La dernière larme du lac Kivu

De
Publié par

Lorsque Calixte, un jeune haïtien, arrive en Belgique comme réfugié politique en 1992, il n'a que 19 ans. Il a pour seul objectif d'être l'immigré modèle et de ne point faire de bruit. Lorsqu'il rencontre Michaël, réfugié issu du Congo (ex-Zaïre) et chef de bande, il doit faire face à un autre type de comportement. Les destins du ressortissant haïtien et du Congolais ne cesseront dès lors de se croiser.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 11
EAN13 : 9782296474178
Nombre de pages : 268
Prix de location à la page : 0,0138€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 
 
 
 
 
 
 LA DERNIÈRE LARME DU LAC KIVU
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                         
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.f  ISBN : 978-2-296-56422-0 EAN : 9782296564220
Patrick FRANÇOIS       
 LA DERNIÈRE LARME DU LAC KIVU               
 
 
A
ESECE DES OES septembre  Roman enriChapelet ’EDROT OU  YA DES RAPDES septembre  Roman sabelle Rigolo
FRAGETSD’U OURA FEAVR  ana Saneroa
A DRETAUTRES OUVEESAU SEDU ODE DU TRAVA janier  Sylain osserand
OSEPEOU ESCAGRAPESDERDEVE noembre  ClaudeChoquetGuilleic
EPOTETEEROTQUE DESAEES SAROZY octobre  uanCabanis
RUE DAGUERREseptembre  PaulFabre UCR septembre  Didier Tassy
E SAÏR juillet  VirginieBuisson E GRAD CE juillet  Chantal Saragoni
APOSTODUDESSOAREjuillet  FabriceGourdon
Remerciements
À ma mère, Villia Pierre, lhéroïne de ma vie. À mon père Théligny François. À mes frères : Grégory François, Vladimir François. Au reste de ma famille. Aux personnes sans qui cet ouvrage naurait pas été possible : Florence Vanholsbeeck, ma compagne, ma complice, mon associée sur tant de projets ; Daniele Renis, mon tout premier lecteur ; Julita Szleszynska, lauteur de la couverture de cet ouvrage ; et tous mes amis qui de près ou de loin minspirent.
Chapitre I Au cur de Nzambi Ce mal du pays me pourfend tant les tripes quil écourte ma respiration. Lodeur du pays embaume mon esprit et minterpelle si fort que mon cur, même pour un très court instant, ne fonctionne pas convenablement. Haïti me manque à en mourir, si bien que jai la sensation de nêtre quune parcelle de moi-même. Aujourdhui est un de ces jours où chaque seconde passée est dure à vivre, où chaque pas est vécu tel un fardeau, un calvaire même. Ce matin, au réveil, le mal du pays me frappe particulièrement fort. Déjà hier cétait pareil. Jai envie de revoir mon pays aujourdhui plus quhier et sans doute moins que demain. Je me lève avec difficulté sachant que la journée sera une fois de plus celle de la réflexion. Et qui dit réflexion, dit nostalgie, dit souffrance. Oui, chacun de mes jours de réflexion est devenu un jour de souffrance.  Je suis Michaël Nzambi, Mike pour les intimes. Je sais que tu as entendu parler de moi ! On me surnomme MikeNike, lenfant playboy, mexplique ce jeune homme aux yeux fatigués qui cafouille et qui parait incapable daligner deux phrases sans bégayer comme un débile. Il mest arrivé comme surgi dun écran de fumée, comme s'il était issu des nuages.  Enchanté, je réponds, hésitant. Le regard malveillant planté au milieu de mon visage, il poursuit avec emphase :  Je suis le chef. Et jai une mission : punir ceux qui ne comprennent pas lordre que je veux établir ! Je suis un dur à cuire ! Je suis un animal, me rabâche-t-il dun air condescendant qui par moment prend des allures pathétiques.
9
Je le regarde dun air sérieux. Mais je ne puis mempêcher de penser à son arrogance. Me fixant de ses yeux rouges, il poursuit :  Il va falloir quon leur explique ma mission. Ils doivent savoir pourquoi je suis ici-bas ! Me regardant fixement comme si sa menace métait adressée, il poursuit :  Écoute-moi bien cousin, quiconque mennuie, sera puni. Je létriperai de mes mains nues. Je possède cette force dans les mains qui ma été donnée par mes ancêtres ! Mon père avait la même poigne, mon grand-père également. Et moi, jen ai hérité à mon tour ! Ah cousin, cette force des mains est un don du ciel dont chaque membre de ma famille a bénéficié. La familiarité dont il fait preuve mexaspère quelque peu, mais je ne linterromps pas. Mes pensées sont ailleurs. Je me demande sil existe des gens comme lui dans tous les pays du monde.  Jai la haine, me crie-t-il. Comment serais-je le cousin de ce curieux personnage ? Je me surprends en train de minterroger silencieusement. Je ne le connais ni dÈve ni dAdam. Et je nai aucune envie de le connaître. Je ne me considère pas comme son ami, ou même un proche, ou même un simple copain. Cest tout juste une connaissance et rien de plus ! Cela me choque de le voir se confier à moi, alors quon a passé la majeure partie de notre temps à se croiser, sans jamais échanger autre chose que des regards mauvais. Voilà que soudain, il me parle en me tapotant le torse, en me touchant la main, en me frappant les épaules. Voilà quil me parle de si près que je reçois violemment ses postillons sur le bout du nez. Il mexaspère déjà, mais je tends loreille afin découter son récit.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.