Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

La Forteresse des Secrets

De
416 pages

« En Fantasy, il y a les auteurs classiques, qui savent souvent nous divertir avec talent, et puis il y a Erik Wietzel. Ses histoires sont tout bonnement ce que j’ai lu de plus reussi en la matiere. » Maxime Chattam

Adrian, l’empereur déchu, est de retour. À la tête de son armée, il chevauche à travers le continent, dans la guerre et les flammes, afin de libérer son peuple et sa terre de ses odieux occupants... les morts !

En effet, depuis le monde des défunts, le mage renégat Golan Tark poursuit son entreprise de domination. Si personne ne l’arrête, il atteindra bientôt son but ultime et les vivants seront définitivement condamnés.

L’heure de la résistance a sonné, pour Litti l’apprenti magicien, pour Iriane et l’impératrice Onahra prisonnières des enfers, et même pour le vieux Jocquinius parti à la rencontre des dragons, au-delà de Consolata. Là se cachent le secret du pouvoir ennemi et une menace plus grande encore, tapie dans la Forteresse des Secrets.

Heureusement, le chef de guerre Adrian détient un atout crucial : le Sarment du Temps qui lui permet de lire l’avenir... Mais est-ce vraiment un avantage de voir l’horreur qui frappera tous ceux que vous aimez ?


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Erik Wietzel
La Forteresse des Secrets
Elamia – livre deux
Bragelonne
La Forteresse des Secrets
Elamia – livre deux
Prologue
Comme des milliers de ses compatriotes, Adala progr essait courbé en deux, le long du chemin escarpé qui menait à l’un des som mets les plus élevés de Talaxania. Âgé d’une vingtaine d’années, il accompa gnait son peuple vaincu à un rendez-vous dont il n’y avait que larmes et dése spoir à attendre – dans le meilleur des cas… Adala était un Alfad. Sa civilisation avait longtem ps dominé le monde d’Elamia. Une domination sans partage. Car non cont ente de maîtriser les arts guerriers, elle avait su mettre en valeur les innom brables ressources magiques présentes en Talaxania. Les Alfads avaient été les premiers à en saisir toute la richesse et à les canaliser pour les transformer en énergie, en nourriture. En armes. Le grand-oncle d’Adala avait été un chef militaire à une époque où il ne restait plus guère de contrées à conquérir. Seul un monde avait résisté. Avec une efficacité telle que les Alfads durent employer toute leur science, leur force et bientôt leur fortune afin d’en abattre les front ières. Des centaines de milliers de soldats, de femmes puis d’enfants furent sacrifi és aux portes de ce monde, en vain. Alors, les Alfads inventèrent une arme ult ime. Avec aussi peu de succès. Pour diminuer la morsure du froid, Adala utilisait, à l’instar de la colonne, une invention surnaturelle : un étui tissé avec la soie d’une créature extraordinaire et fixé à la ceinture diffusait de l a chaleur. Toutefois, à mesure que le sommet approchait, la magie de l’étui perdait en intensité ; la fatigue des marcheurs aggravait le phénomène. Des enfants étaie nt déjà morts d’épuisement. Des vieillards, des femmes enceintes… Mais il fallait poursuivre, marcher sans prendre le temps d’offrir une sépultur e aux malheureux. Naguère la fierté unissait ce peuple ; aujourd’hui c’était la peine et la certitude d’un festin funeste. Chacun luttait pour taire son angoisse mai s il était impossible d’échapper aux cris des plus jeunes et aux geigneme nts des malades. Au troisième jour de l’ascension, une épidémie de s uicides ébranla la motivation déjà contestée de la colonne. Ils se jet èrent ainsi par centaines dans le précipice qui bordait la sente enneigée. Adala v it l’un de ses amis d’enfance franchir le pas qui sépare la vie de la mort et il ressentit lui-même et durant plusieurs heures l’ivresse de la tentation morbide. Les chefs alfads, qui s’étaient répartis parmi les marcheurs, dépensèrent une bonne partie de leur énergie magique et charismatique pour arrêter cette saignée .Comment faire pour maintenir les siens en vie quand l’effroi et la sou ffrance vous attendent au bout de la route ?se demanda Adala. Un peu plus tard, la faim brouilla ses pensées. Bie n des mules avaient disparu au fond des ravins avec leur précieux charg ement et il n’y avait plus rien à manger. Il piétina un corps comme l’on marche sur un paquet de tissus, indifférent au monde. Le sortilège qu’il avait appr is à l’instar de ses compagnons s’effaça de son esprit et il ne s’en souvint qu’au hasard d’une rêverie fiévreuse. Adala parvint enfin sur un immense plateau minéral, que d’effroyables bourrasques traversaient. Sous l’œil glacial d’une lune, des milliers d’Alfads étaient déjà rassemblés. Autant de traîtres qui s’é taient rangés du côté de
l’ennemi des années auparavant. Une fois de plus, l ’autorité des chefs permit d’éviter le pire : une lutte fratricide à un moment où l’on avait grand besoin de toutes les forces. Le jeune homme attendit sans un mot que les vingt mille âmes montées à ses côtés le rejoignent. Cela prit une nu it et une journée. Puis il y eut une grande bousculade où périrent des centaines d’A lfads. Et enfinellefut là. Parce qu’il se trouvait loin du centre du plateau o ùelleétait apparue dans un grand cercle de lumière, Adala ne putlaMais ses mots frappèrent son voir. esprit avec une violence terrible qui manqua de le terrasser. C’était un discours tout de menaces et d’humiliations. Entre deux insul tes, la Mère des Tourments réclamait l’allégeance du peuple alfad tout entier, une soumission inconditionnelle. Tandis qu’elle parlait, un signal secret fut émis et les dizaines de milliers d’humains – les survivants d’une ultime guerre – présents sur la montagne saisirent les mains de leurs voisins. Adal a serra ainsi les doigts d’une femme qui n’était plus que l’ombre d’elle-même et c eux d’un adolescent aux yeux hagards. Puis il prononça le sortilège patiemm ent mémorisé. Les voix des Alfads résonnèrent comme un chœur funèbre sur le pl ateau blanc et le prodige se réalisa. Le désespoir se déversa en lui et ce fut comme péné trer l’âme d’un mort au plus profond d’une tombe. Très vite, la paralysie l ui ôta jusqu’à la volonté de lâcher la main de son voisin. Né de la foule, un vo ile de brume glacée s’éleva au-dessus des corps puis un éclat de lumière brûla les yeux de chacun. Loin en deçà de cet univers, Adala entendit un cri où se mê laient la rage et la douleur. Définitivement aveuglé, il ne put voir le feu bleu qui gagnait les rangs en une vague de glace. Au coin de son œil une larme se fig ea. Un froid plus grand encore que celui des sommets envahit tout son être. Et plutôt que d’effacer toute sensation, il exalta sa terreur et l’invraisemblabl e douleur qui le frappait. Il aurait aimé voir la Mère des Tourments souffrir à son tour, mais cette chance ne lui fut pas accordée. Seul son cri lui pa rvenait encore, celui d’une femme luttant pour se dégager du piège qui se refer mait sur elle. Toutefois, Adala ne sut pas si le sacrifice des derniers repré sentants de son peuple était un succès : il mourut et avec lui des dizaines de mill iers d’êtres humains ainsi que leurs secrets.
Chapitre premier
Deux mille ans plus tard.
Tout n’était que ténèbres autour d’Adrian. Des ténèbres suffocantes comme des murs de poix qui l’écrasaient chaque seconde un peu plus. L’homme peinait à respirer et il sentait qu’il ne tiendrait pas longtemps dans ces conditions. Déjà des vertiges le saisissaient. Deux minutes, peut-être moins, et il mourrait. Ce n’était pas tan t la peur qui le dominait, car après tout il avait été un empereur guerrier côtoya nt la mort sur les champs de bataille, que la rage de partir avant d’avoir tenu sa promesse. Onahra… Je dois retrouver mon épouse. Et sauver notre monde… C’est trop tôt. Trop tôt ! Indifférent à ses suppliques, le piège continua son travail. Les membres d’Adrian étaient comme saisis dans un étau de glace . Il aurait pu crier pour qu’on lui porte secours mais il était aussi seul et confi né qu’un cadavre dans son cercueil. Et là où il se trouvait, personne ne vien drait lui prêter main-forte. Aujourd’hui, alors qu’il tenait le Sarment entre se s mains, tout allait de travers. Les pensées d’Adrian s’obscurcirent puis, au moment où il allait sombrer, de la lumière sépara les ténèbres et une forte chaleur l’envahit. Le décor qui s’afficha devant lui était si extraord inaire qu’il en eut le vertige. Où suis-je ? Adrian flottait dix mètres au-dessus d’une mer de l ave. Déformée par les ondes de chaleur, elle s’étendait jusqu’à l’horizon . Il regarda à droite, à gauche : rien que la roche liquide portée au rouge et par en droits des plaques plus sombres dérivant dans le magma. Il se retourna et d evina les contours d’une colline chapeautée d’une roche aux allures de sculp ture. Il voulut aller là-bas mais n’avait aucune idée de comment se déplacer. L’empereur se sentait différent et il regarda ses b ras nus ; pas d’ailes, bien sûr, mais ils lui semblèrent plus ligneux qu’ils l’ étaient habituellement. La peau de ses mains était d’une blancheur de suaire et des taches de rousseur envahissaient ses épaules. Quel est cet avenir ? Est-ce qu’Elamia deviendra ai nsi ? Et moi ? Il discerna du mouvement au coin de son œil et il t ourna la tête. Cela se rapprochait à grande vitesse. Une créature humanoïde au visage émacié tendait ver s Adrian ses bras terminés de griffes noires. De son crâne rasé penda it une natte d’un roux flamboyant et ses vêtements de cuir étaient lacés à travers la chair. Son regard affichait une extrême perversité qui désempara Adri an plus encore que l’avait fait Raark, le démon rencontré dans le désert quelque te mps plus tôt et grâce auquel il avait découvert son incroyable destin. — Que fais-tu ici ? demanda la créature. Sa voix était déplaisante. On aurait dit de la crai e crissant sur une pierre noire. — Je… je n’en sais rien. Adrian constata que sa propre voix possédait le mêm e timbre désagréable. La créature ne cacha pas son étonnement face à la r éponse hésitante
d’Adrian. — « Je n’en sais rien, je n’en sais rien », se moqu a-t-elle. Tu sais au moins à qui tu t’adresses ? Tu ne devrais pas être là, à tourner autour de Walachiel et des plaines Variantes. C’était peut-être notre repa ire mais il y a du travail, alors autant s’y mettre tout de suite. Suis-moi. *** Iriane était effrayée tant par ce qu’elle voyait qu e par ce qu’elle ressentait au plus profond d’elle-même. Un homme au visage horrib lement déformé et au regard hostile se tenait face à elle. Un adolescent guère plus rassurant l’accompagnait. Tout autour d’eux un décor étalait ses cauchemars, sous le constant roulement du tonnerre. L’humeur noire qui imprégnait les vêtements et la peau de la jeune femme était froide et vivante : elle cherchait à s’insinuer par les yeux, le nez, la bouche, et Iriane s’essuyait c onstamment pour éviter l’intrusion. Même la main de l’impératrice Onahra qu’elle serrai t dans la sienne ne lui était d’aucun réconfort. Pourtant, cette défunte n’ était rien moins que l’idole de la jeune femme. Elle avait symbolisé l’indépendance d’ esprit, une puissance magique au service d’autrui. Un modèle. — Oh, mesdames, je sens que nous allons bien nous a muser…, souffla l’homme avant de pousser un long soupir satisfait. L’impératrice ne se sentait guère mieux qu’Iriane. Quelques minutes plus tôt elle se trouvait loin de là, puis quelque chose ava it cédé dans son esprit et elle s’était retrouvée dans l’eau noire d’un puits, en c ompagnie de cette jeune femme. Elles se noyaient. Deux sinistres personnage s les avaient sorties de là mais sans doute pour mieux abuser d’elles, si elle en croyait la mine de l’homme. Je ne suis plus la même, se dit-elle. Elle pouvait ressentir chaque parcel le de son corps avec une acuité inédite. Comme si aupa ravant elle n’avait été que le fantôme d’elle-même. Un sentiment de fragilité n ouvelle s’imposait. Et l’impératrice n’aimait pas ça. — Jeremy, dit Onahra, que faisons-nous ici ? — C’est lui qu’a fait ça. C’est lui qui vous a amen ées là. — Oui, Jeremy, dit Jackal, mais n’oublie pas que tu m’as montré le chemin de bon gré. Jackal s’avança et saisit Onahra par le poignet pou r l’attirer à lui. La femme lâcha la main d’Iriane, résista à la poigne du merc enaire. — Vous nous suivez, dit Jackal. On a des choses à f aire ensemble. Des tas de choses passionnantes, vous verrez. — Présentez-vous, d’abord. Jackal haussa les sourcils, sincèrement étonné par l’aplomb de l’impératrice. — Bah, si vous voulez… Je suis Bren Jackal. Du moin s, j’ai été cet homme. J’ai donné un coup de pouce à Golan Tark et je me s uis retrouvé ici. En Galameh. Voilà comment il m’a remercié. Je ne me su is pas amusé tous les jours, comme vous pouvez l’imaginer en regardant ce qui reste de mon visage. Mais maintenant, j’ai bien l’intention de rattraper le temps perdu. Vous en dites quoi ?
Voulant sauver la dépouille de l’impératrice du tou rbillon surnaturel qui la menaçait, à Estebellia, Iriane avait été à son tour emportée. Et elle venait de déboucher en plein royaume des morts ! Ce « voyage » lui avait semblé durer quelques instants, mais des semaines s’étaient écou lées à Estebellia tandis qu’elle franchissait la frontière entre Val-des-Mir acles et Galameh. L’impératrice n’était guère en meilleure posture : comment allait-elle pouvoir l’aider ? — J’en dis que je choisis mon destin, affirma Onahr a, et que vous ne vous mettrez pas en travers. D’un brusque mouvement du bras, Jackal jeta l’impér atrice à ses pieds, sans lâcher le frêle poignet. — Oui, vous croyez vraiment ça ? — Onahra ! s’exclama Iriane, puis, à Jackal : Fiche z-lui la paix ! Vous savez seulement de qui il s’agit ? — L’impératrice de Consolata, répondit Jeremy. L’ép ouse d’Adrian. Mais je crois que c’est plus le moment des présentations, a jouta-t-il en montrant du doigt les cieux tourmentés. On risque d’avoir de la visite. Les bras en croix ou tendus le long du corps, des s ilhouettes humanoïdes tournaient à quelques dizaines de mètres au-dessus de la fosse où se tenait la petite compagnie. — Qu’est-ce que c’est ? demanda Jackal qui venait d e lâcher le poignet d’Onahra. — Des démons, serviteurs du dieu Omok. Vaut mieux p as traîner ici. Suivez-moi. À la suite de l’adolescent, ils quittèrent la fosse ceinte de plantes à l’allure d’anémones de mer noires et géantes. Leur progression se révéla difficile. Ils trébuchai ent sur des pierres sombres, dans un réseau de canaux asséchés dont seul Jeremy connaissait l’issue. Modelée et masquée par de monstrueux nuages, la lum ière changeait constamment et rendait d’autant plus problématique l’appréhension du relief. Iriane se mit à tousser. Ce n’est pas possible ! Je ne peux pas être… morte ! Ce jour-là, Zenaya, le vent soufflant du sud, charriait une odeur de soufre qui lui brûlait tant la gorge que les sinus. Jeremy not a la gêne de la jeune femme. Il avait presque oublié Iriane ! Par moments il lui se mblait ne pas voir cette jeune femme séduisante. Non, je ne peux pas. Je n’ai pas le droit. Anna, il n’y a qu’Anna. Peut-être devait-il trouver là la raison pour laque lle cette Iriane échappait à son attention ? Ou bien, c’était encore l’un des ma uvais tours joués par Galameh… La réalité prenait de drôles d’habitudes a u royaume d’Omok. Comme avec Onahra. Le garçon pensa une fois de plus à l’i mpératrice. Elle venait de se matérialiser en compagnie d’Iriane tandis qu’une au tre Onahra devait errer quelque part près de la Cabane. Deux Onahra, il y en a deux en Galameh ! Qu’est-ce que le Maître va dire? Et Omok ? Par tous les saints, Omok n’acceptera jam ais ça ! Un cri le tira de ses pensées : — Ils arrivent ! C’était Jackal. Jeremy se retourna ; deux démons approchaient à la vitesse de rapaces fondant sur leur proie.