Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus
ou
Achetez pour : 8,03 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La fille du polygame

De
96 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1992
Lecture(s) : 179
EAN13 : 9782296272453
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

LA FILLE DU POLYGAME

En couverture: affiche de Stéphan MOGINET

Nassur ATTOUMANI

LA FILLE DU POLYGAME
(Théâtre)
Préface de Claude ALLmERT

Editions L'Harmattan
5-7 rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

Collection Encres "Noires Dirigée par Gérard Da Silva
Derniers titres parus: 70 - Albino Labaré, Dieux noirs, Dieux blancs. 72 - Philomène Bassek, La tache de sang. 73 - Jean-Jacques kollo,Brouillard. N 74 - Amadou Tidiane Wone, Lorsque la nuit se déchire.
75 76 77 78 78bis Dominique M Fouilou, Les Trois Glorieuses. Boubacar Boris Diop, Les tambours de la mémoire. Wade, Taffias ! Les éventails. Bassek Bakobio, Sango Malo, le maître du canton. - Pius Ngandu Nkashama, Des mangroves en terre haute.

79 - Abdou S. Baco, Brûlante est ma terre. 80 - VéroniqueTadjo, Le royaume aveugle. 81 - Aboubacry Moussa Lam, Lafièvre de la terre.
82 83

-

- Yamba Elie Ouedraogo,
-

El Tayeb el Mahdi, L'éphémère. On a giflé la montagne.

84
85

Djinadou, Mogbe ou le cri de mauvais augure.
Cheick Oumar Kante, Fatoba, l'archipel mutant.

86 - Kiri Di Bangoura, La source ébène. 87 - Pius Ngandu Nkashama, Unjour de grand soleil.
88 Ruti Antoine M., Affamez-les ils vous adoreront.

89 - Mamadou Sow, Les cinq nuits de Gnilane.
90 - Caya Makhele, Le cercle des vertiges. 91 - Jean-JacquesNkollo, Lajoyeuse déraison. 92 - Kabagema Mirindi, Muko ou la trahison d'un héros.
93

-

Farah Daher Ahmed, Le nouveau citadin.

94
95 96

-

Théo Ananissoh, Territoires du Nord.
Auguy Makey, Franc%le. Cheikh Sougoufara, Baol-Baol, nlon anli...

97 98 99 100-

Abdou S.Baco, Dans un cri silencieux. Khadi Fall, Senteurs d'hivernage. Makouta-Mboukou, L 'hOftlftle-aux-pataugas. Ouoham Tchidjo, Par décret présidentiel.

(0 L'Hannattan,
ISBN

1992 - 2-7384-1608-X

LES VERITES DU BOUFFON

Les données historiques sur lesquelles il n'importe pas ici de revenir ont fait que le développement économique de l'île de Mayotte, ces quinze dernières années, pose et continuera à poser des problèmes dans l'archipel. Un considérable effort financier a été fait pour rattraper de nombreuses décennies de retard, qui s'est concrétisé par une amélioration des conditions sanitaires et scolaires. De grands travaux sont en cours. La construction d'un port en eau profonde est bien avancée et l'aéroport est agrandi pour pouvoir accueillir les gros porteurs. L'écart des revenus allant croissant entre cette île et les trois autres conduit à une immigration sauvage et à l'utilisation de techniques de naturalisation dont la démarche matrimoniale est la plus courante. Epouser une Mahoraise, c'est pour un GrandComorien, un Mohélien ou un Anjouanais la garantie d'obtenir un passeport français, et le billet d'avion (même s'il reste à payer) vers la Réunion ou l 'hexagone. Telle est une des principales données sociales autour de laquelle l'auteur de la première pièce de théâtre mahoraiseLafille du polygame, Nassur Attoumane, va développer sa comédie. Une autre donnée de première importance qui sera le second point d'ancrage de la pièce, mais également une pierre d' achoppement de l 'histoire de ses personnages, sera la permanence de l'évocation de la biculture, de cette tradition culturelle autochtone sur laquelle vient se greffer le monde occidental dont l'influence va s'accélérant. Tout va dès lors tourner autour de ce double apport, de cette relation des personnages à l'extérieur, à l'Autre. Cet Autre peut 5

venir des îles voisines ou être le vecteur de l'occident métropolitain. Dans le premier cas, et bien que présentant une religion qui est celle de l'île, une langue qui en est voisine, une culture qui lui est indiscutablement associée, il lui apparaît rapidement comme l'expression de la dépossession de son bien (nationalité et avantages). Dans le second cas, il apparaît avec une culture, une religion, une langue, des traditions, un système matrimonial différents jouant le rôle de protecteur. Son étrangeté doit bien parfois faire se tourner les regards vers les voisins plus proches, souvent même apparentés et cependant redoutés. L'auteur, qui semble se refuser à toute forme de prise de position et d'évaluation définitive, ne se livre pas. Mais il part de ces données indiscutables que tout un chacun vit aujourd 'hui dans l'île. Le cadre posé, il ne plaide pas pour une cause. Seuil' amour que son héroïne semble placer au-dessus de toute forme de culture semble trouver grâce à ses yeux. Pour le reste, il n'apportera sa caution ou son accord à une cause que le temps de la dénoncer. Prenons quelques exemples, ou plutôt un enchaînement de faits qui pourraient apparaître commede I tirrésolution, de l'incapacité à opter. Option 1 : La loi est la loi française La loi française interdit la polygamie, objet d'injustice et d'irrespect à l'égard de la femme. La jeune épouse mahoraise entend bien que cette loi soit respectée. Option 2 (réponse) : Mais c'est la loi française qui n'a pas de raison de s'appliquer ici puisque c'est la loi imposée par un pays non musulman dans une île où l'Islam est installé de longue date. Suivre la loi française, c'est quasiment s'écarter de la tradition ancestrale. Option 3 : Selon l'optique des anciens, dans un contexte mahorais ishunique, il semble préférable de privilégier le système endogamique (nous épousons nos cousins, nos frères, etc.). Ainsi, sans doute pour des raisons économiques, un système malsain risque de se mettre en place ("épousons nos soeurs, nos mères "). Suivre

6

la polygamie mène, selon l'auteur, à des situations qui ne satisfont pas tout le monde. D'autres exemples de ce type, de ce jeu d'aller et retour d'une culture à une autre, foisonnent dans la pièce. Si l'auteur ne traîtait ce sujet sur le ton badin, s'il n'était pas ce Puck dont le discours s'autorise à la contradiction à condition que cette contradiction débouche sur le rejet des deux termes de l'alternative, il entrerait de plein pied dans un schéma social schizoïde. Il ne peut que s'amuser des deux, car s'il prenait partie pour l'un ou l'autre, il entrerait dans la politique. Où est Nassur Attoumane dans sa pièce? Qui est-il? A aucun moment il n'est

Outsiroé ! Encore que! . Pourrait-il tenir avec conviction le

discours du juge? Certes pas, comme le prouve sa façon de ridiculiser l'énoncé des attendus à l'issue du jugement. Et seule cette position (voulue consciemment ou inconsciemment) de se gausser de ce qui est criticable sans se prononcer sur ce qui est à garder, lui permet de ne pas sombrer dans le débat d'idées, mais de se maintenir dans la comédie. A la vérité, cette pièce plaît car Nassur sait que chacun trouvera de quoi alimenter ses propres convictions. La lecture est toujours double. Par exemple, l'éclairage qu'il porte sur la justice est ambigu. Doit-on porter sur cette dernière un regard de juriste ou un regard d'anthropologue (que signifient Noël pour un Musulman, un nom de famille pour un Comorien 1) 1. De sorte que, sous des aspects naïfs, la pièce de cet auteur a une portée politique (notons au passage que ce texte est une mine pour l'ethnologue). N'est-ce pas là un gros coup porté par l'auteur contre ceux qui revendiquent le fait culturel français à Mayotte. Mais aussitôt, les données économiques redressent la barre et dénoncent ces pays où l'on n'est pas payé de son travail. Le talent de Nassur, c'est de s'en prendre à tout un chacun, à la femme naïve, aux autorités religieuses intéressées, à la justice inadaptée, à la polygamie irresponsable. Chacun, selon sa propre position- sexe, idéologie, religion, ethnie, culture- trouvera dans cette pièce des termes qui }'agresseront aussitôt contrebalancés par d'autres qui le conforteront dans son avis. Car Nassur réussit l'expIoit de ne pas prendre partie. C'est là que l'esprit de Puck 7

fait merveille. L 'homme, comme sa pièce, n'est qu'un éclat de

rire. Sapenséeest à It imagede son physique. C'est un funambule.
Bien malin qui le cernera. Il est le bouffon qui se joue de son entourage. Mais ne se moque-t-il pas de lui-même également? Il n'a pas de thèse à défendre- au moins en apparence- mais il veut que son texte ne soit que moqueries aimables et lazzi affectueux. On ne peut être que son ami car il est le bouffon de chacun. L 'homme de théâtre a fait une comédie. Le sociologue lirat-il dans le talent de Puck la réponse à une bivalence culturelle qui tente de se mettre en place et dont le risque pourrait être de déboucher sur une ambivalence déstructurante ou une duplicité? Ce rire ne serait-il pas là pour exorciser ce qui pourrait être ressenti comme redoutable, une rencontre antinomique d'où il faudrait bien faire sortir une solution viable? En réalité, le spectateur avisé devra de lui-même répondreou tenter de répondre- aux questions posées par Puck. Puck l'auteur (qui n'hésite d'ailleurs pas à tenir un rôle dans sa propre comédie) irrespectueux parce que conscient de ce qu'il est luimême dans sa réalité d 'homme de théâtre usant de la langue française pour montrer et de la langue mahoraise pour faire rire; théâtre fait pour être joué et non pas pour être lu, et dont l'auteur est un amoureux des mots, de tous les mots, de toutes les langues à en devenir parfois puéril; puérilité volontaire à laquelle les spectateurs mahorais font écho en apostrophant les acteurs naïvement, pris dans l'épaisseur du théâtre à ses origines, loin des assistances compassées pour lesquelles la comédie n'est même plus une distraction. L'auteur est né en 1954. Après des études au lycée de Moroni puis en métropole où il passa une licence d'anglais, il revint au pays pour y enseigner. La fille du polygame est la première pièce de théâtre écrite par un Mahorais. Elle a été représentée en 1990 et 1991 à Mayotte où elle a connu un succès mérité. Une tournée dans l'océan Indien

francophone a été faite.
Claude ALLIBERT (CEROI-INALCO) 8

PERSONNAGES

M. BAH 0 DILI

(1)

LA MERE........................
F A TIRA. ......................... B A CO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

*

............

CASTRO (2)*

.................... ................

ODITSIROHEM'HaMA (3)*
PAP A KOJO (4)*
LE JD GE.

- Le polygame, père de Fatiha - La femme de Bahouili - La fille du polygame - Un cousin de Bahouili - Un neveu de Bahouili -Le 1er mari de Fatiha, un étranger

-Le cousin et second mari de Fatiha
- L'avocat
de Outsirohé M'horna

manchot naturalisé

.. ....... .......... ......

MAITRE TOCTOC (5)* ..0...... L'AVOCAT DE LA DEFENSE LE CADI UN INTERPRETE

-Le présidentdu tribunal (me femme) - L'avocat de Fatiha

*

(1) (2) (3) (4) (5)

Le père de la polygamie Ne sors pas I Ne t'en vas pas Qui dure Pisse au lit Idiot

9

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin