Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

La ligue des dragons, partie 1

De
0 page

La légende du dragon :Tome 1 - La ligue des dragons, partie 1Le royaume d’Arfane est sous le pouvoir du roi tyrannique Malnord. Mais la population ne perd pas espoir. Gérard et Kadec font partie des trois élus destinés à sauver le royaume d’Arfane. Gérard et ses amis partent à la recherche du premier dragon; le dragon de feu. La route est longue et périlleuse. Arriveront-ils à surmonter tous les obstacles pour accomplir leur mission ?

Laurayne Ruiz est une jeune auteur à découvrir! Elle nous emmène dans une aventure fantastique avec des personnages attachants et dynamiques.


Voir plus Voir moins


 LA LÉGENDE DU DRAGON


La ligue des dragons

Tome 1 - partie 1


Laurayne Ruiz


© 2013 Laurayne Ruiz pour le texte et la couverture

ISBN : 979-10-91305-53-2

Dédicace : 

Pour mon adorable petite soeur, Kimberly

1. Le passage du dragon


Gérard, du village d’Akween, donnait de virulents coups d’épée sur un vieux mannequin de bois. Il s’entraînait pour le grand jour ; il allait entreprendre un grand voyage pour combattre Malnord, l’infâme roi. Le vaillant combattant, aussi jeune fût-il, avait hâte. Il se sentait prêt. Gérard se posta près du puits et s’aspergea copieusement avec le seau pour se rafraîchir après son rude entraînement et nettoyer toute la poussière accumulée sur ses vêtements et dans ses cheveux.

Il était l’un des élus pour renverser Malnord et libérer le royaume d’Arfane. Son meilleur ami, Kadec, du village voisin Keloo, avait été désigné également. Le troisième candidat était toujours inconnu à ce jour. Un mystère planait sur son identité. Tout ce qu’on savait, ce qui se murmurait, c’est que cet élu était originaire du village Grender qui avait subi l’effroyable assaut du redoutable Malnord. Il n’y avait plus que des cendres de Grender. Quant à sa population, qui n’avait ni été emmenée en esclavage ni été tuée, elle s’était dispersée dans le plus complet désordre, terrorisée. 
Le chef du village d’Akween, à quelques lieues de Grender, venait d’achever son discours. 

— Gérard, mon fils bien-aimé est prêt. Il est l’élu et combattra avec fierté et honneur pour rendre la liberté à notre peuple. Il partira demain à l’aube.

Volontairement, Gérard se tenait à l’arrière du groupe, peu désireux de se mettre en avant. Mais les villageois se scindèrent en deux et il se retrouva à la vue de tous. Il regretta de se montrer si peu présentable, mais décida que ça n’avait finalement pas d’importance. Sous l’invite de son père et les acclamations de la foule, il rejoignit le chef du village et sentit une curieuse fierté montée en lui à ce moment précis. Jamais encore il n’avait fait l’objet de tant d’attention de la part des gens de son village. 

Toutefois, il n’y avait pas que des commentaires enthousiastes dans la foule. Certains, peu nombreux, n’y croyaient tout simplement pas et préféraient courber l’échine malgré le danger que représentait Malnord. S’ils ne faisaient rien, une mort certaine attendait le village d’Akween. 

Gérard parcourut la foule du regard et découvrit son amie Jenn qui s’amusait clairement de la situation. Elle se rapprocha d’ailleurs et lui glissa, des paillettes de plaisir dans les yeux :

— Quelle allure, pour un élu… 

Gérard souleva une épaule, agacé, mais se demanda un instant si elle ne cherchait pas à masquer sa tristesse par ce commentaire. Après tout, il allait partir tandis qu’elle resterait au village à espérer son retour.

La fête des adieux se déroula autour d’un festin préparé par toutes les femmes du village. Une délicieuse odeur de ragoût flottait dans l’air. Autant le père de Gérard était fier de son fils, autant sa mère pleurait en silence son départ prochain. Elle savait qu’il allait au-devant de grands dangers. Et s’il ne revenait pas ?

Gérard préféra quitter l’assemblée tôt et discrètement tandis que tout le monde dansait sous la lune et les étoiles. La nuit serait courte, il en avait conscience. Pour la première fois, il réalisa que sa vie allait changer pour toujours. Il croisa le chaman du village qui pratiquait des rituels autour d’un feu. Il lançait des poudres magiques et clamait des paroles incompréhensibles au profane qu’était Gérard. Ce que le jeune combattant savait, c’est que le chaman évoquait les esprits pour son bien et apporter la victoire aux élus.

Sous les brouhahas lointains, Gérard s’endormit. À l’aube, il fut secoué par sa mère qui lui tendait une assiette.

— Tu ne dois pas partir le ventre vide, assura-t-elle.

Elle avait pleuré. Gérard le remarqua à ses joues rouges et son air triste. Il la remercia, posa un instant l’assiette près de lui pour presser sa mère tendrement contre lui. Il mangea ensuite en silence tandis que sa mère préparait son sac et y glissait des victuailles. 

— Tout est prêt, mon fils. J’ai mis aussi du pain et du fromage, de celui que tu préfères.

Son père toussota derrière elle, comme pour signifier à sa femme que c’était son tour de parler à Gérard. 

— Tout le village a contribué à garnir cette bourse, pour ton voyage. Vas, mon garçon et sois brave. N’oublie pas, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. 

Gérard hocha la tête, ému. Son cœur voulait prendre son père dans ses bras. Mais il se sentait homme maintenant, malgré ses quatorze ans. Il était devenu trop grand pour ces démonstrations. 

Il lui restait un dernier au revoir à faire, non le moindre. Jenn, la jolie et inoubliable Jenn, son amie de toujours.

— Tu t’en vas déjà ? soupira la jeune fille, j’aurais aimé venir avec toi. 
— C’est trop dangereux, lui répondit Gérard, il ne faudrait pas que tu risques ta vie.

Jenn se rembrunit.

— Je suis aussi courageuse et forte que toi ! argua-t-elle. 

Elle argumenta encore, mais savait que cela ne servait à rien. Gérard était l’élu. Elle n’était que son amie. 

— J’y vais maintenant. Prends soin de toi, Jenn.
— Attends…

Jenn s’affolait soudain de le voir partir si vite. Elle lui tendit un petit sac. 

— Ce sont des biscuits au chocolat, pour la route, précisa-t-elle, bouleversée, je les ai faits moi-même... 

Elle termina sa phrase en déposant un baiser sur la joue de Gérard puis s’enfuit en courant. Elle sentait des larmes l’assaillir et refusait de se montrer faible face à son ami.

Gérard resta surpris par le geste affectueux et inhabituel de Jenn. Songeur, il la regarda s’éloigner. Reportant son attention sur les biscuits, il décida d’en prendre un dès maintenant. Il était savoureux et il aurait aimé courir après son amie pour la remercier. 

Peut-être voulait-il ainsi reculer un peu le moment du départ ? 

Gérard soupira et s’obligea à penser à sa mission. Il contempla son village une dernière fois puis, tournant résolument le dos aux siens, il avança droit devant lui. 

Il arriva chez son oncle. Sa charrette était déjà prête. Son oncle l’attendait-il depuis longtemps ? Gérard ne lui posa pas la question et grimpa à l’avant, juste à côté de lui.

— En route pour le village Keloo !

Gérard était heureux de cette destination. Il allait retrouver son meilleur ami Kadec. Il ne l’avait pas revu depuis plusieurs jours. L’entraînement l’avait occupé du matin jusqu’au soir et Kadec devait en avoir fait de même. 

Après plusieurs lieues, Gérard et son oncle arrivèrent en vue de Keloo. Quelqu’un venait d’ailleurs dans leur direction.

— Kadec ! s’exclama Gérard en reconnaissant bientôt son ami.

Il sauta de la...
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin