La force du loup

De
Publié par

Partagée entre désespoir et indignation, Kelly affronte du regard les loups-garous venus la juger pour un crime qu’elle n’a pas commis. Et, soudain, elle sent son cœur s’emballer. Car, parmi les membres du conseil, elle vient de reconnaître un homme : Sam Shaymore, son amour de jeunesse. Sam, le révolté qui, en dépit des interdits de leurs deux castes, l’aimait. Sam qui l’a quittée sans un adieu le jour où il a perdu toute sa famille dans un incendie. Un sinistre pour lequel, sans aucune preuve contre lui, le père de Kelly a été condamné…
Publié le : dimanche 1 mars 2015
Lecture(s) : 261
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280338349
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre

Prologue

Kelly Denning était amoureuse. Elle courait à travers la clairière en percevant à peine le froid mordant de l’hiver du Tennessee. Sam l’attendait dans la grange !

Elle n’osait pas emprunter le passage secret sans lui. Elle avait bien trop peur d’être surprise par son père. Les Arcanes qui servaient Colton Shaymore n’avaient pas le droit d’utiliser les tunnels.

La société des mages était divisée en deux classes. Les Arcanes, qui occupaient les emplois les moins rémunérés ou travaillaient comme domestiques chez des Elémentaires et ne devaient jamais se séparer de leur carte d’identité. Les Elémentaires, qui étaient riches et puissants — surtout en ce qui concernait les familles les plus influentes, comme celle de Sam. Cet état de fait durait depuis trois siècles, depuis qu’un Arcane s’était voué au mal pour devenir un Seigneur des Ténèbres, le plus puissant de tous les mages. Le Seigneur des Ténèbres avait assassiné des centaines d’Elémentaires et volé leurs pouvoirs avant de se faire tuer. Après cela, les Elémentaires avaient brûlé presque tous les livres de magie pour prévenir l’apparition d’un nouveau Seigneur des Ténèbres.

Alors qu’elle entrait dans la grange, un grognement sourd lui glaça les sangs.

Elle inspira et reconnut avec soulagement le parfum de sauge et de cuir de Sam.

Un grand loup noir et blanc jaillit du coin d’ombre où il était tapi, la bouscula et se frotta contre ses jambes.

Il la marquait de son odeur, songea-t-elle avec plaisir. Mais elle lui appartenait déjà depuis qu’elle lui avait offert sa virginité, deux mois plus tôt.

Le loup leva le museau et renifla, sans doute pour s’assurer que personne ne l’avait suivie, puis il se transforma en homme. Son corps nu luisait de transpiration, ses cheveux châtains étaient ébouriffés et ses yeux noisette brillaient de désir et de malice. Samuel Jackson Shaymore était un Elémentaire très puissant, capable de se transformer en n’importe quel animal.

En ce qui la concernait, il pouvait bien se transformer en limace tant qu’il redevenait son Sam adoré…

Elle tendit la main pour effleurer la sienne et des éclairs rouges jaillirent de ses doigts pour se mêler aux éclairs dorés de ceux de Sam. L’ancien salut des mages était devenu le moyen qu’employaient les Elémentaires pour identifier les Arcanes…

Sam lui décocha un sourire irrésistible — le sourire qui l’avait conquise.

— Comptes-tu rester comme ça ? demanda-t-elle en laissant retomber sa main. Tu devrais peut-être faire apparaître des vêtements…

— Pourquoi ? Ma nudité ne t’a jamais dérangée, jusqu’ici…

Alors qu’elle rougissait, il s’habilla par magie.

— Pourquoi t’es-tu changé en loup ?

— Je ne voulais pas que mon père me voie quitter la maison. C’est un bon déguisement… et j’avoue que j’adore chasser dans les bois.

Elle frissonna de plaisir quand il lui caressa la joue, comme il le faisait à chacune de leurs entrevues. Un jour, elle lui avait demandé la raison de ce geste.

— Je veux m’assurer que tu es bien réelle, lui avait-il répondu.

Elle se blottit dans ses bras. Sam n’était ni trop grand ni trop petit — juste de la bonne taille pour qu’elle se sente en sécurité sans avoir l’impression d’être minuscule.

Sam la contempla un long moment, puis il ouvrit la trappe et l’entraîna dans son bunker. Un lit immense occupait le centre de la pièce.

Elle hésita.

— Noël a tellement d’importance pour ton père…, murmura-t-elle. S’il découvre que tu as quitté la maison pour être avec moi…

— Mais c’est avec toi que j’ai envie d’être, répondit-il en l’attirant dans ses bras pour l’embrasser comme si sa vie en dépendait. Et ce que je veux t’offrir ne peut pas s’emballer dans du papier-cadeau…

Elle posa ses mains sur son torse. Elle ne demandait qu’à se laisser faire, mais leur liaison était dangereuse… Ces derniers temps, le père de Sam lui jetait des regards mauvais, comme s’il se doutait de quelque chose. Et Pete, l’adorable petit frère de Sam, avait failli les surprendre dans la grange, la semaine précédente.

Même son propre père — veuf depuis que sa mère était morte en la mettant au monde, dix-huit ans plus tôt — condamnerait leur relation s’il la découvrait. Cédric Denning voulait qu’elle se joigne à sa lutte secrète pour l’égalité entre les mages.

Sam et elle se trouvaient sur les bords opposés d’un gouffre immense… mais Kelly, quant à elle, pensait qu’on pouvait construire des ponts pour traverser les gouffres et que l’amour était plus fort que tout. C’était Sam qui l’intéressait, pas son argent ni sa position sociale.

— Ton père sortirait sa carabine s’il nous surprenait, insista-t-elle en posant son front sur l’épaule de son compagnon.

— Je te protégerais, lui assura-t-il. Il ne peut pas me dicter ma conduite.

— J’ai l’impression qu’il se doute de quelque chose. Et il veut que tu sortes avec Lisa. Ce rendez-vous…

— Ce n’était qu’un rendez-vous. Je n’ai accepté que pour faire plaisir à mon père, et il ne s’est rien passé, je te le jure.

Les baisers qu’il déposa sur sa gorge ne suffirent pas à calmer sa jalousie. La semaine précédente, la mère de Sam avait invité Lisa Smith, la fille d’un puissant Elémentaire, à prendre le thé. Lisa avait été sa meilleure amie jusqu’au jour où elle avait découvert qu’elle n’était qu’une Arcane. Alors Lisa s’était fait de nouvelles amies et n’avait plus manqué une occasion de se moquer d’elle.

Servir le thé à son ancienne amie était humiliant, mais ce qui l’avait le plus blessée, c’était entendre Lisa se vanter du bal où Sam l’avait accompagnée.

Sam emmenait des Elémentaires comme Lisa à des bals.

Sam emmenait des Arcanes comme elle dans sa chambre secrète.

— Ton père veut que tu épouses une Elémentaire, grommela-t-elle.

Sam pouffa.

— Je me moque de ce que veut mon père ! Je suis fou de toi, Kelly… Je ne me soucie pas de l’opinion des autres.

Se sentant brusquement plus vieille et plus sage qu’elle ne l’était en réalité, elle soupira.

— Tu t’en soucierais si je me faisais contrôler sans ma carte d’identité. On me jetterait en prison…

— Il ne t’arrivera rien, lui assura-t-il. Je te protègerai.

— Tu ne peux pas me le promettre, répondit-elle, la gorge serrée. Mon peuple n’a aucun droit.

Sam prit une expression dure et déterminée, comme si l’homme qu’il allait devenir affleurait sous son jeune visage.

— Personne ne te fera de mal, insista-t-il. Ceux qui essaieront verront de quoi je suis capable… Maintenant, ferme les yeux.

Elle le sentit placer quelque chose de froid et de délicat autour de son cou. Elle ouvrit les yeux et découvrit un pendentif en argent formé de trois spirales.

— Ce n’est pas un simple cadeau de Noël, lui expliqua-t-il. C’est un triskel, un symbole sacré pour mon peuple.

— Il est magnifique…

— Il ne te rendra pas invincible, poursuivit-il avec gravité, mais il te protégera de la magie noire et il amplifiera tes pouvoirs. Surtout, ne le perds pas. Tu en auras besoin si je ne suis pas là pour veiller sur toi…

Elle posa un doigt sur ses lèvres et secoua la tête. Elle ne pouvait pas envisager de vivre sans lui. Comme pour la rassurer, il l’embrassa alors passionnément et elle s’abandonna avec délice à ses caresses.

Après avoir lui fait l’amour tendrement, il la serra dans ses bras un long moment, comme s’il avait peur de la perdre.

Estimant qu’ils étaient d’humeur trop mélancolique pour un soir de Noël, Kelly finit par se lever.

— Allons nous promener au clair de lune, proposa-t-elle. Tu pourras te transformer en loup et courir dans les bois…

Sam se redressa.

— J’en ai assez de me cacher ! déclara-t-il. Habille-toi ! Je t’emmène chez moi.

Sa suggestion la choqua autant que s’il lui avait proposé de se promener nus dans la ville.

— Mais c’est impossible ! Ton père serait furieux…

— Qu’il aille au diable ! Il s’y fera — et je peux très bien me débrouiller sans lui si ce n’est pas le cas.

Ils s’habillèrent rapidement et quittèrent la grange main dans la main. Malgré son inquiétude, Kelly ne pouvait pas s’empêcher de rêver. S’ils vivaient ensemble, loin de tout — peut-être dans la cabane où ils avaient fait l’amour pour la première fois — ils pourraient inventer leur propre monde, un monde dans lequel la différence entre Arcanes et Elémentaires n’aurait aucune importance…

Mais alors qu’ils arrivaient à proximité de l’imposante propriété des Shaymore, elle aperçut des flammes et d’épais rubans de fumée noire qui s’échappaient des fenêtres de la maison. Son rêve brusquement vola en éclats.

Sam s’élança en criant vers la maison, mais il était bien trop tard pour éteindre l’incendie.

Terrorisé, il songea que toute sa famille devait se trouver réunie à l’intérieur de la maison pour Noël. Et son père, pour respecter la tradition qui interdisait l’usage de l’électricité ce soir-là, avait sans doute allumé des lampes à huile dans toutes les pièces.

Un homme surgit brusquement de la maison en flammes. Il riait comme un dément et se frottait les mains comme lady Macbeth. Des éclairs blancs jaillissaient de ses doigts.

Lorsqu’il se tourna vers eux, Kelly reconnut avec effroi le visage de son père.

— Qu’as-tu fait, espèce d’ordure ? hurla Sam.

Le père de Kelly s’enfuit en courant tandis que son amant s’élançait vers la maison.

Les mains tremblantes, elle projeta son énergie vers le bâtiment en flammes, tout en sachant pertinemment qu’il était trop tard pour éteindre l’incendie.

La famille de Sam était en train de mourir et son univers venait de s’effondrer.

1

— Ne les laisse pas m’emmener, s’il te plaît…

— Je te le promets, répondit Kelly, le cœur serré. Je ferai tout ce que je pourrai pour te protéger.

— C’est juré ?

— Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ! répondit Kelly en traçant une croix sur son cœur.

— Mais tu es une Arcane, geignit Billy d’une voix tremblante. Ma mère dit que tous les Arcanes sont des menteurs, parce que leur magie est plus faible que la nôtre… Est-ce que c’est vrai ? Je ne sais plus ce que je dois croire… Je veux rentrer chez moi !

— Je te promets de faire tout ce que je pourrai pour te ramener chez toi, répondit prudemment Kelly.

— Mes parents ne voudront plus de moi, murmura Billy. Je ne serai plus un Elémentaire s’ils me volent mes pouvoirs…

La gorge de Kelly se serra. Billy ne survivrait pas au vol de ses pouvoirs… Mais elle ne voulait pas l’effrayer davantage.

— Ils sont toujours en toi. Personne ne peut changer ce que tu es.

— Pas même un Seigneur des Ténèbres ?

Les Seigneurs des Ténèbres étaient rares, mais c’étaient les plus puissants de tous les mages. Seuls des Arcanes étaient parvenus à se transformer en Seigneurs des Ténèbres, grâce à un sortilège très ancien — et c’était l’une des raisons pour lesquelles les Elémentaires les craignaient.

— Surtout pas un Seigneur des Ténèbres, répondit-elle pour le rassurer.

— Est-ce que quelqu’un viendra nous sauver ? Mon père connaît des militaires…

Les vampires qui les détenaient ne feraient qu’une bouchée de militaires ordinaires. Seules des créatures placées plus haut dans la hiérarchie pourraient les sauver…

Elle songea à Sam Shaymore. En plus d’être un puissant Elémentaire, il était entré dans les SEAL, une unité d’élite. Sam était capable de sauver Billy, mais il n’aurait sans doute aucune envie de la sauver, elle, puisqu’il tenait son père pour responsable de la mort de ses parents.

Je ne suis pas comme mon père, Sam.

Elle se tourna vers Billy.

— Peut-être, mais nous devrons nous débrouiller tout seuls si personne ne vient nous sauver.

Elle se moquait de ce qui pouvait lui arriver tant que Billy s’en sortait.

Elle replia ses genoux contre sa poitrine et fit la grimace. C’était une mauvaise idée… Elle n’était pas encore guérie.

Tandis qu’elle observait la petite pièce dans laquelle ils étaient enfermés, Billy s’approcha d’elle. C’était le fils unique d’un puissant Elémentaire, qu’on avait enlevé pour lui voler ses pouvoirs.

Pas tant que je serai en vie !

L’organisation qu’elle avait créée avait pour but de retrouver les enfants de mage disparus. Elle avait découvert où se trouvait Billy grâce à un e-mail anonyme. Cet e-mail contenait aussi un passage inquiétant :

« Les Arcanes sont en train de créer un Seigneur des Ténèbres. Ils veulent exterminer les Elémentaires. »

Elle avait retrouvé Billy en Floride et s’était cachée sur le bateau qui l’emmenait sur cette petite île des Caraïbes. Elle avait presque réussi à le libérer, mais les vampires qui le détenaient l’avaient capturée, elle aussi.

Elle se leva malgré les protestations de ses muscles endoloris et jeta un coup d’œil entre les planches qui barraient la fenêtre. Le soleil était presque couché. Ils devaient tenter de s’enfuir immédiatement, avant que les vampires ne se réveillent. Elle pouvait créer une diversion et…

— Quelqu’un approche, chuchota Billy.

Mon Dieu… Kelly essuya ses mains moites sur son jean.

— Ecoute-moi bien, Billy, tu dois me faire confiance…

L’enfant écarquilla les yeux.

— Je ne sais pas si je peux…, murmura-t-il, les larmes aux yeux. Ma mère dit que les Arcanes sont méchants, qu’ils ne peuvent être que des domestiques…

Le cœur serré, elle s’agenouilla devant Billy et prit ses mains.

— Ce qu’on t’a dit est faux. Les Arcanes sont gentils. C’est vrai qu’ils servent les Elémentaires depuis des siècles, mais ils ne veulent pas se livrer aux ténèbres pour gagner plus de pouvoirs.

— Mais l’un d’entre vous l’a fait…

Ne trouvant rien à répondre, Kelly se contenta de serrer ses doigts.

La porte s’ouvrit et l’Arcane aux dents jaunes lui saisit le poignet. Comment l’un des siens pouvait-il s’en prendre à un enfant ? Elle éclata de rire pour rassurer Billy.

— C’est l’heure de jouer, c’est ça ? demanda-t-elle en réprimant une grimace de douleur.

Du coin de l’œil, elle vit un autre Arcane se frapper la cuisse avec un gourdin.

— C’est bien ça, ricana celui qui la tenait. C’est l’heure de jouer…

* * *

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un enfer fleuri

de Mon-Petit-Editeur

Un été prodigue

de editions-rivages

Déluges

de Manuscrit