La farce du dindon ou Thanksgiving 2010

De
Publié par

Un cambriolage n'est pas un fait divers. Aux dégâts de l'effraction, à la perte matérielle des biens volés s'ajoute la brutalité de l'intrusion. La narratrice nous plonge dans cette aventure intime avec beaucoup de réalisme, un peu d'humour et même de dérision. Au terme d'un cheminement douloureux, où alterneront découragement, révolte, espoirs et rencontres nourricières, elle se sent grandie par cette épreuve, acceptant désormais les évènements comme des maîtres. Une incitation à ne retenir que l'essentiel.
Publié le : mercredi 2 décembre 2015
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782336397412
Nombre de pages : 176
Prix de location à la page : 0,0097€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Héléna Versavel La Barre
La Farce du dindon
ou
Thanksgiving 2010
La Farce du dindon ou Thanksgiving 2010
Collection « Vivre et l’écrire » fondée par Pierre de Givenchy voir la liste des titre de la collection en fin d’ouvrage
Héléna Versavel La BarreLa Farce du dindon ou Thanksgiving 2010
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07674-4 EAN : 9782343076744
À Sylvie,
À ta lumineuse simplicité,
À Stéphane,
Mon gaïac du bout du monde…
À Anubis,
Toujours avec moi.
« Que sert à l’homme de posséder l’univers s’il vient à perdre son âme ? »
Matthieu, 16, 26
PROLOGUE
Un homme rencontré dans la salle d’attente d’un médecinspécialiste,àMorlaix,enaoût2009,maconseilléde m’inventer une vie. Je ressassais ses paroles comme un mantra en rentrant chez moi, comme sonnée après un élec-trochoc. L’idée me motivait, mais quelle vie ? Comment ? Les questions se bousculaient tandis que naissait un espoir, XQ Gp¿ j UpDOLVHU /¶LQFRQQX DYDLW UDLVRQ ,O P¶DSSDUWHQDLW de puiser dans mes ressources pour trouver un autre an-crage. Déterminée à ne pas sombrer, à donner un sens à un événement – la maladie m’avait choisie –, j’allais me hisser jusqu’au meilleur de moi-même.
25 août 2009. Ce jour-là, ma bonne Fée m’a montré le chemin. J’ai commencé à écrire cet événement qui a mar-qué mon adolescence et a déterminé la suite de ma vie. Trente-cinq ans plus tard, me le remémorant, mes doigts ont caressé le clavier, laissant jaillir des mots trop longtemps enfermés. Un rempart contre les maux susurrés, puis hurlés de mon corps.
Ce récit achevé, je songe à la prochaine histoire. Les idées foisonnent, le corps s’affranchit des souffrances que l’écriture exhume, les choses vécues prennent un relief inat-WHQGX OD OLEpUDWLRQ VH SUR¿OH j O¶KRUL]RQ /H GHVVHLQ G¶DOOHU vers l’Autre se forme. Ainsi, je suis convaincue qu’on ne souffre pas pour rien. Un événement tout mitonné m’attend, sujet désigné, plus pressant que ceux qui suivront.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.