7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Partagez cette publication

eut
La maîtresse du ministre Une saga amoureuse sous la révolution sékoutouréenne
Roman
Paul Faber
La maîtresse du ministre
Paul FABER La maîtresse du ministre
Une saga amoureuse sous la révolution sékoutouréenneRoman
Du même auteur Ma douleur et ma raison, Poésies, Éditions Société des écrivains de Paris À qui la Victoire ?, Poésies, Éditions Société des écrivains de Paris Cahier d’amour, Poésies, Éditions Société des écrivains de Paris La fiancée du diable, Roman, Éditions Société des écrivains de Paris Sur l’échiquier de la révolution sékoutouréenne, Nouvelles, Éditions L’Harmattan © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08781-8 EAN : 9782343087818
Remerciements, pour leurs précieuses contributions à la confection de ce livre, à : M. Ahmed Tidiani Cissé ; Mme Diaraye Bah.
1
Pour la révolution ! Cria le président du pouvoir révolutionnaire local de Cameroun. Tout l’auditoire se leva d’un coup, et répondit en choeur : Prêt ! C’est par ce slogan révolutionnaire que l’assemblée qui s’était constituée pour la réunion spéciale des femmes du quartier acclamait les inspecteurs du parti démocratique de Guinée, ‘’le PDG ‘’. Ladite délégation était essentiellement composée des membres du comité central. Les slogans continuèrent à tonner pendant cinq bonnes minutes, avant que les inspecteurs et l’assemblée ne s’asseyent pour entamer la réunion concernant l’émancipation de la femme dans la révolution. Toute la dé-légation était habillée en blanc. C’était la couleur des tenues officielles de la révolution.Le lieu de réunion était la cour d’une petite école de six classes, appelée ‘’ Ecole yakhuba Katafunté ‘’. Les bâtiments ressemblaient plutôt à un campement, qu’à une école. Les murs délabrés avaient perdu leur éclat, certaines classes n’avaient même pas de portes, celles qui en avaient étaient déglinguées. Tout cela dégageait un air de misère. Mais à cette époque, la révolution avait autre chose à faire que de s’occuper de ces détails. La journée était ensoleillée aux environs de dix-sept heures. Le soleil déclinait en ce moment, alors qu’il faisait