//img.uscri.be/pth/1a7a7ca87d0ed9111eb46355dcec3272452d60e1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La mouche d'Aiguebelle

De
156 pages
Francia Godet consacre ce recueil aux rêves. Rêves qui peuplent une partie importante de notre vie, une partie noire qui colore la partie blanche et consciente de nos jours dont elle se nourrit en la prolongeant. La Mouche d'Aiguebelle rêve ou croit rêver. Jeanne rêve ses angoisses dans le désordre des souvenirs. Le rêve de la vieille dame prend son essor dans une gare. Le rêve qui ranime les angoisses d'un traumatisme, ou retour nostalgique à la béatitude originelle.
Voir plus Voir moins
Francia Godet
La mouche d’Aiguebelle Francia Godet ou les errances du rêve
ou les errances du rêve
Nouvelles
La mouche d’Aiguebelle ou les errances du rêve
Francia Godet La mouche d’Aiguebelle ou les errances du rêve Nouvelles
Du même auteur : aux Éditions L’Harmattan : La Maison d’Éliseaux Éditions Baudelaire : La TrailleRosebud© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07872-4 EAN : 9782343078724
 À Jean-Louis À tous les rêveurs
La Mouche d’Aiguebelle« Sur la tête des rois et sur celle des ânes  Vous allez vous planter, je n’en disconviens pas ;  Et je sais que d’un prompt trépas  Cette importunité bien souvent est punie.» La Mouche et la Fourmi Jean de La Fontaine  C’est moi, La Mouche d’Aiguebelle. Et c’est moi qui vous parle. À vous que je ne connais pas. Moi que vous ne connaissez pas. Je suis dans une telle désespérance, un tel désarroi, je suis tellement désorientée et si seule que je m’adresse à quelqu’un, même inconnu, homme ou mouche, peu importe, qui puisse m’entendre. Me venir en aide. Je ne sais pourquoi ni comment je me suis retrouvée ainsi basculée, bousculée, les ailes toutes froissées, dans les parages d’un ordinateur inconnu, dans une pièce inconnue, dans une maison de pierre, une maison inconnue, une abbaye peut-être, où il règne des sons et des lueurs sans nom.  C’est vers l’espace brillant de l’écran, lumineux et lisse, seul espace connu, que je me suis donc
9