Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 6,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Du même publieur

LA MAISON DE VITRAIL

Collection Écritures dirigée par Maguy Albet et Alain Mabanckou

Dernières parutions

KOVAKSLaurand, La rose noire, 1997. REBONDY Michel, La Percheaude, 1997. LAFONT Suzanne, Passions mineures, 1997. BREUKER Henk, Quatre gousses d'ail, 1997. AUMEYRAS Danne, L'îlet pendillé, 1997. LUCCIONI Jean-Pierre, La croix écartelée, 1997. LABBÉ Michelle, Exit indéfiniment, 1997. TÉODOSIJÉVIC Michel, Toutdépend de Dieu, 1997. RAMOND Michèle, Les nuits philosophiques du Doctore Pastore, 1997. BADUELAndrée-France, Des oiseaux pour Antigone, 1997. MONTERO Andrée, «Le refus, une vie de femme», 1997. REGNIER Michel, Kamala, 1997. DAVOUS Dominique, Capucine. A l'aube du huitième jour, 1997. GENTILHOMME Serena, Villa Bini, 1997. DUVIGNAU Marie, Aufur et à morsure, 1997. GREVOZ Daniel, Les orgues du Mont-Blanc, 1997. LUGASSY Françoise, Contes de l'autre face ou l'envers des destinées, 1997. MARTIN Anne-Denes, Comme un éclat de phare, 1997. TROTET François, Les Chants du Griot, 1997. DUBREUIL Bertrand, Les yeux de Saul, 1997. FAVRET René, Le retour de Pantagruel, 1997. MAALOUF Antoine, Sur la source d'Adonis, 1997. JACQUET Roger, En un midi sans soir et sans matin, 1997. GOUTALIER Régine, Le chevalier d'Avrieux, 1997. FAYARD Pierre, Le tournoi des dupes, 1997. CHEVALLEY Bernard, Nicodème, 1997. CUVELIER Fernand, Les cousines de Rome, 1997. DRAPPIER Hughes, Les Voyageurs, 1997. GUILLET Christian, Chapelle ardente, 1997. @ L'Harmattan, 1997 ISBN: 2-7384-6187-5

Luigi De Poli

LA MAISON DE VITRAIL

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Illustrations et dessins de Marie-Françoise Maurel

"Quand, par mégarde, un citadin égaré dans ma campagne glisse sur une limace et la mortaise dans les stries de ses crampons, après l'exclamation de dégoût du maladroit on peut entendre venir, audessus des arbres. si le vent se calme, comme l'écho d'une plainte de jeune fille. "

20.06.1997, le NARRATEUR

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin