La récompense

De
Publié par

Un civil a essayé de franchir la frontière au point Barmaya. Les gardes du village limitrophe l'ont abattu. La police n'a rien trouvé qui puisse l'identifier, excepté des feuillets manuscrits, presque illisibles. Ces écrits pourraient constituer une piste pour identifier la personne et éclairer les circonstances de son décès.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 25
EAN13 : 9782296491892
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0096€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
La récompense
Lettres du monde arabe Collection dirigée par Maguy Albet et Emmanuelle Moysan
Mokhtar SAKHRI,Lillusion dun espoir romain, 2012. Ahcène AZZOUG,Le destin sans frontière, 2012. Gérard BEJJANI,La parenthèse, 2011. Abdelkader BENARAB,La bataille de Sétif, 2011. Mohamed ARHAB,Les Aumônières de Dieu, 2011.Ridha SMINE,Tout lecteur est un ennemi, 2011. Sami AL NASRAWI,Fissures dans les murailles de Bagdad, 2011. Fouzia OUKAZI,L'Âge de la Révélation,2011. Rachida NACIRI,Nanna ou les racines, 2011. Abdelaaziz BEHRI,Moha en couleurs, couscous light et autres récits, 2011. Myriam JEBBOR,Des histoires de grands, 2011. Moustapha BOUCHAREB,La troisième moitié de soi, 2011. Ahmed-Habib LARABA,LAnge de feu, 2011. Mohamed DIOURI,Chroniques du quartier, 2011. Nadia BEDOREH FAR,Les aléas de ma destinée, 2010. Sami Al NASRAWI,L'autre rive, 2010. Lahsen BOUGDAL,La petite bonne de Casablanca, 2010. El Hassane AÏT MOH,Le Captif de Mabrouka,2010. Wajih RAYYAN,De Jordanie en Flandre. Ombres et lumières d'une vie ailleurs, 2010. Mustapha KHARMOUDI,La Saison des Figues, 2010. Haytam ANDALOUSSY,Le pain de lamertume, 2010. Halima BEN HADDOU,LOrgueil du père, 2010. Amir TAGELSIR,Le Parfum français, 2010. Ahmed ISMAÏLI,Dialogue au bout de la nuit, 2010. Mohamed BOUKACI,Le Transfuge, 2009. Hocéïn FARAJ,Les dauphins jouent et gagnent, 2009. Mohammed TALBI,Rêves brûlés, 2009. Karim JAAFAR,Le calame et lesprit, 2009. Mustapha KHARMOUDI,Ô Besançon. Une jeunesse 70, 2009. Abubaker BAGADER,Par-delà les dunes, 2009.
Sami ALNASRAWILa récompense
Traduit de larabe par Driss El Baouchari
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99045-6 EAN : 9782296990456
Communiqué Selon le rapport de la police des frontières, « un civil a essayé de franchir nos frontières au point Barmaya. Les gardes du village limitrophe lont abattu en lui tirant dessus. Mais comme la grande partie de son cadavre se trouvait à lintérieur de notre territoire, nous avons jugé quil nétait pas convenable de labandonner. Après lavoir fouillé, nous navons rien trouvé qui puisse déterminer son identité, excepté des feuillets manuscrits, presque illisibles et qui contenaient beaucoup de répétitions. Ce qui laissait supposer quils avaient été rédigés à la hâte et dans la précipitation si bien que le récit fut incompréhensible. Mais ces écrits pourraient constituer une piste pour identifier la personne en question et éclairer les circonstances de son décès. Nous exposons ci-après ce que nous avons découvert dans lespoir que quelquun pourra, grâce à ces feuillets,nous renseigner sur lidentité de lauteur ».
7
1
Malgré mes efforts pour arriver à temps, jatteignis tard le laboratoire chimique. Exactement dix minutes après lheure fixée par lannonce. Leffortque je déployais pour pédaler mavait exténué ; cest que le vent soufflait à contre-courant et si fort quil ralentissait ma course. De plus, les fortes pluies avaient inondé les innombrables trous causés par les bombardements. A plusieurs reprises, javais été éclaboussé par ces eaux sales et nauséabondes. Les décombres des maisons détruites le long de la route avaient multiplié les difficultés de mon parcours. En dépit de mon retard, je fus lun des premiers arrivants. Dès que lannonce fut largement répandue, un nombre important dhabitants du village, des régions avoisinantes et peut-être même dautres pays, sétaient rués vers le laboratoire. Lannonce, imprimée avec des couleurs criardes et en gros caractères, était affichée au mur du laboratoire. Les termes(RECOMPENSE)et(BENEFICIAIRE)étaient mis en relief. Quant aux autres expressions telles que(la soumission du bénévole aux expériences) ou(son accord sans aucune objection)elles étaient de couleurs ternes et presque, illisibles. Cependant, laspect flou de lannonce navait pas empêché les gens daffluer au laboratoire. En effet, quoique le montant de la récompense ne fût pas déterminé, celle-ci était tentante. On y avait fait allusion en ne révélant que sa 9
valeur qui « permettrait de vivre dans laisance» qui et assurerait « la sécurité sociale» son bénéficiaire. Ces à formules permettaient différentes interprétations et laissaient à chacun la liberté dimaginer ce quil voulait. Au paroxysme de ma confusion, javais commis une autre erreur, celle dapporter ma bicyclette alors que lannonce en interdisait lusagedans lenceinte du laboratoire. A un certain moment, javais pensé à men débarrasser sur la voie publique mais je renonçai vite à cette idée car cela signifiait loffrir au dernier voleur. La faim sévissait dans le village et le vol devenait le moyen principal de la redistribution de la fortune. Mon problème fut résolu grâce à lintervention du garde qui moffrit un cadenas et me permit dattacher mon vélo au portail de lédifice. Jai oublié de rappeler quen mapprochant du laboratoire, javais ôté ma chemise et mon pantalon pour les essorer et les faire sécher sur le guidon de ma bicyclette. Le gardien, ayant remarqué que jétais nu, mavait demandé de me rhabiller. Jai obtempéré car je trouvais ses propos sensés. Lédifice du laboratoire attira mon attention. Je ne cessais de contempler le sol en marbre luisant et les beaux décors sur les murs. Je me demandai alors : Comment cet énorme édifice a-t-il pu échapper aux ravages de la guerre ? Comment na-t-il pas été atteint par les bombes ?! Ce qui mavait le plus étonné cest que tout ce qui lentourait nétait que ruines et destructions. En vérité, je nétais nullement convaincu par lexplication fantaisiste et surnaturelle de la survie du bâtiment. Certains évoquaient les vertus dune amulette que Mister Free aurait rapportée de son pays et qui laurait protégé de tout mal. Dautres trouvaient que cétait plutôt la couleur terreuse de la peinture de lédifice qui avait trompé
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.