La grande mutation

De
Publié par

"La grande mutation" est l'histoire de ce village dénommé "la Cité" dans le département imaginaire de Dioubé. Les hommes qui y vivent ont enfin accepté de reconsidérer les valeurs et les tabous de la société grâce aux changements qui sont intervenus, non pas de l'extérieur, mais de l'intérieur de la communauté. Même s'il existe un fossé entre l'imaginaire du romancier et la réalité, le lecteur est amené à se poser de nombreuses questions concernant l'Afrique, autour de thèmes comme le métissage culturel, le mariage mixte, les conflits de générations.
Publié le : mercredi 1 décembre 2004
Lecture(s) : 213
EAN13 : 9782296364974
Nombre de pages : 103
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

La grande mutation

Encres Noires Collection dirigée par Maguy Albet
N° 253 Armand Joseph KABORE, Le pari de la nuit, 2004. N° 252 Babba NOUHOU, Les trois cousines, 2004. N° 251 Calixte BANIAFOUNA, Matalena ou La colombe endiablée, 2004. N° 250 Samba DIOP, À Bandowé, les lueurs de l'aube, 2004. N° 249 Auguy MAKEY, Brazza, capitale de la Force libre, 2004. N° 248 Christian MAMBOU, La gazelle et les exciseuses, 2004. N° 247 Régine NGUINI DANG, L'envers du décor, 2004. N° 246 Gideon PRlNSLER OMOLU, Deux Gorée, une île, 2004. N° 245 Abdoulaye Garmbo TAPO, L 'héritage empoisonné, 2003. N° 244 Justine MINTSA, Un seul tournant Makôsu, 2003. N° 243 Jean ELOKA, [ny, 2003. N° 242 Césaire GBAGUIDI, Le rhume de la moralisation, 2003. N° 241 Daouda NDIAYE, L'exil, 2003. N° 240 Richard M. KEUKO, Une vie pour rien, 2003. N° 239 Benoît KONGBO, Balenguidi, 2003. N° 238 Amadou DIAO NDIAYE, Le diable est-ilnoir ou blanc ?, 2003. N°237 Georges NGAL, Giambatista Viko ou Le viol du discours africain, 2003. N° 236 Marie-Ange SOMDAH, Un soleil de plomb, 2003. N° 235 Justin Kpakpo AKUE, John Tula, le magnifique, 2003. N° 234 Auguy MAKEY, Tiroir 45, 2003. N° 233 Jean-JusteNGOMO, Nouvelles d'ivoire et d'outre-tombe, 2003. N° 232 Nestor SIANHODE, Embuscades, 2003. N° 231 Fidèle PAWINDBE ROUAMBA, Pouvoir deplume, 2003. N° 230 lHonoré WOUGLY, Unevie de chien à SAMVILLE, 2003. N°229 Oumaou SANDARY ALBETI,Agagar, ange ou démon ?, 20Q2. N°228 Adelaïde FASSINOU, Toute une vie ne suffirait pas pour en parler, 2002. N°227 Fanga- Taga TEMBEL Y, Dakan, 2002. N°226 Isaac TEDAMBE, République à vendre, 2002. N°225 Dave WILSON, La vie des autres et autresnouvelles,2002. N°224 Charles MUNGOSHI, Et ainsi passent les jours, 2002. N°223 Gabriel KUITCHE FONKOU, Moi taximan, 2002. N°222 Cibaka CIKONGO, La maison du Nègre, 2002. N°221 Sylvestre Simon SAMB, Humanité misérable, 2002. N°220 Alexis ALLAH, L'enfant-palmier, 2002. N°219 Ch. DJUNGU SIMBA, On a échoué, 2002. N°218 OKOUMBA-NKOGHE, Le chemin de la mémoire, 2002. N°217 Nicolas OUWEHAND, Le monument sur la colline, 2002.

Adama Coumba CISSÉ

La grande mutation
Roman

@ L'Harmattan,

2004

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Italia s.r.!. Via Oegli Artisti 15 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest ISBN: 2-7475-6685-4 EAN : 9782747566858

Yougo en était à sa deuxième biche quand soudain il aperçut, dans la forêt Soutté, un lapin tout blanc, poils luisants, oreilles hors du commun, yeux orange et pétillants. Oubliant que le lapin blanc est le totem des Ganny, Yougo commença par contempler l'animal qui s'était mis curieusement sur son chemin, puis pointa son javelot vers la bête métamorphosée. - Qu'est-ce qui te prend, Yougo? dit le lapin. Je suis ta jumelle Yakharé Ganny. Je t'apporte une bonne nouvelle. - C'est Cérée ? - Oui, elle vient d'accoucher d'un très beau garçon. Il sera un jour, comme son père, le chef de la tribu des Ganninkos. Cet événement heureux ne surprit pas Yougo car le sage Fibirbadji l'avait prédit depuis la première consultation de Cérée. Le Fibirbadji chez les Ganninkos est à la fois le médium, le sorcier et surtout le voyant. Son rôle est de prédire tout ce qui doit arriver à la famille. Comblé de joie et de fierté par cette nouvelle, Yougo se mit à chanter, louant et glorifiant sa famille, commençant par son propre père jusqu'à ses aïeux. Il jura de sacrifier un bœuf et onze moutons blancs pour célébrer cette nalssance. En effet, Yougo, chef de la tribu des Ganninkos, grand chasseur et guerrIer redoutable, n'avait jamais eu d'enfant bien que marié depuis quatorze ans avec Cérée.

5

se voulait une le bonheur de Yougo, son mari bien-aimé. Un jour, sous le grand manguier, loin des griots et des proches, le couple se caressait affectueusement. Les paroles, délibérément démesurées, sortaient de leur bouche sans nulle réflexion. - Je t'aime beaucoup, tu sais, laissa entendre Yougo. - Moi, je t'adore, mon roi, répliqua Cérée. - Yougo ! - Naâmou ! (oui) - Je suis très heureuse... je dirais, comblée de joie d'être ton épouse. Grand chasseur, guerrier redoutable, fils du roi Ganny, tu es fort, beau et intelligent. Tu as vraiment de la chance, Yougo, d'avoir tous ces titres!

Cérée, issue d'une famille royale, femme chérie, prête à tout faire pour

- Ma chance, dévouée et loyale. touj ours à moi?
-

dit Yougo, c'est toi! Mais, reprit-il, est-ce

Tu es belle, que tu seras

Je t'en prie Yougo

!

- Tu sais, Cérée, nos anciens disaient: « Tant que ta femme ne t'a pas donné un enfant, son lit n'est pas fIXe »... - C'est-à-dire? - Je ne suis pas sûr que tu resteras toujours avec moi car on n'a pas encore d'enfant et, tu sais, les enfants sont les garants de l'union matrimoniale. Cérée à flots. n'a pas pu empêcher ses larmes de couler de dire là

- Ne pleure pas, n'est qu'un proverbe

chérie, ce que je viens des Ganninkos.

6

En réalité, c'est cette stérilité qui l'a fait pleurer. Elle savait que tant qu'elle n'a pas d'enfant, Yougo ne peut pas avoir confiance en elle. Cérée n'a plus l'esprit tranquille. Il ne me reste qu'à consulter le Fibirbadji, se dit-elle. Avant d'aller chez le sage sorcier, elle estima nécessaire de demander conseil à sa vieille maman Khossé. Celleci était la veuve du roi de la tribu de «Kîyé». Avec son expérience pleine d'enseignements, elle lui conseilla d'aller consulter le Fibirbadji. Ce dernier dépendait de son mari Yougo. - Bonjour, Fibirbadji. - Mes respects, Reine, répondit le Médium. - Mon cher Fibirbadji, depuis combien de temps suis-je dans cette maison? Elle désignait sa case de son index droit. - Quatorze ans, quatre mois, trois jours et demi, très exactement. - Bravo! Mais peux-tu me dire pourquoi je suis stérile? - Stérile! Non, tu ne l'es point. - Alors, pourquoi n'ai-je pas d'enfant? - Parce que ton totem, le lion, ne peut pas être dominé par un lapin, le totem de Yougo, ton mari. Cérée savait bien que le Fibirbadji ne ment jamais; non seulement il ne ment pas mais aussi, il est capable de renverser n'importe quelle situation. Elle réfléchit brièvement. - Fibirbadji. - Naâmou, Reine. - Qui suis-j e ? - Tu es Cérée, fille du roi Khoré, épouse bienaimée de Yougo, notre vénérable chef. . - Fais travailler tes « trucs» magiques car il

7

me faut un enfant. Sinon... Je reviendrai demain à pareille heure! Fibirbadji comprit bien la menace directe et claire de Cérée, épouse de Yougo. Puis, il se mit à se lamenter contre les artisans de ce mariage de deux totems aussi différents que l'eau et le feu. « Si seulement on m'avait écouté ». J'avais pourtant prédit que cette union ne verrait pas naître beaucoup d'enfants car l'union d'un lapin et d'une lionne ne peut pas donner grand-chose. Il réunit tous ses instruments magiques, ses plantes médicinales et surtout ses cauris. La consultation des forces spirituelles allait commencer. Il étala le petit tapis blanc, jeta ses cauris, les entoura de noix de cola et commença des incantations intensives; il Y avait aussi le coq rouge, son totem. Au début de l'opération, Fibirbadji commença par transpirer abondamment, puis il laissa sortir un léger gémissement. Au bout d'un certain temps, il poussa un cr! d'espoir «Hamdoullah» ! Hé, hamdoullah !

8

Le lendemain, comme prévu, Cérée se pointa devant la porte. - Bonjour, Fibirbadji ! - Entrez donc, ma reine. Puis l'homme sorcier reprend le dialogue, fier et très sûr de lui. - Vous savez, Reine, je me suis vaillamment battu contre les forces qui nous entourent et le coq rouge a piqué, avec son bec d'acier, la face de la lionne. Elle a perdu sa supériorité sur le lapin. - Je peux donc avoir des enfants? - Oui, un, mais... - Mais quoi? - C'est-à-dire, il me faut consulter la « calebasse pour en être certain. de la prédication - Firbirbadji, je ne suis pas la fille d'un médium mais d'un roi et notre langage n'est pas celui d'un sorcier. Veux-tu m'expliquer clairement ce que signifie prédication-calebasse ou calebasseprédication. Sincèrement je ne t'ai pas compris. - Ne vous énervez pas, Reine, je ValS vous l'expliquer. - Alors! Le Fibirbadji se dit qu'il avait intérêt à bien s'expliquer dans un langage clair. - Il faut, ma reine, une calebasse neuve, trois plumes d'un coq rouge, des poils d'un lapin blanc et d'une lionne. Avec ces éléments, je serai en mesure de vous préciser la date de la grossesse, de la naissance et le sexe de l'enfant.
))

9

Cérée savait que, si les plumes d'un coq rouge et les poils d'un lapin blanc s'avèrent faciles à trouver, il n'en est pas de même pour la lionne. Tout d'un coup, elle pensa à son mari, le célèbre chasseur. - Yougo, dit-elle, tu es un célèbre chasseur dont la renommée est connue de tous et de surcroît chef des Ganninkos. Mais curieusement, depuis quatorze ans que je suis là je ne t'ai jamais vu ramener à la maison la tête d'une lionne. - Une lionne? Pourquoi la lionne? - C'est pour tester ton courage. - Il est pourtant plus difficile de s'attaquer à un lion qu'à une lionne! - Non, Yougo, c'est le contraire. Un lion ne pardonnera jamais à celui qui aura abattu sa compagne; l'inverse est moins suicidaire. D'ailleurs, c'est pour cela que les chasseurs s'attaquent toujours aux lions. - Je t'amènerai demain la tête d'une lionne ou je ne m'appellerai plus Yougo, chef de la tribu des Ganninkos. - Yougo, demain viendra, car Dieu ne retardera jamais le lever du soleil pour le problème de qUIconque. - Oui, demain viendra. Et Yougo tiendra parole. Dans la nuit, le grand chasseur s'enferma dans la «cabane magique». Seul devant ses instruments hérités de ses grands-pères, il récita les incantations nécessaires, celles surtout qui doivent, à l'aide de la poudre magique, localiser la cible qu'est la lionne. Il ouvrit son petit sac sacré et en sortit ses cauris. Il les manipula à plusieurs reprises sans aucun résultat. Yougo commençait à s'énerver. C'est ainsi que lui vint à l'esprit l'adage de sa noble famille « Ne

10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.