeoyants de ses anciens ennemis, Erebus et Malacoda. Ces créatures avaient mené l’assaut contre la Source, le point d’origine du code de Minecraft. Gameknight et les PNJ de l’Overworld avaient réussi à repousser le raz-de-marée de monstres et à sauver leur univers, ainsi que toutes les vies numériques qu’il abritait. Il était de retour dans Minecraft, mais cette fois sa sœur l’accompagnait. Soudain, un bruit sifflant perça le brouillard. Gameknight se retourna brusquement en regardant à ses pieds, persuadé d’avoir affaire à un serpent… avant de prendre conscience qu’il n’y en avait pas dans le monde de Minecraft. Lors de sa dernière incursion dans les Contrées du rêve, il avait bien failli y laisser la vie lors d’un affrontement terrible contre Erebus, roi des Endermen. Il avait triomphé avec l’aide de ses amis et d’innombrables utilisateurs. Cette fois, il était seul au milieu des volutes argentées, face à cette présence invisible. « Tsssssss ». Encore ce sifflement ! Il ouvrit son inventaire pour prendre son épée, mais il était vide. Gameknight se rappela alors une des règles fondamentales de ce monde : il suffisait d’imaginer une chose pour qu’elle se matérialise immédiatement. Il ferma donc les yeux et visualisa son arc favori, doté des enchantements Frappe II, Puissance IV et Infinité. Une seconde plus tard, l’arme chatoyante apparut dans ses mains. La lueur bleutée des énergies magiques lui permit de mieux distinguer son environnement. Une deuxième règle importante lui revint en mémoire : malgré son atmosphère irréelle, les Contrées du rêve étaient un endroit extrêmement dangereux. Erebus l’avait d’ailleurs appris à ses dépens, lors de leur ultime bataille : trépasser dans ce monde onirique revenait à mourir dans le monde réel. « Tsssssss ». Alors qu’il continuait de scruter les environs, quelque chose se matérialisa dans le brouillard. Pas une forme, mais plutôt une lueur. Un point de lumière violette flottait dans la brume, bientôt suivi de nombreux autres.
De quoi s’agit-il ?songea Gameknight. Il s’approcha avec précaution, prêt à combattre. D’une simple pensée, il créa une armure pour protéger son corps d’une couche de diamant et d’enchantements scintillants. Le sifflement retentit de nouveau alors qu’il s’avançait… Cela provenait des lueurs violettes, qui brillaient désormais d’un éclat plus soutenu. Serait-ce Malacoda ou Erebus, un de mes anciens ennemis revenu à la vie ? s’interrogea Gameknight.Non, impossible. C’est alors qu’un des points lumineux clignota. Ce sont des yeux ! Des yeux d’araignée ! Le monstre s’approcha et ses pupilles flamboyèrent, mais sans dégager la moindre lumière. C’était des yeux remplis de haine, vrillant Gameknight comme s’ils voulaient le tuer du regard. — Te voilà enfin, l’Utilisssateur-qui-n’en-est-pas-un, susurra une voix dans la brume. — Montrez-vous, sale monstre ! cria celui-ci. — Lorsssque je ssserai prête, répondit l’araignée. Pourquoi ne t’approches-tu pas pour me sssaluer ? Le susurrement permanent de la voix heurtait les oreilles de Gameknight. Un cliquetis caractéristique lui indiqua que le monstre frottait ses mandibules acérées l’une contre l’autre. — Je t’attendais depuis cent ans, Utilisssateur-qui-n’en-est-pas-un, déclara la créature. Viens, faisssons plus ample connaissance. — Éloignez-vous de moi, sale bête ! Il tira une flèche sur les yeux violets, mais le projectile fila à travers la brume comme si le monstre n’était pas là. Il entendit la hampe de bois rebondir sur le sol, bien plus loin. — Ha ha ha ! comme c’est gentil, s’esclaffa l’araignée. Merci pour ce petit cadeau. Laisse-moi donc me présssenter. Je sssuis Shaikulud, reine des araignées, et tu ssseras bientôt à ma merci. Le cliquetis des mandibules s’intensifia. La bête s’approchait en crochetant le sol de ses pattes griffues, le bruit de leurs pointes acérées résonnant durement à chacun de ses pas. Pourtant, son corps restait toujours caché dans la brume. — Le créateur m’a ordonné de vous détruire, toi et tes amis. Quand tu ssseras mort, mes enfants envahiront la sssurface de Minecraft et détruiront les PNJ une bonne fois pour toutes. Avec l’aide des créatures vertes, nous reprendrons ccce monde qui nous est dû. Gameknight encocha une nouvelle flèche et visa les yeux brûlants de haine. En lâchant la corde, il suivit du regard la trajectoire du projectile, qui traversa sa cible comme un rideau de fumée. — Ha ha ha… ça picote, ricana Shaikulud. Arrête tes efforts pathétiques et approche-toi pour que je te tue. Soudain, il entendit des cliquetis tout autour de lui et une multitude d’yeux d’araignées se matérialisa au sein du brouillard, braqués droit sur lui. Il décocha flèche sur flèche en direction des ennemis, en vain : ses traits traversaient les cibles, comme s’il tirait sur des fantômes animés par la rage. Gameknight se tourna alors vers Shaikulud et lâcha son arc. Une épée étincelante apparut au bout de son bras tendu. — Si vous voulez me tuer, l’araignée, il va falloir venir m’affronter. — Patience, Utilisssateur-qui-n’en-est-pas-un. Pour le moment, je vais laissser mes filles s’amuser un peu avec toi. Quand Shaikulud éleva la voix, ses paroles résonnèrent dans toutes les Contrées du rêve.
— Mes enfants… à l’attaque ! Gameknight entendit les araignées charger de tous côtés . Si je reste ici, je suis perdu, se dit-il. Plutôt que de combattre, il lâcha son épée, ferma les yeux et, rassemblant toutes ses forces mentales, il cria de toutes ses forces : — RÉVEILLE-TOI… RÉVEILLE-TOI… RÉVEILLE-TOI !
2
LE PLAN DE CRAFTER
Gameknight s’éveilla en sursaut. Il sortit son épée de l’inventaire et se releva d’un bond, prêt à affronter les araignées… qui n’arrivèrent pas. — Tu as une drôle de façon de te réveiller, dit quelqu’un derrière lui. C’était son amie, Hunter, qui lui posa doucement une main sur l’épaule. L’aube venait de se lever et les premiers rayons du soleil transperçaient la canopée au-dessus de leur tête, baignant la scène d’une douce lueur dorée. La chevelure rousse de Hunter flamboya sous la lumière, comme une auréole magique posée sur sa tête. L’effet ne dura qu’un instant, le soleil continuant sa course au-dessus de l’horizon. — Ça va ? s’inquiéta-t-elle. Gameknight contempla son épée de diamant étincelante, puis croisa le regard brun de son amie. L’angoisse qui étreignait son cœur devait se lire sur son visage, car Hunter l’observait d’un air inquiet. Il reposa doucement son arme et regarda autour de lui. Ils se trouvaient dans leur campement de fortune, au milieu des bois, dissimulés à la vue de Herobrine et de sa horde de zombies. Ses yeux se posèrent sur le pourtour du camp, où des barricades de bois avaient été érigées à la tombée de la nuit pour repousser temporairement les monstres. Un coup d’œil vers la cime des arbres lui révéla la présence des archers perchés sur les branches, à l’affût du moindre mouvement en contrebas. Aucune araignée en vue. Ce n’était qu’un rêve. Pourtant, il lui avait semblé si… — Gameknight… quel est le problème ? demanda Hunter en lui tirant sur la manche pour attirer son attention. Vas-tu enfin me dire ce qui se passe ? Est-ce que… — Les Contrées du rêve, dit-il d’une voix tremblotante. Hunter se tut aussitôt. Elle aussi était une arpenteuse, tout comme sa petite sœur, Stitcher. Ils avaient tous les trois le don de parcourir les rêves, ce qui était incroyablement rare dans le monde de Minecraft. — Qu’as-tu vu ? murmura-t-elle en s’approchant. Pas Erebus ou Malacoda, j’espère ? ajouta-t-elle avec effroi. — Non, répondit Gameknight. Quelque chose d’autre. Une araignée du nom de Shaikulud. — Tu as bien dit Shaikulud ? dit une jeune voix derrière eux. Gameknight se tourna vers le jeune homme aux cheveux blonds qui s’approchait. Ses yeux bleus perçants semblaient pouvoir scruter les tréfonds de son âme. Il avait le regard d’un sage, quelqu’un ayant passé bien plus de temps dans Minecraft qu’on ne l’aurait cru possible. Il portait la tunique classique des villageois, descendant du cou jusqu’aux chevilles, mais la sienne était noire barrée de gris : son costume officiel d’artisan. C’était Crafter, chef du village et meilleur ami de Gameknight depuis que celui-ci avait été happé dans Minecraft par le rayon numériseur de son père. Cet appareil avait extrait de son corps physique tous les aspects de sa personnalité et les avait transférés dans le jeu ; si on pouvait encore appeler ainsi l’univers où il se trouvait à présent, dans le rôle de l’Utilisateur-qui-n’en-est-pas-un. Son nom flottait au-dessus de lui, comme les autres utilisateurs, mais ces derniers étaient tous connectés au serveur par un filament lumineux partant de leur tête et filant droit vers le ciel. Gameknight, au contraire, n’avait aucun lien, car il était lui-même plongé au cœur du serveur. Il avait l’apparence d’un utilisateur, sans en être vraiment un. — Peux-tu me répéter ce nom ? demanda Crafter.
— Elle s’appelait Shaikulud, répondit Gameknight. Crafter pâlit en entendant ces mots. — Tu peux nous expliquer ce que ça signifie ? demanda Hunter. Même si Crafter avait une apparence enfantine, il était en fait un des plus vieux PNJ de Minecraft. Durant la première aventure de Gameknight dans la peau de l’Utilisateur-qui-n’en-est-pas-un, Crafter et lui avaient mené une armée d’utilisateurs face à une horde de monstres. Durant la bataille, le vieil artisan aux cheveux gris était mort en défendant Minecraft. Heureusement, comme il avait accumulé suffisamment d’XP, il était réapparu sur le serveur suivant, en se matérialisant dans le corps d’un enfant – celui-là même qu’il occupait à présent. En tant que plus vieux PNJ de Minecraft, il connaissait beaucoup de choses sur son histoire et ses légendes. — Le nom de Shaikulud remonte aux époques lointaines de notre histoire, expliqua Crafter. — Hein ? interrompit une autre voix. C’était la sœur de Gameknight, Monet. Un arc à la main, elle descendait les barreaux d’une échelle qui menait à la cime des arbres. Dans la lueur orangée du soleil levant, elle était pratiquement invisible avec sa tunique bleu sombre. Elle descendait telle une apparition fantomatique, et seules les bandes pastel et quelques taches de blanc sur son torse permettaient de la distinguer des ombres. Ses beaux yeux verts semblaient luire dans la lumière pâle du matin. Elle adressa un regard plein d’affection à son grand frère. Elle avait une chevelure étonnante : des mèches bleues fluorescentes qui lui tombaient sur les épaules et dans le dos, offrant un contraste saisissant avec sa peau sombre. L’apparence extravagante de Monet prouvait à quel point elle aimait jouer avec les couleurs, mais cela ne facilitait pas la tâche à son frère pour rester discret. — Chut, intima Gameknight à sa sœur avant de se tourner vers Crafter. Je t’en prie, continue. — Je disais que le nom de Shaikulud est lié à l’histoire ancienne de Minecraft. Mon arrière-grand-tante Brewer m’avait parlé d’une créature primitive rôdant dans les jungles de Minecraft pour protéger un vieux secret. — De quoi s’agissait-il ? demanda Monet d’une voix encore endormie, tout en se frottant les paupières. — Personne ne le sait, répondit Crafter. Tout ce que Brewer m’a dit, c’est que Shaikulud avait été créée par un être maléfique pour garder le plus vieux secret de Minecraft. — C’est passionnant ! s’exclama Monet, ce qui lui valut un regard noir de Hunter. Quoi, qu’est-ce que j’ai dit ? — Il faut rester concentrés sur notre tâche. Ne perdons pas notre temps en vaines aventures, expliqua Hunter en sachant à quel point Monet pouvait être impulsive. C’est alors que des hurlements de loups retentirent dans la forêt. Il y en avait beaucoup autour du camp, mais ils se contentaient de rester à l’écart, sans les attaquer. Un des PNJ de leur troupe, Herder, partit aussitôt à leur recherche. En tant que préposé aux animaux, il n’hésitait jamais à recueillir les bêtes errantes. Cependant, les loups n’avaient pas vraiment besoin d’aide. Au contraire, tous ceux que Herder avait apprivoisés servaient de sentinelles aux PNJ, arpentant le périmètre du camp à l’affût des monstres. Herder s’élança donc en direction des hurlements. Il sauta par-dessus la barricade érigée par les villageois autour de leur campement, puis s’enfonça dans la forêt pour tâcher de retrouver ces animaux discrets. Quelqu’un éclata de rire. — Voilà que l’enfant-loup repart en vadrouille, dit un PNJ. J’espère qu’il va nous en
ramener un, cette fois-ci. Les villageois avaient trouvé de nombreux surnoms amicaux pour Herder. Cela n’avait pas toujours été le cas : on l’appelait « Petit Cochon » à l’époque où il était encore la cible de moqueries et d’insultes. Toutefois, depuis son intervention triomphale à la bataille de la Source, lorsqu’il était arrivé à la tête d’une horde de loups, les villageois avaient fini par apprécier ce PNJ si différent. Herder était désormais la mascotte du village et ses loups apprivoisés appréciés de tous. — Crafter, reprends ton récit, ordonna Hunter. — Euh… oui, enchaîna le PNJ. Donc, cette Shaikulud était une créature extrêmement dan gereuse. Mon arrière-grand-tante Brewer disait même que c’était un monstre incroyablement fort et cruel. Mieux vaut éviter d’avoir à l’affronter. — En règle générale, mieux vaut éviter tous les monstres, déclara Stitcher, la petite sœur de Hunter, en rejoignant leur groupe. Gameknight se tourna vers elle. Stitcher était la plus petite des deux, mais elle avait la même chevelure, et ses boucles rousses tressautaient à chacun de ses pas. Cependant, son regard était très différent de celui de sa sœur. Durant la guerre qui avait failli emporter Minecraft, les monstres avaient détruit leur village et tué leurs parents. Stitcher avait été capturée et réduite en esclavage dans le Nether. Gameknight était parvenu à la sauver, mais cela n’avait pas apaisé la soif de revanche de Hunter : elle mourait d’envie de détruire tous les monstres de Minecraft, de leur faire payer tout ce que sa sœur et elle avaient subi. Cette haine brûlante menaçait parfois de la submerger, ce qui angoissait terriblement Gameknight et Stitcher. — Il s’agit d’une araignée, expliqua Gameknight, dont la voix tremblante trahissait sa peur. C’est leur reine. Je pense qu’elle sait où nous sommes. — Décidément, tu les attires ! plaisanta Hunter. Après le roi des Endermen, puis le roi du Nether et le roi des zombies… voilà la reine des araignées. Comment fais-tu pour énerver toutes ces têtes couronnées ? — J’ai sans doute une personnalité hors du commun, répondit-il en éclatant d’un rire nerveux. — Bref, tâchons d’éviter cette Shaikulud, dit Crafter. Sommes-nous prêts à lever le camp ? — Oui, tonna la voix grave de Digger derrière eux. Gameknight se tourna vers la silhouette trapue de son ami qui approchait de leur groupe. Ses larges épaules et ses bras puissants étaient le fruit de nombreuses heures passées à creuser des mines pour le village. Sa force physique avait fait la différence lors des nombreux combats des jours précédents. — Alors partons, déclara Hunter. — Dans quelle direction ? demanda Gameknight. Crafter, tu nous as dit que l’Oracle vivait dans un temple de la jungle, quelque part sur ce serveur, mais où ? Comment allons-nous la trouver ? — J’y ai bien réfléchi. Le problème, c’est que nous manquons d’informations. — Comment faire pour en trouver ? intervint Monet. Utiliser Google ? — Qu’est-ce que c’est, un Google ? demanda Stitcher, ce qui provoqua l’hilarité de Gameknight et Monet. Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ? ajouta la jeune fille. — Ce n’est rien, expliqua, Gameknight. C’est juste un outil que nous utilisons dans le monde physique pour obtenir des informations. Un peu comme si tous les livres du monde étaient stockés en ligne au même endroit. — C’est exactement ce qu’il nous faut, dit Stitcher. — Il existe quelque chose dans ce genre dans Minecraft, dit Crafter. (Tous les regards se tournèrent vers lui.) La bibliothèque. — Vous avez une bibliothèque ? s’exclama Gameknight.