//img.uscri.be/pth/5be371aa8931cb0a015afc3d88f50c699fce6259
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Face Obscène

De
97 pages
Stéphanie et Julien sont témoins de phénomènes inhabituels dans leur appartement : une odeur infecte dans certaines pièces, la chasse d'eau qui se déclenche toute seule, des meubles qui tremblent et qui tombent… Fait plus déroutant encore, Stéphanie semble comprendre ce qui est en train de se produire dans l'appartement… Tout commence comme une nouvelle fantastique, jusqu'à ce qu'intervienne dans le récit un personnage ténébreux, Marc, un mendiant qui ne peut s'empêcher de jalouser l'existence confortable de ces jeunes couples installés dans la vie ( Stéphanie et Julien… ). Et puis il y a cette image qui hante l'esprit du pauvre homme… Une certaine face que Marc n'aurait jamais dû voir…
Voir plus Voir moins

2 Titre

La Face Obscène

3Titre
Pierre-Marie Beuzit
La Face Obscène

Roman fantastique
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00708-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304007084 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00709-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304007091 (livre numérique)

6 . 8
1 RE SCÈNE : UNE SOIRÉE PLUVIEUSE
Entre la pluie et le bitume, sur le trottoir, il
gisait un mendiant. Il passait beaucoup de gens
sur ce trottoir et ces gens semblaient ne pas voir
le corps du mendiant sur le sol. Le mendiant
leva une main et déclara :
– La liberté des uns s’arrête où commence
celle des autres. Que votre liberté, alors,
commence le plus loin possible de la mienne !
Ayant dit cela, le pauvre homme éclata de
rire et disparut sous les pieds des passants.
Stéphanie se tenait debout, au milieu du
salon de son appartement. Elle venait d’allumer
la lumière car dehors la nuit tombait, en cette
fin de journée d’automne. Le ciel s’était couvert
dans l’après-midi et la pluie tombait déjà depuis
une heure. Stéphanie jeta un coup d’œil à son
poignet gauche et vit qu’il était sept heures du
soir. Stéphanie était une femme désirable. Mais
en ce moment, elle était surtout une femme très
ennuyée. Elle avait fait tout ce qu’il était
possible de faire dans son appartement, à ce
moment de la journée. Il y avait bien une chose
9