Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Face au destin

de Publibook

Typhon

de Societe-Des-Ecrivains

Mystica 3

de editions-sharon-kena

2
Titre
La nuit de Malycanthor
3
Titre René-Pierre Guiraud
La nuit de Malycanthor
Roman fantastique
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9712-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748197129 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9713-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748197136 (livre numérique)
6
8
Ce soir là, dans cette brûlante soirée d’été, comme un voile que la lumière emporte, la nuit tomba très vite. Elle descendit silencieusement sous les grands arbres de la forêt de Malycan-thor et les enveloppa d’un épais mystère. Cha-que arbre de la forêt formait comme un toit touffu ou la nuit se glissait et s’infiltrait goutte à goutte dans l’épaisseur du sous bois. La forêt tout entière, telle une barrière mouvante et sombre, se figea alors dans un temps de silence et plus rien de ce qui vivait sous le couvert ne bougea.Cette nuit, qui était venue sous la lumière des étoiles, était sans pareille, et de toutes celles que le monde avait connues aucune ne pouvait lui être comparée. Elle était comme une source d’eau pure que le ciel déversait pour donner du courage aux hommes sans espoir.C’est alors qu’au plus profond de cette nuit tiède et transparente, la puissance divine fit des-cendre sur la forêt de Malycanthor ce qui allait devenir le commencement et la fin de sa volon-té.
9
La nuit de Malycanthor
Une lune sans souci coulait sa blondeur à travers le clair des arbres, lorsqu’une aveuglante lueur jaillit du ciel. C’était un faisceau de lu-mière aux reflets de feu qui se mit à briller comme l’éclat de mille étoiles. Il illumina pen-dant un temps très court le coeur de la forêt de Malycanthor, et de ce coeur, comme par mira-cle, naquit une clairière.Aussitôt, tout dans cet espace clos s’embrasa d’amour. Un vent se leva, un vent qui venait de l’au-delà, un vent qui traînait derrière lui l’espoir d’une chose que l’on n’espérait plus, son souffle léger, pareil à une caresse ailée, vint déposer au pied de la souche d’un vieil arbre mort qui trô-nait au milieu de cette clairière, un cerf majes-tueux. Pendant quelques secondes il demeura immobile, huma l’air longuement devant lui, et, soudain, de son puissant poitrail, comme pour annoncer son arrivée, son brame monta vers les étoiles. Il s’appelait Salssybil.Puis la lumière s’enfuit rejoindre sa source aux confins des galaxies. La nuit reprit ses droits. Une paix, semblable à la tranquillité d’un repos perpétuel, régna alors dans le secret du sous-bois. C’est dans le silence de cette clairière que naquit l’espoir d’une autre vie, d’une vie au-delà du temps et des hommes.Au petit matin, dans le lointain, les Pyrénées se dressaient pour se souder au ciel dans une ombre bleuté. À la lisière de la forêt de Maly-
10