La gravité

De
Publié par

Icare Cintra Soares fuit les derniers soubresauts de l'empire familial. Il est bientôt rattrapé par l'effondrement qu'il croyait avoir laissé derrière lui. Au sommet de sa tour de Babel, Icare s'en remet à la gravité.
Publié le : mardi 8 septembre 2015
Lecture(s) : 17
EAN13 : 9791030903522
Nombre de pages : 244
Prix de location à la page : 0,0127€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Dominique Capela
La Gravité Dominique Capela
La Gravité
Littératures
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr Littératures, collection dirigée par Daniel Cohen
Littératuresest une collection ouverte àl’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents. L’approche deLittératures, chez Orizons, est simple — il eût été vain de l’indiquer en d’autres temps : publier des auteurs qui, par leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont eu le désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déterminer l’œuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime par-dessus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo. D.C.
ISBN : 979-10-309-0048-4 © Orizons, Paris,2015
La Gravité
Du même auteur
Dominique Capela,La boxe de l’homme ivre, L’Harmattan, Paris, 2012
Dominique Capela
La Gravité
2015
Dans la même collection
Patrick Denys,Épidaure,2012 Pierre Fréha,Nous irons voir la Tour Eiffel,2012Jean Gillibert,De la chair et des cendres,2012 Jean Gillibert,À coups de théâtre,2012 Nicole Hatem,Surabondance,2012 Didier Mansuy,Facettes,2012 Didier Mansuy,Les Porteurs de feu,2012 Lucette Mouline,L’Horreur parturiente,2012 Lucette Mouline,Museum verbum,2012Bahjat Rizk,Monologues intérieurs,2012Dominique Rouche,Œdipe le chien,2012Antoine de Vial,ObéiràGavrinis,2012
Éric Colombo,Par où passe la lumière...,2013 Raymond Espinose,Lisières,Carnets2009-2012,2013 Henri Heinemann,Chants d’Opale,2013 Lucette Mouline,Zapping à New York,2013 Antoine de Vial,Americadire,2013 Guy R. Vincent,Séceph l’Hispéen,2013
Jean-Louis Delvolvé,Le gerfaut,2014 Toufic El-Khoury,Léthéapolis,2014 Gérard Laplace,La façon des Insulaires,2014 Andrée Montero,Le frère,2014 Laurent Peireire,Ostentation,2014 Michèle Ramond,Les saisons du jardin,2014 Michèle Ramond,Les rêveries de Madame Halley,2014
Michel Arouimi,Quatre adieux,2015 Patrick Corneau,Vies épinglées,2015 Chantal Danjou,Les cueilleurs de Lévy pommes,2015 Raymond Espinose,Villa Dampierre,2015 Henri Heinemann,L’Éternitépliée, Journal,Le Voyageur éparpillé, tomeV,2015 Fanny Lévy,Une existence au fil de son passage en ce monde,2015 A. Lichtenbaum,Éphraïm égaré ou la justice des nations,2015 Béatrix Ulysse,Sur la route du réel,2015 Dominique Capela,La Gravité,2015
À Anne, Vincent, Love-Love, et les autres…
I
a naissance est la première chute de notre existence. Elle se solde « L toujours et immanquablement par la mort. » C’était la conclusion sombre et évidente à laquelle était arrivé Icare. Il la ressassait. Il la murmurait. En phrases circulaires. Incantatoires. Il grimpait avec une régularité d’automate les dernières marches qui le menaient à la plus haute terrasse, de la plus élevée des tours de la Défense. Malgré les déboires et les intrigues sordides qui avaient pavé sa construction, la tour Serenity arrivait péniblement au terme de sa ré-alisation. Presque. Sa suprématie phallique et factice culminait doré-navant à trois cents-dix mètres de hauteur. Temporairement. Elle do-minait un paysage urbain hérissé d’imposantes, hautes et lisses formes géométriques d’une architecture presse-papier dédiée aux dieux de la finance et à l’ego des hommes qui les avaient imaginées. En somme, rien de nouveau sous le soleil. L’objet érectile, dressé artificiellement par le viagra de la spécu-lation boursière, était promis à un écroulement prématuré. Certain. Ce temple honteux et inachevé, qui perçait la nuit froide de sa pointe pyramidale, était mort-né. Il tournait déjà le dos à tout devenir. Dans un contexte normal, il aurait suffi de pas grand-chose, de quelques semaines tout au plus, d’un peu de bon sens et de bonne volonté pour achever les travaux dans les délais.
L’ascension d’Icare, bien que relativement lente, était parfaitement ré-gulière, somnambulesque, mue par une réflexion intense, magnétique, par un désir aussi noir qu’insondable. Elle tirait d’abord son esprit vers le ciel, volée après volée, le transportait inexorablement vers un ultime et définitif sommet… Sa respiration était celle du coureur de fond qui a trouvé le rythme de sa foulée. Elle était profonde et parfaitement
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.