//img.uscri.be/pth/2f8a3d1a2d33b34c465979f43d1bba4e3ab12d9c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Brèche

De
401 pages
Gaea Primera Alors que le couple impérial avait perdu tout espoir d'avoir un jour un enfant, la souveraine Kayle donna enfin naissance à un héritier. Au grand dam d'Astral, frère de l'empereur, qui convoitait déjà la place... Hélas! six ans plus tard, victime du machiavélisme de son oncle,l'enfant disparu, laissant ses parents anéantis. Primage Un enfant issu d'un autre monde va devoir s'adapter aux coutumes ancestrales d'une planète régie par la magie. Il sera aidé en cela par Regg et son grand père, Ralf. Mais son ancienne vie se rapellera de nouveau à lui, lorsque son oncle, avide de pouvoir, menacera de nouveau son univers et celui de ses amis.
Voir plus Voir moins
La Brèche
Séverine Ollivier
La Brèche
ROMAN
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com ISBN : 2-7481-5051-1 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-5050-3 (livre imprimé)
SE V E R I N EOL L I V I E R
Prologue  Sur Gaea Primera, une grande partie du peuple désespérait qu'il y eu un jour un héritier à la couronne impériale. Depuis plus de dix ans que l'Ordinateur Central avait conclu l'union de l'empereur Kana et de Méni des Terres Australes, jamais celle-ci n'avait pu mettre un enfant au monde. Pourtant, ce n'était pas faute d'avoir essayé tous les remèdes possibles et imaginables, d'avoir consulté les plus grands médecins et savants de l'empire. Personne ne comprenait pourquoi le couple impérial ne concevait toujours pas d'héritier. Pourquoi ce couple, jeune et beau, ne parvenait-il pas à faire une chose que quasiment tous les Gaéaens avaient déjà accomplie? L'impératrice n'en pouvait plus d'être le cobaye de tout ces charlatans, avec leurs potions toutes plus horribles les unes que les autres. Certaines étaient si dégoûtantes que Méni était persuadée que si elle continuait à avaler cela, jamais plus l'empereur ne voudrait s'approcher d'elle, ce qui compromettrait irrémédiablement ses chances d'être enceinte un jour. Non pas que cela contrarierait trop Méni, qui déjà entourée des enfants de ses chambrières, reportait sur eux ses instincts maternels et les couvrait de cadeaux et d'attentions. Mais, tant qu'elle n'aurait pas un enfant à elle, issu du sang de l'empereur Kana, ce serait toujours cet incapable d'Astral, le jeune frère de Kana, qui serait l'héritier présumé du trône. Quel désastre si cet idiot emperruqué tout juste bon à semer des bâtards dans le palais accédait un jour au pouvoir! Astral s'empresserait d'annexer les Terres Australes, qui étaient maintenant dirigées par le frère aîné de Méni et, même en sachant qu'elle ne reverrait jamais ses terres natales, l'impératrice ne serait guère enchantée de les savoir entre les mains de ce fou furieux dont le plus grand plaisir était de s'entraîner à tirer à l'arc sur les pauvres gens qui avaient le malheur de croiser son chemin. Heureusement qu'il était aussi maladroit que fanfaron!
9
LABR E C H E
 " Lei Méni, pouvez-vous venir, s'il vous plait? Il y a à l'entrée du château une pauvre hère qui se prétend guérisseuse et qui voudrait vous voir de toute urgence. Les Dats l'ont déjà renvoyée hier et avant-hier, mais elle dit qu'elle reviendra tous les jours jusqu'à ce que vous lui accordiez une entrevue. Dois-je dire aux Dats de la renvoyer encore une fois?  - Non, Shéni, allons voir ce qu'il en est."  Méni sortit de sa chambre, suivie par sa petite camériste qui, curieuse comme toute jeune fille de son âge, se demandait ce qui pouvait bien motiver une gueuse pareille à solliciter un audience à l'impératrice des Terres Centrales et Occidentales et, plus étrange encore, ce qui pouvait inciter Lei Méni à recevoir cette étrangère. Leim Kana ne sera pas content quand il saura cela, se disait-elle. L'étiquette impériale, appliquée depuis des générations, en fait depuis le début du règne des Kayle, était très stricte. Même si sur Gaea Primera les avancées technologiques avaient connues un boom phénoménal depuis une centaine d'années, les consignes à l'intérieur du palais étaient restées les mêmes et le protocole devait être respecté à la lettre. Cela créait un contraste frappant entre le mode de vie moyenâgeux dans le château et le site de lancement des fusées de Kana à quelques kilomètres de là. Dans le cas présent, en aucune façon l'épouse de Kana Kayle ne pouvait se permettre de recevoir l'humble femme sans en référer à l'empereur, mais Shéni n'eut pas le culot d'en faire la remarque à sa maîtresse. D'ailleurs, elle était bien trop effrayée par la vieille femme, et, plus elles s'en approchaient, plus sa terreur augmentait. La petite servante était à peine sortie de l'enfance, et le temps n'était pas si lointain où on lui racontait encore ces contes dans lesquels on rencontrait à chaque fois une sorcière. Et bien, aujourd'hui, elle en avait une en face d'elle, encore plus hideuse que ce qu'elle avait pu imaginer. Qu'est-ce qu'une horrible bonne femme pareille pouvait avoir à faire avec Lei Méni, la plus belle
10