//img.uscri.be/pth/a2787a1669d5de61faa9a5fccb2fb7790cd37cbb
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Belle à la Fontaine

De
282 pages
La Belle à la fontaine est un roman aixois ; le quartier dans lequel se déroule l'action concentre une élite qui associe sans les confondre la naissance, l'aisance matérielle et l'érudition. Cette dernière manque à Jérôme qui préfère les plaisirs à l'étude. Geneviève reçoit de son père tous les ingrédients d'une solide culture classique. Comment deux personnages aussi dissemblables vont se retrouver et finir par s'aimer. Pourront-ils y trouver le bonheur ?
Voir plus Voir moins
Armand LUNEL
La Belle à la fontaine
Roman
La Belle à la fontaine
© L’Harmattan, 2014 57, rue de l’ÉcolePolytechnique, 75005 Pariswww harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782343032122 343032122EAN : 9782
Armand LUNELLa Belle à la fontaine roman
DU MÊME AUTEURŒuvres romanesques L’IMAGERIE DU CORDIER. Roman – N.R.F 1924 OCCASIONS, Nouvelles – N.R.F. 1926 ESTHER de CARPENTRAS, Théâtre. N.R.F 1926 NICOLO PECCAVI, Roman. N.R.F. PRIX RENAUDOT 1926 NOIRE ET GRISE – Roman. N.R.F. 1930 Du temps des ghettos comtadins, Variété historique – FAYARD (œuvre libre 1933) LE BALAI DE SORCIÈRE Roman. N.R.F 1935 Prix Femina anglais NEUF et UNE : LES ASSIETES, Nouvelle, avec les dix premiers Lauréats du PRIX RENAUDOT NRF1936 JÉRUSALEM A CARPENTRAS. Nouvelles – 1937 LA MAISON DE LA FEMME PEINTE –Nouvelle. Ed. «A la Voile latine » 1946 Lithographies d’André Marchand L’HOMME À LA COULEUVRE – conte provençal« L’Image littéraire 1946 LES AMANDES D’AIX, Roman. N.R.F 1949 LA BELLE À LA FONTAINE  Roman FAYARD 1959 Prix Carlos de Lazerne FRERE GRIS (Œuvre posthume)L’AMOURIER 2000 Essai Biographique MON AMI DARIUS MILHAUD (Œuvre posthume) EDISUD 1992Histoire JUIFS DU LANGUEDOC, DE LA PROVENCE ET DES ÉTATS FRANÇAIS DU PAPE Albin MICHEL Prix GOBERT d’histoire de l’Académie Française 1975 Essais PAR D’ETRANGES CHEMINS, souvenirs de 1940, Ed. du Rocher 1946 J’AI VU VIVRE LA PROVENCE – FAYARD Grand prix littéraire de Provence 1963 LES CHEMINS DE MON JUDAÏSME (Oeuvre posthume) L’HARMATTAN 1993 Voyages SÉNÉGAL Collection « L’Atlas des voyages » Ed. Rencontres à LAUSANNE – 1966 Librettiste En collaboration avec Darius MILHAUD :ESTHER de CARPENTRAS MAXIMILIEN DAVID – (pour le centenaire de la fondation de l’ETAT D’ISRAËL) LES MALHEURS D’ORPHÉE En collaboration avec H. SAUGUET.LA CHARTREUSE DE PARME 1939, jouée en 2013 à l’Opéra de MARSEILLE
AVANT-PROPOS Armand Lunel est né à Aix le 9 juin 1892. Son père, courtier et négociant en huile d’olive était lui-même aixois, sa mère était la fille d’un marchand de draps de Carpentras, Albert Lunel, collectionneur érudit, ami de Frédéric Mistral. Les vacances de l’écolier puis du lycéen qu’il était alors, passées chez ses grands-parents,furent déterminantes dans sa vocation d’écrivain. Il a fait ses études secondaires au Lycée Mignet d’ Aix en Provence où s’éveille son goût de la littérature. Stendhal dont il deviendra un grand connaisseur, Alain Fournier, Gérard de Nerval sont ses auteurs préférés. En passant par Normale Supérieure, il obtient en 1914 l’agrégation de philosophie. Avant sa mobilisation en 1915, son premier poste d’enseignant est le lycée Mignet. Il y retrouve son enfance et le quartier qui lui servira de décor pourLa belle à la fontaine. Aprèsl’antiquité romaine qui a fait connaître AIX pour ses sources et ses thermes, ce sont les
II Avant-propos Comtes de Provence qui ordonnent à partir du XVème siècle la construction de nouvelles fontaines.La fontaine de St- Jean de Malte, construite au XVIII ème siècle, continue cette tradition A Aix, on donne à ce quartier le nom de l’Archevêque Michel Mazarin, frère du célèbre Cardinal qui fut le ministre d’Anne d’Autriche pendant la régence, avant de devenir celui de LOUIS XIV. C’est après avoir acheté les terrains appartenant à l’Ordre de Malte, qu’ayant obtenu l’autorisation de démolir les remparts au sud de la ville, Michel Mazarin décide en 1646 l’aménagement d’un nouvel espace d’habitations qui se construiront autour de l’Eglise des Hospitaliers de Saint. Jean. Les rues y sont tracées suivant le principe de la Rome antique (Decumamus Est-Ouest, c’est aujourd’hui la rue Cardinale, Caro –Nord- Sud, c’est la rue du 4 septembre, autrefois, rue Saint Sauveur). L’origine des Mazarin n’est évidemment pas étrangère à cette évolution. Les hôtels particuliers qui y seront construits s’inspireront de la Renaissance italienne. Aix, à cette époque, est capitale de la Provence, elle est le siège du Parlement. Les parlementaires, à l’étroit dans la vieille ville, qui ajoutent à leurs bénéfices traditionnels, les revenus de leur charge vont s’installer dans cet espace en en faisant, par son ordonnancement et l’architecture de ses bâtiments, un lieu privilégié par la noblesse du pays.
Avant-propos III Mais avec Armand Lunel nous sommes dans une autre époque qui se situe dans le tournant du passage du 19eme aux 20eme siècles jusqu’à la grande guerre. La ville d’Aix abrite dans ses murs une élite cultivée qui, ayant recueilli l’héritage d’un passé cumulant tradition et fortune tient à le conserver. Le quartier Mazarin concentre cet héritage. Le décor du roman est planté, nous attendons les personnages .Qui sont-ils ? Ils sont ceux qui rythment par leur va et vient autour de la fontaine, le quotidien de la place Saint Jean, l’épicentre du roman. Le curé Bourillon bien sûr, son sacristain, la gardienne du musée, l’appariteur de l’université, le professeur et doyen de la faculté , Célestin Delorme, latiniste et helléniste éminent, sa fille Geneviève, (c’est elle qui tient les fils qui vont tisser l’histoire), Léoncie, l’inévitable domestique descendue de ses montagnes de Saint Dalmas le Selvage, au service de M. Delorme dans une famille qui ne compte plus qu’un père et une enfant, l’épouse et la maman dont on ne saura rien étant déjà décédée. Une étrange enfance pour cette fillette, prise dans la tenaille de principes bien établis, ceux d’un père qui l’instruit dans ce qu’on appelait jadis les humanités, et ceux d’une domestique aimante et dévouée tout droit venus des superstitions de nos montagnes, ne sera pas pour Geneviève la meilleure façon d’être préparée aux épreuves de la vie. Son élection à l’unanimité dans l’ordre