//img.uscri.be/pth/1459ae24c0f525fbd90e555f0ee8e8e46a07379f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La planète aux mille questions - L'Egide 2

De
48 pages


Gort a été sélectionné pour devenir Ambassadeur et a été confié aux bons soins d’ADAM, l’Intelligence Artificielle qui règne en maître sur la planète Terre. Livré à lui-même, déchiré par la disparition de sa seule amie, il va devoir à nouveau s’adapter une fois de plus à un univers totalement différent, régi par des lois qu’il devra apprendre par lui-même. L’Ambassade semble être désormais l’unique voie qu’il puisse suivre. Va-t-il s’y plier ? Et s’il existait une faille dans la machinerie si bien rodée de l’Oculus ?


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

l'égide La planète aux mille questions Mentions légales La planète aux mille questions
Table des Matiéres
Sylvain Lasjuillarias
L'Égide
La planète aux mille questions
Collection Lune Etoilée
Mentions légales
©2018 sylvain lasjuillarias.Illustration:©2018 Nath y. Édité par Lune-Écarlate 66 rue Gustave Flaubert 03100 Montluçon, France. Tous droi ts réservés dans tous pays. ISBN 978-2-36976-288-1. Le code de la propriété intellec tuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collectiv e. Toute représentation ou représentation intégrale ou partielle faite par que lques procédés que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, es t illicite et constitue une contrefaçon au terme des articles L,122,-5 et L,335 -2 et suivant du code la propriété intellectuelle.
Si vous rencontrez un souci avec votre ebook à caus e d'un DRM (que nous ne mettons pas) ou pour tout autre soucis veuillez nou s contacter à contact@lune-ecarlate.com
Pour suivre toute notre actualité : http://www.lune-ecarlate.com
La planète aux mille questions
Gort ouvre les yeux sur le néant. Il a dormi enviro n cinq heures. C’est suffisant. Il effectue quelques étirements tout en observant son environnement. Le jour se lèvera dans moins de trois heures. Il faut qu’il se dépêch e avant qu’Il ne bascule en mode conscient. Il lui sera impossible de tromper Sa vig ilance à ce moment-là. Il rassemble ses affaires en quelques minutes, avale un peu d’ea u, accroche la gourde anatomique à sa ceinture et prend la fuite vers le Nord. La ra ge au ventre. Ses pas résonnent pendant qu’il court le long de la 7e avenue. L’immensité de ces rues le sidère toujours, alors qu’il campe dans cet te ville depuis une vingtaine de jours. Les proportions, les dimensions, les angles, rien d ans l’agencement urbain de ces quartiers ne semble à l’échelle de l’homme. Il a pa ssé la nuit dans un parc de la taille d’une ville, coincé entre des immeubles titanesques . Le premier jour, cette parodie de nature, au lieu de lui apporter bien-être et douceu r, lui a donné envie de pleurer. Pleurer sur les pauvres gens qui vivaient ici avant l’Égide et qui croyaient se promener dans une forêt. Pleurer sur les hommes qui trouvaie nt important de s’entasser sur eux-mêmes, pleurer sur ses ancêtres qui avaient défiguré la Terre. Ses pas parcourent les rues vides et sombres de la ville qui se faisait jadis appeler New York. Cette cité n’est plus aujourd’hui qu’un c hamp de bataille, un terrain où s’opposent le béton et la verdure. Après plusieurs centaines d’années d’hégémonie du premier, la seconde prend enfin ses aises. Des brin s d’herbe et quelques plantes trouvent leur place dans les fissures de la route, de la mousse recouvre la plupart des parois et les arbres de Central Park débordent de p lus en plus de leur carré aménagé. Gort a déjà croisé plusieurs animaux sauvages, perd us dans ce dédale de béton. Nul doute que des troupeaux d’herbivores viendront un j our s’installer définitivement ici pour fuir la prédation. La nature reprendra ses dro its, et toutes ces devantures éclatées serviront de terriers, de nids, d’antres. Gort ralentit l’allure et boit une gorgée d’eau. Un e partie de son esprit est focalisée sur le moment présent. Ici et maintenant. Une autre est perdue dans le passé. Là où tout a commencé. Son premier réveil sur cette planè te.
***
Lorsqu’il a repris conscience, Gort a réalisé qu’il se trouvait dans un lit aux draps blancs. Il se sentait légèrement nauséeux, confus, perdu. Contre sa peau, le tissu était rêche, désagréable. Il aurait préféré se réveiller dans son lit d’enfant, sur Sandar, au contact d’un bisou de sa mère. Ou même dans une geô le de la base de Mars, avec la présence rassurante d’Alexia à proximité. Mais non, on l’avait transféré dans un endroit inconnu. On avait encore fait voler ses repères en éclats. — Comment te sens-tu, Gort ? Un petit robot sur chenillettes se trouvait dans la pièce, immobile à côté du lit, comme désactivé. Sur une table de nuit se trouvait un plateau chargé de victuailles. Affamé, Gort s’assit dans son lit et mordit avideme nt dans un kiwi épluché. Devant lui, il apercevait une porte vitrée qui donnait sur un coul oir aux teintes orangées et grises. Au-dessus de la porte, un demi-globe brillait d’un éclat noir. Des souvenirs et une courte réflexion lui donnèrent l’assurance qu’il s’ agissait d’une caméra. — Ça peut aller. Où êtes-vous ?
— Je suis là, fit une voix qui émanait du robot. — C’est toi qui parles ? demanda-t-il à l’automate immobile. — Oui, en partie, reprit la voix, provenant cette fois du demi-globe. — Vous me surveillez ? La petite machine fit demi-tour et repartit en sile nce vers la porte, qui s’ouvrit automatiquement à son approche. — Oui, Gort. Je suis chargé de veiller sur ta santé. Gort engloutit un second kiwi et se servit un verre de ce qui ressemblait à du lait. — Je suppose que vous travaillez pour l’Oculus. Vo us allez terminer ma formation ? — Oui, Gort, confirma la voix obséquieuse. Je te p résenterai le travail que nous aurons à accomplir lorsque tu te seras restauré. — Super ! grogna Gort. Apportez-moi encore de ces fruits, alors. J’adore ça. — Dans quelques minutes. Gort but un autre verre de lait et ressentit une so udaine envie d’uriner. Il se leva et se dirigea vers la porte vitrée. Il était nu. — J’espère que vous me rendrez mes vêtements. En a ttendant, c’est par où les toilettes ? — À gauche, au fond du couloir. La porte s’ouvrit à son approche. Il longea un coul oir et croisa le même petit robot qui portait un plateau chargé de kiwis pelés. — Vous ne faites pas les choses à moitié. — Je suis à ton service. Gort sourit amèrement. — Oui… On m’a déjà fait le coup. Si vous me connai ssiez un tout petit peu, vous devriez savoir que je suis devenu méfiant. Surtout vis-à-vis de l’Oculus. — Je te connais très bien, Gort. Des vêtements à t a taille ont été posés sur ton lit. Prends ton temps. — Je vais me gêner, bougonna-t-il en poussant la p orte des toilettes. En marchant dans...