//img.uscri.be/pth/bc730d6ebff30a29701207426e3a470045e3630e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La mer, imagine...

De
260 pages
Ce livre constitué de récits et de nouvelles inspirés par la mer et écrits par des polytechniciens est né il y a plusieurs années dans la tête d'un passionné de la mer qui brûlait d'envie de faire partager cette passion. Les auteurs de cet ouvrage espèrent créer l'envie de découvrir ou mieux connaître nos côtes, de s'intéresser au monde maritime dans toute sa diversité et peut-être susciter des vocations de marins, de travailleurs du littoral ou des métiers tournés vers le large.
Voir plus Voir moins
Éric Wehrli
Coordonné parÉric Wehrli
La mer, imagine... Des polytechniciens et la mer récits et nouvelles
Des polytechniciens et la mer
,
LA MER IMAGINE
Coordonné par Éric WehrliLa mer, imagine… Des polytechniciens et la mer Récits et nouvelles
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10769-1 EAN : 9782343107691
Préface
L’homme a toujours voulu savoir ce qu’il y avait derrière la colline, au bout du désert, au-delà de l’horizon. Il persé-vère aujourd’hui avec la conquête spatiale qui procède de cette même soif, de cette même exigence. Devant l’horizon marin, et avant de pouvoir prendre le large, il lui a bien fallu se contenter d’imaginer le gouffre fatal qui le menaçait s’il allait trop loin, les créatures fan-tastiques qui devaient peupler les profondeurs et qu’il de-vrait affronter, et les terres inconnues, enfers ou paradis, qu’il lui faudrait découvrir voire conquérir. Et puis l’homme, devenu marin, s’est lancé hardiment bravant tous les dangers. Après que la navigation a été maîtrisée, l’imaginaire n’a pas pour autant disparu. Quiconque a assumé le quart de nuit — de « zéro à quatre » de préférence… — restera marqué par ce senti-ment à la fois de grandeur et d’humilité, cet attachement viscéral au navire si petit, même s’il paraît grand, et si fra-gile à l’échelle de la mer, cette solitude devant l’infini sous une voûte de rêve. Pour Jean-François Deniau, l’océan est son désert, pour Pierre Papon c’est le sixième continent dont le poids géo-politique va croissant, pour Jacques-Yves Cousteau c’est un monde du silence – entre nous, tout dépend de la sensibilité des capteurs car les sous-mariniers vous diront qu’il y a là-dessous une cacophonie de tous les diables — et pour Pla-ton c’est un milieu tellement étrange et mystérieux que ceux qui s’y aventurent ne peuvent être comptés ni parmi les vi-vants ni parmi les morts !
7
La mer peut inciter au rêve mais elle est bien réelle. Elle permet la plupart de nos approvisionnements et de nos échanges, elle recèle dans ses profondeurs d’énormes réserves d’énergie et de richesses, elle offre un vaste théâtre à de gigantesques batailles et aux déploiements majeurs de forces navales – Eric Wehrli se souvient sans doute de notre traque, à bord duGeorges Leygues,d’un sous-marin sovié-tique en Méditerranée il y a près de trente ans – elle est aussi par excellence le milieu foisonnant d’une biodiversité gage de notre avenir. Aujourd’hui, sirènes et monstres marins peuvent évi-demment paraître bien surannés, certains même prétendent qu’ils n’ont jamais existé, mais la mer conserve sa fougue et ses mystères, elle fascine, elle séduit, elle sait aussi faire peur et être cruelle. Quoique toute proche elle est bien moins connue qu’on ne le croit, et on peut sans cesse ima-giner…. Amiral Jean-Charles Lefebvre Juillet 2010
8
Avant-propos
Le projet de ce recueil de nouvelles et de récits polytech-niciens autour du thème de la mer est né il y a un certain temps. Son aboutissement est aujourd’hui un ensemble d’écrits où chacun a apporté sa pierre, parfois fruit de con-versations entre les auteurs, conversations qui ont été source d’inspiration voire éléments de rédaction. Ecrits par des polytechniciens taquinés par une muse autre que celle des sciences, elles racontent la mer, les rêves qu’elle en-gendre, la dure vie des marins, l’océan, ses rivages, ses mi-crocosmes. Ce sont souvent des fictions, mais aussi des his-toires vécues. Finalement, la meilleure définition du recueil sous sa forme présente me semble être la suivante : décrire de diverses façons l’océan qui nous entoure tous, celui de notre petite planète bleue, et peut-être contribuer à réveiller chez certains l’appel du large. Les nouvelles et les récits de ce recueil sont intimement liés à des patrimoines maritimes, à la vie de populations ou d’hommes de la mer ; certaines sont tirées d’histoires vraies, toutes ont pour inspiration des expériences vécues ou imaginées dans un contexte réel. Comme l’exprime le titre de ce recueil :La mer, imagine…,l’océan parle à notre imaginaire collectif, à tel point que pour certains des au-teurs, se sentant plus à même de raconter une histoire liée à un patrimoine terrestre plus familier pour eux, l’idée de par-ticiper à la réalisation de cet ouvrage sur la mer s’est fina-lement présentée comme une évidence, ceci sans que j’aie eu le besoin de vraiment insister sur le principe du thème fédérateur de la mer. L’imaginaire ! Il apparaît – mais est-ce un hasard ? – dans plusieurs des nouvelles sous la forme de sirènes.
9