La démone Angélique

De
Publié par

Angélique, huit ans, n’a pas d’amis et n’en veut surtout pas ! Enfin, c’est ce qu’elle affirme haut et fort. La petite démone n’en fait qu’à sa tête: mauvais coups à l’école, grève du bain, tout y passe ! Mais un jour, après avoir joué un tour de trop, Angélique réalise certaines choses… Et si la démone était un peu plus ange qu’elle ne le croit ?
Publié le : mardi 27 octobre 2015
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895799696
Nombre de pages : 99
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
France Lorrain La démone Angélique
France Lorrain La démone Angélique
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Lorrain, France La démone Angélique Pour les jeunes de 9 ans et plus. ISBN 9782895797067 I. Titre. PS8623.O765D45 2015 jC843’.6 C20159408962 PS9623.O765D45 2015 Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2015 Bibliothèque et Archives Canada, 2015 Direction éditoriale : Nicholas Aumais, Gilda Routy Révision : Sophie SainteMarie Mise en pages : Interscript Illustration de la couverture : Alain Fréchette (Talisman illustration design) Illustrations intérieures : © Shutterstock © Bayard Canada Livres inc. 2015
Financé par le gouvernement du Canada Funded by the Government of Canada
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de l’aide accordée à notre programme de publication.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Bayard Canada Livres 4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) Canada H2H 2S2 Téléphone : 514 8442111 ou 1 866 8442111 edition@bayardcanada.com bayardlivres.ca
Imprimé au Canada
9782895799696 bayardlivres.ca
1 L’école, à quoi ça sert ?
Dans la vie, il y a des choses épouvantables : les inondations au printemps, les tremblements de terre, les dictées du vendredi matin et… un prénom comme le mien.
ANGÉLIQUE Laliberté. Je m’appelle Angélique. Ça fait penser à la douceur, à la gentillesse. Tout ça est contraire à ma personnalité : j’ai un sacré caractère, c’est bien connu !
3
J’ai huit ans, un frère jumeau PARFAIT qui est toujours gentil, alors que je suis souvent diabolique. Il est brun aux yeux bruns ; je suis blonde aux yeux bleus. Il est petit comme un nain – j’exagère à peine –, je suis grande comme une géante, enfin, trop grande pour mon âge.
Tout le monde dit que j’ai un problème de comportement. Bof ! Peut-être que oui, peut-être que non !
Pour moi, aller à l’école, c’est comme manger un macaroni sans fromage ou boire un verre de lait sans chocolat. Fade, sans aucun plaisir. Je suis tellement bien en vacances que j’arrive parfois à oublier qu’un jour je retournerai m’enfermer dans une salle de classe. Jusqu’à ce qu’un de ces êtres extraordinaires (n’importe quoi !), un adulte, me pose LA question :
4
— Alors, Angélique, as-tu hâte de recommencer l’école ?
Pourquoi les adultes veulent toujours savoir ça ? Lorsqu’ils sont en congé, ils ont si hâte d’aller travailler, ces grands rigolos ? Leur deuxième question préférée est tout aussi RIDICULE :
— Et puis, as-tu un petitchum, ma belle fille ?
Je pourrais répondre non, parce que j’ai huit ans, mais je laisse tomber. Les adultes ne comprennent rien de toute façon. À commencer par mes parents ! Quelle idée ils ont eue de me nommer Angélique…
— C’est un beau prénom, affirme ma mère. C’est doux et fort à la fois.
— Ce que ta mère ne dit pas, rigole mon père, c’est qu’elle écoutait la chanson
5
Angéliquenuit et jour lorsqu’elle était adolescente.
Une chanson ridicule de 1966 – le temps des dinosaures, quoi – interprétée par un chanteur qui a une voix nasillarde comme un corbeau enrhumé. Voilà d’où vient mon prénom ! Wow !
Mon frère, lui, a un nom normal : Marc-Antoine Laliberté. Évidemment, il est gentil, calme et responsable. Tout le contraire de moi. Je suis brouillonne, colérique et brise-fer. Je n’ai jamais eu d’amis, et je m’en moque, d’ailleurs !
Ma mère, Constance, est inquiète. Je le sais, je l’ai entendue l’autre jour alors que j’écoutais à la porte de sa chambre. Elle parlait au téléphone avec sa meilleure amie, Pascale.
6
— Je ne comprends pas pourquoi elle n’a pas de copines.
— …
— Je le fais… Souvent, je lui demande d’inviter une amie pour venir jouer à la maison, mais elle me répond toujours que ce sont des cruches.
— …
— Oui, je sais. Peut-être que je m’inquiète trop. C’est juste que Marco, lui…
Blablabla. C’est à ce moment que j’ai arrêté de l’espionner.
Lorsque ma mère se met à faire l’éloge de mon frère, je fais de l’urticaire. Des boutons rouges se forment partout sur mon corps. Je dois être allergique à mon jumeau.
7
Pour ce qui est des filles de l’école, elle ne se trompe pas. Dans ma classe, il y en a douze.
Huit ne pensent qu’aux garçons, au maquillage, aux vedettes. Deux sont beaucoup trop studieuses, elles veulent obtenir les meilleures notes pour aller à la meilleure école privée de la région au secondaire. Au SECONDAIRE ! Dans quatre ans !
Quant à la onzième, Ursula, à part le fait qu’elle a un prénom absurde comme le mien, elle est arrivée au Québec il y a six mois. Elle ne parle jamais, elle reste dans son coin et elle me semble très ennuyante.
Le lundi, c’est la pire journée. Presque chaque semaine, je demande à ma mère :
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

les falaises du crime

de ActuaLitteChapitre

Les Nièces de Molière

de editions-porta-piccola