La ligne à butin volante

De
Publié par

Emportées par le vent, Mariette et sa ligne à butin se retrouvent au carrefour de l’Orient et de l’Occident. Le jeune Asghar n’a jamais vu de pareils cerfs-volants... Pars en voyage avec eux. Tu découvriras pourquoi, en Acadie, les maisons sont peintes de toutes sortes de couleurs éclatantes.
Publié le : samedi 21 mai 2011
Lecture(s) : 29
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896825516
Nombre de pages : 64
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Myriame El Yamani
La ligne à butin volante
collection météorite
La ligne à butin volante
texte de Myriame El Yamani illustrations de Joël Boudreau
Pour la publication de ce livre, Bouton d’or Acadie a bénéficié de l’aide financière du Conseil des Arts du Canada, du Patrimoine canadien par l’entremise du parte-nariat interministériel avec les communautés de langues officielles, et de la Direction des arts du Nouveau-Brunswick.
Tous les droits de reproduction, de traduction et d’adapta-tion, en totalité ou en partie, sont réservés pour tous les pays.
Titre : La ligne à butin volante Texte : Myriame El Yamani Illustrations : Joël Boudreau Photographie : Marc Paulin
Papier PDF ePub
ISBN 2-922203-45-X ISBN 978-2-89682-201-0 ISBN 978-2-89682-551-6
e Dépôt légal : 3 trimestre 2002 Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec Centre d’études acadiennes, Université de Moncton
© Bouton d’or Acadie 204C - 236, rue Saint-Georges Moncton (N.-B.), E1C 1W1 Courriel : boutondoracadie@nb..aibn.com Site Internet : www.boutondoracadie.com
Mot de l’auteure
Les mots sont pour moi des images et ils m’ont toujours fait rêver. Quand j’étais petite, j’en inventais souvent, au grand dam de la maîtresse d’école. Lorsque je suis arrivée en Acadie, j’ai tout de suite été attirée par ces mots de la belle langue française que je n’avais jamais entendus, comme par exem-ple unberlicoco, petit coquillage en forme de spirale qu’on appelle aussi unborgo, ou bien lestétines de souris, qui remplacent la sali-corne.
7
Un jour, une Acadienne du sud-est du Nouveau-Brunswick m’a demandé d’aller avec elle « épârer les hardes sur la ligne à butin ». Je ne savais pas ce que je devais faire, mais je l’ai suivie. Et j’ai alors com-pris ce qu’était une ligne à butin, que dans d’autres régions acadien-nes on appelle également corde ou ligne à hardes. Un moment pré-cieux, donné aux femmes, pour qu’elles puissent parler de leurs histoires sans le regard des autres. C’est à mon tour de partager avec toi les mots de ma terre d’o-rigine. Sais-tu qu’en Orient les enfants aiment beaucoup les
8
baklavas, un gâteau très sucré au miel, que parfois ils vont admirer la danse desderviches tourneurs, ces religieux musulmans qui entrent en transe en tournant sur eux-mêmes, et qu’ils peuvent aussi se désaltérer grâce auxaiguières, sorte de vases munis d’une anse et d’un bec dans lesquels les porteurs d’eau trans-portent leur précieux liquide ? Ce sont surtout les femmes d’Istanbul, capitale de la Turquie, qui tissent leskilims, tapis très recherchés de par le monde. Parfois, elles se reposent dans les harems-, c’est-à-dire les apparte ments des femmes chez les peuples
9
musulmans, ou bien elles répon-dent à l’appel desmuezzins, ces fonctionnaires religieux musul-mans chargés d’appeler les fidèles à la prière cinq fois par jour, ou encore elles écoutent dusaz, un luth oriental. Sais-tu enfin que le Topkapi Sarayi était la résidence de l’em-pereur ottoman Constantin, érigée après la conquête de l’ancien Empire romain ? Avant de te souhaiter un beau voyage avecLa ligne à butin volante, je voudrais offrir mes remerciements les plus chaleureux
à l’inspiratrice de ce conte, Lydia
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.