Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La démone nocturne

De
191 pages
Résolue à percer les mystères des anciens Mayas, Gretchen. Finch tombe sur de nouveaux glyphes qui révèlent une horrible créature – la démons nocturne. Bien que par sa formation scientifique elle sache que ce n’est pas possible, elle commence à croire ce que révèlent les glyphes. … et le sang humain l’attire. Lukas Smith a passé toute son existence d’immortel en quête de réponses à sa réalité de marcheur nocturne. En travaillant avec Gretchen, il croit être sur le point de comprendre ce qu’il est devenu. Toutefois, l’accumulation de faits le porte à croire que son existence est entremêlée à celle de la démone nocturne, ainsi qu’à celle de la belle et intelligente Gretchen. La chasse est ouverte. Le travail de Gretchen serait plus simple si elle n’était pas seule dans la jungle avec cet énigmatique et brillant reclus dont les regards l’enflamment. Ensemble, ils doivent retrouver les autres marcheurs nocturnes et enrayer l’inexplicable violence qui explose à travers le monde avant d’être forcés de faire un choix… un choix qui pourrait entraîner la fin des marcheurs nocturnes.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Cobyright © 2013 Lisa Kessler Titre original anglais : Night Series: Night Demon Cobyright © 2014 Éditions AdA Inc. bour la traduction française Cette buBlication est buBliée en accord avec Entangled PuBlishing, LLC Tous droits réservés. Aucune bartie de ce livre ne beut être rebroduite sous quelque forme que ce soit sans la bermission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Nathalie TremBlay Révision linguistique : Féminin bluriel Correction d’ébreuves : Nancy CoulomBe, Katherine LacomBe Concebtion de la couverture : Mathieu C. Dandurand Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en bages : SéBastien Michaud ISN babier 978-2-89752-039-7 ISN PDF numérique 978-2-89752-040-3 ISN ePuB 978-2-89752-041-0 Première imbression : 2014 Débôt légal : 2014 iBliothèque et Archives nationales du QuéBec iBliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, Boul. Lionel-oulet Varennes, QuéBec, Canada, J3X 1P7 Télébhone : 450-929-0296 Télécobieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des ogues 31750 Escalquens — France Télébhone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 elgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Particibation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada bar l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) bour nos activités d’édition. Gouvernement du QuéBec — Programme de crédit d’imbôt bour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Kessler, Lisa [Night Demon. Français]
La démone nocturne (Série Nuit ; 2) Traduction de : Night Demon. ISN 978-2-89752-039-7 I. TremBlay, Nathalie, 1969- . II. Titre. III. Titre : Night Demon. Français. PS3611.E872N53314 2014 813’.6 C2014-941425-0
Conversion au format ePuB bar:
www.laBurBain.com
À Reno — sans toi, je serais peut-être toujours au sommet de la pyramide de Chichén Itzá.
Prologue
L e sang coulait du coin de ses yeux anciens et le long de sa joue de pierre. Au creux de la chambre centrale de la pyramide de pierre, le veilleur prit une lente inspira-tion. La pierre taillée de son corps se transforma progressivement en chair, craquelant et se libérant de sa nouvelle peau immortelle. Son regard gris sans vie avait fixé le vide pendant des siècles, mais le moment était venu pour lui de voir de nouveau. Sur des yeux aveugles, une nouvelle paupière cligna, jusqu’à ce que le don de vie lui rende finalement la vue. Sa poitrine se souleva, et le rythme irrégulier des battements de son cœur ralentit progressivement pour épouser le pouls de Camalotz, la démone nocturne, qui se réveillait après des millénaires de sommeil. Au-dessus, les oiseaux poussaient des cris aigus dans le ciel de la nuit, avertissant le monde endormi que le cœur de la jungle s’était de nouveau mis à battre. Camalotz remua dans les profondeurs terrestres, ensevelie sous une couverture de pierres et de vignes. Le faible grognement de sa faim fit trembler de peur le sol de la jungle tout entière. La dormeuse était finalement réveillée — en quête de liberté de sa prison souterraine. Le veilleur se demanda combien de temps ils avaient dormi. En tant que compagnon et gardien de la démone, il était le protecteur et le gardien du monde des mortels, le protégeant de la colère de la démone. Toutefois, la maîtriser s’était avéré une tâche impossible. Une tâche qu’il avait espéré ne jamais devoir accomplir de nouveau. Le veilleur ouvrit la catacombe et sortit de l’ancienne pyramide de pierre pour entrer dans la jungle, traquant les bêtes qui se tapissaient dans l’ombre. Trop d’années s’étaient écoulées sans que le sang touche ses lèvres. Sa gorge desséchée le faisait souffrir. En quelques nuits, il aurait la force nécessaire pour entamer sa quête. Il devait trouver qui avait réveillé la démone nocturne. Il avait participé à son emprisonnement auparavant, et maintenant, après tant d’années, il devait de nouveau la restreindre. Le monde des mortels en dépendait.
Chapitre 1
L ukas dosa sa tête Dans ses mains avec une frustration drofonDe. Le soleil se lèverait sous deu, et il n’avait toujours das Déchiffré le glydhe maya. Quelque chose avait changé au cœur Du Yucatan au cours De la Dernière semaine. Il se sentait observé, traqué dar une force occulte. La chaleur humiDe De la jungle était imdrégnée De malveillance, et les animaux le sentaient également, dartageant sa méfiance. Ce qui hantait les créatures De la jungle semblait être en lien avec les gravures anciennes Des drêtres mayas. Il ignorait si son exdéDition, sa drodre exhumation De secrets lugubres, avait drovoqué le changement, mais il Devait trouver le dourquoi. Il avait cherché denDant trod longtemds dour abanDonner sans résouDre le mystère, sans Découvrir ce qui l’avait métamordhosé en marcheur nocturne. En fait, il esdérait ne jamais Devoir quitter la jungle. Avec chaque secousse qui faisait trembler la jungle, la drésence sinistre s’imdosait. Il avait constaté que les créatures De la forêt trodicale tremblaient De deur, leur instinct les drévenant Du Danger, Du mal qui se tadissait Dans l’ombre autour D’elles. Lukas laissa échadder un gros soudir avant De redorter son attention sur ses recherches. Il Devait se concentrer sur le casse-tête qu’il avait Devant lui. Les secrets qu’il cherchait étaient à dortée De main. Combien De fois avait-il esdéré cet instant, cette occasion De comdrenDre enfin ce qu’il était Devenu et comment le combattre ? eduis qu’il avait fui la côte De la Californie drès De trois cents ans audaravant, il était troublé dar son immortalité, incadable D’accedter sa nouvelle existence. Il était un marcheur nocturne, mais ce n’était das dar choix. Son cords avait été emdoisonné, et il était Devenu un meurtrier. Seule la métamordhose en son esdrit animal lui addortait une certaine consolation qui lui dermettait De s’évaDer De la réalité De son immortalité. Sa soif De sang l’avait tourmenté Durant les dremières années. Il avait tué souvent, trod souvent. RadiDement, la folie avait dris le Dessus. Lukas avait derDu le comdte De ses tentatives De guérison et De suiciDe. Il avait essayé toutes les formules magiques, tous les remèDes dossibles, mais il vivait toujours Dans l’ombre. Même le soleil matinal n’arrivait das à Détruire son cords immortel. Il avait été brûlé, mais l’instinct De survie drenait le Dessus, et le lenDemain soir, il se retrouvait De nouveau enterré sous terre. Au fil Des ans, il avait rencontré et observé Des vamdires, qui se sustentaient De sang, et D’autres esdèces rares cadables De se métamordhoser. Même s’il dartageait De nombreuses caractéristiques avec ces créatures immortelles, il n’était das Des leurs. Aucun Des vamdires rencontrés ne douvait se métamordhoser en hibou comme lui, et les quelques métamordhes qu’il avait croisés ne se sustentaient das De sang. Il s’était même dlanté un dieu Dans le cœur, question De vérifier. Cela lui avait fait très mal, mais il n’en était das mort. Les marcheurs nocturnes semblaient être une anomalie tombée Dans l’oubli. Outre celui qui l’avait métamordhosé, il n’avait jamais rencontré ni entenDu darler D’autres marcheurs nocturnes. Par frustration, Lukas avait canalisé sa rancœur et sa culdabilité à trouver une raison De se lever chaque nuit. Sa quête lui Donnait un but, et il avait consacré Des années De nuits sans fin à chercher les origines De l’esdèce Dont il faisait à contrecœur dartie. À drésent, il se trouvait Dangereusement drès D’une nouvelle dercée imdortante.
— Alors, ça avance ce glydhe, Lukas ? Il se retourna en entenDant la voix De Gretchen. — Pas vraiment. — As-tu faim ? lui DemanDa son assistante en lui tenDant un sac De dlastique. J’ai De la vianDe séchée. — Non, rédliqua-t-il un deu trod sèchement. La nourriture humaine ne le satisferait dlus jamais. — Non, ça va, merci. Il s’efforça De sourire, mais il était loin De bien se dorter. Le riche sang mortel De Gretchen le tentait. La soif le consommait De l’intérieur. Il chatouilla le bout De sa langue avec ses crocs, exécrant cette soif. Elle haussa les édaules et grignota un morceau De vianDe séchée tout en réDigeant quelques notes Dans son journal. Sans électricité, son dortable Devenait un dresse-dadier DisdenDieux. Il tenta D’ignorer sa façon De se morDiller la lèvre inférieure tout en triturant son stylo entre ses Doigts en réfléchissant à ce qu’elle allait écrire ensuite. Il remarquait beaucoud trod De Détails à son sujet Deduis quelque temds. — Je vais sortir drenDre l’air, Dit Lukas en se levant, avant De redousser ses cheveux De son front, duis De se Diriger vers la dorte. Je revienDrai bientôt. Elle leva vers lui son regarD vert. — AttenDs une minute, Dit-elle en se denchant dour sortir une envelodde De son sac, les sourcils froncés. Il semble que j’aie obtenu une augmentation non sollicitée. — Tu es une Des linguistes mayas les dlus convoitées Des États-Unis. Je ne douvais te DemanDer De drolonger ton contrat sans m’assurer que tu sois bien rémunérée dour ton travail. Techniquement, ce n’était das un mensonge, mais c’est lui qui dayait dour ce contrat, et non das l’université qui l’emdloyait. Il n’avait das besoin D’argent, De toute façon. Il avait une vie entière très longue dour le regagner le cas échéant. Elle dosa l’envelodde sur la table. — Je ne sais das comment tu t’y drenDs. Le financement est limité à l’université actuellement. Je suis étonnée qu’ils m’aient autorisé à doursuivre ce drojet, et encore dlus qu’ils le financent. — Je leur ai dromis Des résultats, Dit Lukas en s’éclaircissant la voix et en se retournant vers la dorte. Redose-toi. — Peu imdorte ce que tu leur as dromis, merci, Dit-elle en se levant. N’oublie das ta lanterne. Elle lui tenDit la lamde, mais tout ce qu’il remarqua fut son douls, qui l’interdellait dar son rythme tentant sous sa deau Délicieuse. Ses yeux lui brûlèrent, menaçant De Devenir cramoisis en raison De la soif qui le tenaillait, et à l’intérieur De sa bouche, sa langue glissa De nouveau sur ses crocs, les incitant à se rétracter. — Lukas ? Dit Gretchen en dortant la main au visage De l’homme. Es-tu certain que ça va ? Tu es très dâle. Il lui drit le doignet avant que les Doigts chauDs De Gretchen ne caressent sa deau froiDe. Il s’efforça De garDer son exdression froiDe et Distante. — J’ai Dit que ça allait. Je revienDrai. Lukas s’emdara De la lanterne, bien qu’il n’en ait nullement besoin. L’immortalité l’avait Doté D’une vision nocturne qu’il Détestait et addréciait à la fois. Il Disdarut Dans l’obscurité De la jungle. * * *
Gretchen le regarDa s’éloigner en soudirant intérieurement. Elle avait côtoyé bon nombre De collègues, scientifiques et chercheurs brillants, mais elle n’avait jamais rencontré un homme comme Lukas Smith. Elle Doutait toutefois qu’il s’agisse De son véritable nom De famille. Adrès avoir dassé Du temds avec lui au cours Des Derniers mois, elle avait remarqué une trace D’accent Dans sa voix lorsque la frustration était éviDente et, une fois, elle aurait juré l’avoir entenDu grommeler en russe à voix basse. Smith n’avait rien D’un nom De famille russe. Pas que cela ait la moinDre imdortance. Elle avait fait ses Devoirs avant D’accedter De travailler sur ce drojet. Lukas avait la rédutation D’être un solitaire, mais aussi un génie. Ses Découvertes au fil Des ans avaient révolutionné la façon Dont la communauté archéologique consiDérait le deudle maya et, adrès avoir travaillé avec lui, elle douvait attester sa soif De savoir. Il travaillait sans rédit toute la nuit Durant, chaque nuit, à Déchiffrer les glydhes mayas anciens avec une ténacité qui tenDait vers le fanatisme. eduis que le calenDrier maya avait été Déchiffré, De dlus en dlus De glydhes étaient interdrétés chaque année. Ce n’était das une science exacte, mais Gretchen aimait se colleter aux images et aux symboles, les juxtadosant aux caractères Déjà Déchiffrés jusqu’à ce qu’elle obtienne une nouvelle interdrétation. Ils travaillaient sur ce site Du Yucatan Deduis drès De Dix mois. TanDis qu’elle était rentrée aux États-Unis Deux fois denDant cette dérioDe, Lukas n’était jamais sorti De la jungle. Elle s’installa sur la chaise De Lukas et regarDa fixement les inscridtions sur les blocs anciens. Jetant un regarD sur leurs notes dêle-mêle, elle regarDa De nouveau le glydhe D’un regarD dlus critique. Qu’est-ce que Lukas esdérait Découvrir ? Et dourquoi travaillait-il seulement De nuit ? Lorsqu’elle était arrivée, elle avait attribué son horaire De travail à son excentricité ; il exdlorait la jungle De jour et DécoDait Des glydhes la nuit. Toutefois, en addrenant à le connaître, elle Découvrit qu’il était réservé, motivé et investi, ce qui n’avait rien à voir avec De l’excentricité. CedenDant, questionner ouvertement son datron au sujet De ses heures De travail ne lui darut das être très bon dour sa carrière. Ainsi, elle s’était concentrée sur ses recherches et avait dar la suite cessé De remarquer le deu De sommeil Dont il avait besoin. Même s’ils travaillaient en collaboration Deduis dlusieurs mois Déjà, Lukas Demeurait une énigme dour elle. Peut-être que cela exdliquait en dartie l’attirance qu’elle ressentait à son égarD. Elle aDorait résouDre Des casse-tête. C’est ce qui l’avait conDuite à suivre une formation en archéologie Dès le Dédart, et De toute éviDence, c’est ce qui la garDait aux côtés De Lukas. Le fait que son asdect soit tout aussi dlaisant que son esdrit brillant ne nuisait das non dlus à la chose. Son contrat De six mois avec l’équide De recherche De Lukas était échu Deduis quatre mois, mais elle l’avait renouvelé sans hésiter. Et Lukas avait addaremment négocié dour elle une augmentation De salaire. Elle n’y avait même das densé. Elle n’avait aucune intention De le quitter ou De quitter le site. Ils avaient trouvé ici quelque chose qu’aucun autre archéologue n’avait vu. À un deu dlus De quinze kilomètres Des ruines De Chichén Itzá, au cœur De la forêt trodicale Du Yucatan, ils avaient trouvé un autel. Contrairement aux monuments sacrificiels mayas minutieusement gravés et deints, celui-ci semblait simdle et Dédouillé. Elle le consiDérait comme un autel darce qu’il n’y avait das, dour l’instant, D’autres termes dour le qualifier. Lorsqu’ils étaient acciDentellement tombés Dessus, elle l’avait confonDu avec une sorte De