Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Mal-blanchie

De
264 pages
Une famille française pas tout à fait comme les autres… père antillais, mère vendéenne. Après leur décès, Louise entreprend de vider leur appartement et le grenier où lettres, papiers, meubles se sont entassés au fil des ans. Sur fond de racisme et de pauvreté, dans un va-et-vient constant entre passé et présent, apparaissent les comportements post-colonialistes d'une certaine société française vis-à-vis des
minorités visibles. Ce témoignage fait écho au mal-être de beaucoup de jeunes issus de l'immigration, eux aussi laissés pour compte.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LouiseADELSO N
La Malblanchie
Lettres des Caraïbes
‘ƒ
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08925-6 EAN : 9782343089256
2
La Mal-blanchie
Louise ADELSONLa Mal-blanchie Roman
À Emmanuel-Marie, Marie-Judith et Grégoire
Généalogie
Cela faisait trois jours qu’elle ne pilait plus le manioc. Ainsi en avaient décidé les vieilles, tandis que les hommes, effrayés par le secret des ventres, s’étaient éparpillés à travers la savane.Battaient ses tempes, tapait le tam-tam.Dans l’émotion scandée d’un ciel d’orage, je suis née…Claquement du fouet. Brûlures. Mouches dans le sillon des plaies.Longue, nocturne, insensée, éternelle, la marche. Tête et poignets dans l’étau de bois, encore la marche. Fers aux chevilles, toujours la marcheJusqu’à l’effrayante mouvance bleue.Comptées les dents, soupesés les seins, tâtées les cuisses. Entassement. Puanteur de la cale. Obscurité.Violence de l’éblouissement. Illusion du retour à la vie.Les hommes l’entourent, les hommes crient, les hommes l’attrapent par les cheveux.Aucune brise n’effleura le voile de mon berceau. Je suis née…Par arrêté du roi, vente par adjudication des biens du Sieur X.3 commodes à pieds tournés2 lits à baldaquins3 négrillons1 négresse... pleineJe suis née…Après les champs de canne, vient l’autre enfer. Nuit après nuit, Maître force sa broussaille d’ombre : « j’aime ton Afrique » chuchote-t-il.Elle hait son halètement. Et tellement peur que Madame apprenne !Madame apprendra. Il y aura fouet. Et piment sur plaies. Et piment dans tous ses orifices.Je suis née…
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin