Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La réincarnation d’Edgar Cayce

De
301 pages
Edgar Cayce (1877-1945), le « prophète endormi » est largement considéré comme le médium le plus documenté et le plus précis en Occident. Parlant lorsqu’il était en transe, Cayce a donné une voix aux royaumes de la vie après la mort. David Wilcock, intuitif et chercheur populaire contemporain, a cru depuis 1998 qu’il est la réincarnation d’Edgar Cayce, mais il refusait de permettre la publication d’un
ouvrage sur ce sujet… jusqu’à maintenant. L’auteur Wynn Free révèle le cas étonnant qui l’a conduit d’un scepticisme initial à la conviction de l’authenticité de cette prétention. La réincarnation d’Edgar Cayce? expose en détail le lien intrigant entre Cayce et Wilcock et les présente comme ayant tous les deux la même source d’information prophétique. À travers les paroles transformatrices de vie du Moi supérieur de Wilcock — faisant partie de l’Âme de groupe connue comme «Ra» —, les lecteurs peuvent apprendre comment les maintenant évidents «changements
terrestres» sont des augmentations d’énergie qui se produisent aussi sur le Soleil et sur toutes les autres planètes et que ces modifications sont scientifiquement mesurables. Une nouvelle preuve à couper le souffle indique comment cette énergie peut transformer l’ADN, rendant possiblement la perception extra-sensorielle, la télékinésie, la lévitation et autres activités paranormales aussi communes que la respiration — et ouvrant la porte à l’«Âge d’or» promis par chaque tradition spirituelle importante de l’histoire des hommes.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La réincarnation
d’Edgar Cayce ?La réincarnation
d’Edgar Cayce ?
Communication interdimensionnelle
et transformation mondiale
Wynn Free
avec
David Wilcock
Traduit de l’anglais par
Renée ThiviergeCopyright © 2004 Wynn Free
Titre original anglais : The Reincarnation of Edgar Cayce ?
Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Frog, Ltd, Berkeley, CA
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme
que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Les références Internet étaient actuelles au moment de la publication du livre original
anglais.
Éditeur : François Doucet
Traduction : Renée Thivierge
Révision linguistique : Daniel Picard
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Catherine Vallée-Dumas
Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89667-663-7
ISBN PDF numérique 978-2-89683-780-9
ISBN ePub 978-2-89683-781-6
Première impression : 2013
Dépôt légal : 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com
Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Imprimé au Canada
Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds
du livre du Canada (FLC) pour nos
activités d’édition.Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres —
Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.comÉnoncé de mission des auteurs
Des millions de personnes ont été influencées et inspirées par l’œuvre d’Edgar
Cayce. La plupart de ceux qui étudient son matériel ont accepté la réincarnation
comme une modalité par laquelle se produit l’évolution de la conscience. Les faits de
la vie de David Wilcock l’ont obligé à évaluer s’il était possible qu’il soit la
réincarnation de M. Cayce. Dans ce livre, nous vous présentons maintenant ce cas.
Si nous réussissons à établir le bien-fondé de nos arguments, une question
encore plus importante sera légitimée. D’après l’information reçue par Wilcock, et
soutenue par ses propres recherches scientifiques, notre planète est à la fin d’un
cycle de 75 000 ans et elle s’apprête à entrer dans le changement de dimension
qu’avait prédit Edgar Cayce, dans ses propres lectures.
Nous disposons tous aujourd’hui d’une rare occasion d’accélérer notre évolution
spirituelle, de manières qui diffèrent grandement des derniers cycles de réincarnation,
en nous appuyant sur la capacité de nous connecter avec les qualités de
compassion, d’amour et de sagesse.
Les auteurs présentent ce livre en espérant qu’il nous aide à comprendre
l’importance et les implications des choix que nous effectuerons au cours des
prochaines années [à partir de 2003], et en souhaitant qu’il puisse tous nous aider (y
compris les auteurs) à prendre conscience que nous sommes liés les uns aux autres
et que nous nous trouvons « sur notre chemin du retour ».
— Wynn Free, David WilcockLa paternité de ce livre : Ce livre est écrit à partir du point de vue et de l’expérience
de Wynn Free ; celui qui parle à la première personne dans la plus grande partie du
livre, et qui est « auteur » du texte, lorsqu’ainsi mentionné. En tant que partenaire de
soutien, David Wilcock a donné de nombreuses heures d’entrevues téléphoniques, a
fourni son aide dans certaines parties de la révision, a contribué en écrivant un
chapitre sur ses recherches scientifiques, et a permis que ses lectures canalisées
soient incluses.Remerciements
L’auteur, Wynn Free, tient à remercier les personnes suivantes pour leur contribution
à ce livre :
David Wilcock — pour sa conviction, son courage et son dévouement à la Loi de
l’Unicité ; pour le service qu’il a fourni à tous les chercheurs spirituels sincères dans
cette vie et dans les précédentes ; de même que pour m’avoir confié cet important
projet.
Susan Barber, rédactrice en chef de The Spirit of Ma’at — pour m’avoir donné ma
première affectation d’écriture rémunérée après avoir envoyé quelques poèmes à son
webzine. Après la publication de ma première entrevue avec Wilcock dans The Spirit
of Ma’at (le magazine en ligne fondé par Drunvalo Melchizedek), elle a suggéré que
j’étais la personne qui devait écrire un livre sur David Wilcock. Le chapitre 19 est
basé sur cet article.
Carla L. Rueckert, Jim McCarty, et L/L Research — pour leur dévouement dans
l’établissement des séances Ra/Loi de l’Unicité, même au risque de compromettre la
santé de Carla, et pour leur continuelle contribution envers les chercheurs spirituels.
Terry Brown — pour ses interminables efforts bénévoles dans la transcription des
bandes, la relecture, l’édition, et pour m’avoir aidé à rester en vie et motivé.
Mason et Marie Gerhart — pour leur soutien et leurs encouragements.
Kathy Glass — pour la révision extrêmement détaillée du manuscrit, qui est
devenu beaucoup plus lisible et précis.
Richard Grossinger — éditeur de North Atlantic Books/Frog, Ltd., qui a eu la vision
et la sensibilité nécessaires pour apprécier la valeur de ce livre et accepter de le
publier.Première partie
La connexionVos structures sociales ne peuvent continuer ainsi. Vous pouvez les aimer telles
qu’elles sont, mais vous ne pouvez aimer l’idée d’une planète morte. C’est ce qui
importe. Si l’un ou l’autre d’entre vous veut survivre, ces changements doivent avoir
lieu.
— Ra/Wilcock, 11 novembre 1999Préface
Nous voilà donc dans ce monde bouleversé du XXIe siècle — terroristes, armes de
destruction massive, épidémies, incertitude financière, guerres et instabilité politique
— un monde pas si différent de celui qu’Edgar Cayce avait prédit il y a plusieurs
années, peut-être un tremblement de terre ou deux en moins. Est-il possible que
Cayce se soit réincarné et qu’il marche aujourd’hui parmi nous ?
Dans cet univers physique, nous vivons nos vies mortelles avec notre conscience
limitée mais, dans ses lectures sur la réincarnation, Edgar Cayce avait accrédité
l’idée que notre vie se poursuit après la mort. Quiconque a étudié quelques-uns des
centaines de livres écrits sur Cayce et sur les lectures qu’il a effectuées ne peut
s’empêcher de réfléchir sérieusement à l’existence perpétuelle de notre essence et à
notre ultime retour, vêtu d’un nouveau corps, à un autre moment dans l’avenir.
Chaque fois que nous nous réincarnons, la mémoire de toutes nos vies antérieures
est une fois de plus dissimulée à notre conscience éveillée alors que nous entrons
dans le nouveau cycle de l’expérience terrestre. Cayce nous a fourni une multitude
d’indices sur le mode de fonctionnement de ce processus et, parmi de nombreux
autres sujets métaphysiques, il a abordé la signification du karma et de l’importance
du service aux autres. Edgar Cayce est né en 1877 et il est décédé en 1945. Ses
lectures données dans un état de transe profonde prédisaient qu’il se réincarnerait à
l’époque actuelle.
Edgar Cayce a laissé un héritage qui a touché la vie de millions de gens. Je fais
partie des personnes fortement influencées par le matériel de Cayce. J’ai grandi sans
base spirituelle solide, mais avec une soif de vérité. Cayce a planté les premières
semences de doute dans mon agnosticisme, et finalement je suis arrivé à avoir une
idée de ma place dans l’univers et de ma connexion avec le Créateur. Bien que j’aie
toujours attribué à Cayce ce qui lui est dû et que j’éprouve de grands sentiments de
gratitude pour son œuvre, une question subsiste toujours : « Pourquoi Cayce avait-il
ce don particulier de l’omniscience dans son sommeil ? » Je ne me suis jamais
vraiment attendu à obtenir une réponse à cette question, mais me voici 30 ans plus
tard et il semble que la réponse m’arrive d’elle-même. J’en suis venu à des
conclusions que je n’avais jamais entendues auparavant, mais je ne crois pas que
quelqu’un d’autre ait disposé de la même étonnante série d’indices. Cela concerne
des pièces provenant de sources dissociées qui concordent et complètent un vaste
puzzle cosmique. David Wilcock constitue une pièce majeure de ce puzzle.
J’ai découvert le site Internet de David Wilcock —
www.ascension2000.com[1] — à la fin de l’an 2000, des milliers de pages un peu
désorganisées, mais tout de même, un site très fascinant. Après avoir surmonté ma
légère confusion initiale, j’ai déployé beaucoup d’énergie à parcourir le site ; enfin, un
petit bijou après l’autre, à partir d’un être nommé Ra, canalisé à travers Wilcock, j’ai
découvert des informations qui se trouvent parmi les plus sages de tout ce à quoi j’ai
été exposé. Sur son site Web, j’ai découvert une section appelée « Essai préliminaire
sur la connexion Wilcock/Cayce/Ra et la ‘‘Mission[2]’’ ».Sur l’écran de mon
ordinateur, il y avait une photographie d’un Edgar Cayce jeune à côté d’une photo deDavid Wilcock. (Vous pouvez trouver cette photo si vous suivez l’URL de la note 2.)
Chacun était le portrait tout craché de l’autre. Puis, j’ai découvert que les
circonstances de la vie de David Wilcock l’avaient amené à la certitude qu’il était la
réincarnation d’Edgar Cayce, accomplissant ainsi la prophétie d’Edgar Cayce à savoir
qu’il serait de retour durant cette période. J’ai commencé à étudier voracement le site
de Wilcock, et mes intuitions me disaient que cela pouvait être vrai.
J’ai vite appris qu’Uri Geller, écrivain, médium et plieur de cuillers, a également
découvert le site Internet de Wilcock et en est arrivé à la même conclusion, qu’il a
affichée sur son site[3] :
Retour du prophète — 10 janvier 2000
Nombreux sont ceux qui considèrent qu’Edgar Cayce, qui avait dicté des
traitements médicaux pour des milliers de personnes qu’il n’avait jamais
rencontrées, était le plus grand médium du siècle dernier.
Déjà, dans ce nouveau siècle, un homme prétend posséder des pouvoirs
similaires. Ses rêves prophétiques et ses visions semblent révéler un don
remarquable. Mais le facteur le plus étrange de tous, c’est que cet homme est
Edgar Cayce.
Même dans la communauté ufologique, où le bizarre extrême est la norme,
les revendications de David Wilcock suscitent scepticisme et méfiance. Mais
ce végétalien de
27 ans [39 en 2012], auteur prometteur de science-fiction au milieu des
années 1990, a prédit l’effondrement nucléaire japonais (un accident au début
des années 2000 [sans oublier la catastrophe nucléaire majeure de mars 2011
à Fukushima]) et la perte des sondes Mars de la NASA.
Son site est rempli d’avertissements tels que : « Krash boursier !
L’Archange Michel m’a dit : ‘‘Les actions seront dévaluées à tel point que cela
paraîtra complètement absurde’’. » L’Archange était explicite — le Dow
chutera à 2880,30.
Ce ne sont pas simplement les rêves de Wilcock qui lui disent qu’il est la
réincarnation de Cayce. Il est son miroir : sa mâchoire est un peu moins
proéminente, et ses lobes d’oreilles sont plus charnus, mais autrement Ed et
Dave pourraient être des jumeaux.
Décédé en 1945, Cayce a annoncé qu’il reviendrait en 1998. Wilcock dit
que c’est en novembre 1997 qu’il a commencé à connecter ses propres rêves
avec les transes de Cayce.
Heureusement, il y a suffisamment de matériel litigieux et fascinant sur le
site Internet pour vous garantir de ne pas avoir à dépenser un cent en
cherchant ailleurs.
Sans trop savoir à quoi m’attendre, j’ai pris les arrangements nécessaires pour
obtenir ma propre lecture de Wilcock. J’ai vite appris que Wilcock n’est pas un
médium ordinaire ; c’est Ra qui parle à travers lui. Ma lecture était remplie de
métaphores poétiques qui semblaient avoir la capacité de pénétrer mes niveaux derésistance consciente et de libérer des modèles subconscients profonds.
L’information a profondément résonné en moi, a créé un élan de croissance
considérable, et m’a permis de vraiment comprendre mes conflits personnels, avec
une sagesse bien au-delà de l’expression consciente de David Wilcock. Cette lecture
est devenue pour moi le catalyseur me permettant de faire enquête sur les
prétentions de Wilcock par rapport à Cayce, et plus j’effectuais des recherches sur le
sujet, plus ma conclusion devenait inévitable.
Dans ce livre, je partage avec vous les étapes que j’ai franchies et les conclusions
auxquelles je suis arrivé dans ma mission personnelle qui consistait à découvrir si
David Wilcock est, en fait, la réincarnation d’Edgar Cayce. Peu à peu, les pièces
s’emboîtent. J’ai trouvé des harmonies inattendues à partir de sources totalement
indépendantes comportant des indices horodatés couvrant
12 500 ans. Les implications de ces histoires qui empiètent les unes sur les autres
sont stupéfiantes, d’une envergure beaucoup plus importante que j’aurais pu
l’imaginer. Elles fournissent des explications à des phénomènes auparavant
inexplicables, tels que la modification des cycles de l’activité du soleil, le rythme sans
cesse croissant d’événements mondiaux, les conditions météorologiques
inhabituelles, Armageddon, et un changement de dimension prédit dans un avenir
imminent.
Il s’agit d’une histoire aux proportions épiques qui m’a conduit à mieux
comprendre le sens de la vie, le mode de fonctionnement de la création, la réponse à
certaines questions comme « Qui est Dieu ? », « Pourquoi sommes-nous ici ? », et «
Où allons-nous ? ».
Alors que j’effectuais mes recherches, j’avais l’impression d’être un détective
découvrant continuellement des éléments de preuve qui accordaient plus de
crédibilité à la connexion Cayce/Wilcock. En outre, dans le tissu de l’histoire, le secret
de la vie elle-même semble avoir été révélé. Je ne présente rien de tout cela comme
une vérité. Je veux laisser les faits parler d’eux-mêmes et vous laisser, vous le
lecteur, tirer vos propres conclusions. S’il y a de la vérité dans tout cela, ce sera
révélé non seulement dans ces pages, mais dans le déroulement des prophéties de
Wilcock pour les dix prochaines années [nous y sommes déjà[4]]. S’il a raison,
peutêtre ce livre permettra-t-il de mieux nous préparer à ce qui s’en vient, pour nous aider
à y faire face, et ce, dans une perspective de survie, autant que spirituelle.Ainsi, non seulement êtes-vous en train de documenter les rêves, ce qui constitue
une entreprise humaine plutôt commune, mais vous accomplissez aussi quelque
chose de beaucoup plus rare, à savoir ce processus de canalisation de contact par la
transe. Nous vous félicitons donc de vos efforts, et nous vous serrons la main dans
les royaumes supérieurs — ou ce que vous pourriez concevoir comme un serrement
de main, bien que ce soit en fait plus probablement une progression énergétique
d’une forme d’énergie corporelle du type amibe. Mais vous comprenez ce que je veux
dire.
— Ra/Wilcock, 3 janvier 1999,
sur le [premier] site Web de Wilcock : www.ascension2000.comChapitre
1
Le casse-tête
Il existe un nouveau paradigme sur la planète Terre. Pourrions-nous effectivement
nous trouver au beau milieu de la fin des temps prophétisée par Jésus ? Si une telle
personne existe pour nous guider et nous aider à comprendre cette période, à qui
pouvons-nous faire confiance ? Edgar Cayce est reconnu comme le plus grand
pronostiqueur mystique du monde occidental et il avait prédit qu’il serait réincarné à
l’époque présente. S’il est possible de démontrer que David Wilcock réalise la
prophétie de Cayce au sujet de son retour, et que tous les fils explorés dans ce livre
se rattachent ensemble, alors la prédiction, répandue dans toutes les cultures, à
l’effet d’une ascension spirituelle, devient encore plus crédible. En fait, peu importe si
Edgar Cayce s’est réincarné ou non, la combinaison de la précision documentée des
prophéties énoncées dans ses lectures, et dans son matériel scientifique
extrêmement clair et sophistiqué établit en elle-même le bien-fondé de l’argument de
l’Ascension.
La première partie de ce livre fait le point sur les incroyables liens entre Cayce et
Wilcock. La deuxième partie présente le message de la source de Wilcock, et la
troisième partie fournit des preuves de valeur scientifique à l’appui des suggestions et
des prétentions des sections précédentes.
Si Wilcock est Cayce réincarné, il ne s’agit plus d’un prophète endormi qui
canalise à partir d’une source anonyme. Wilcock reçoit ses messages dans un état
de transe éveillée. Sa source s’est elle-même identifiée et est devenue son conseiller,
son ami, et son confident. Ses lectures parlent d’un changement dimensionnel en
cours et de la façon de le traiter. Elles abordent, en même temps qu’elles y
répondent, certaines des questions les plus profondes de la vie : Qui sommes-nous ?
Pourquoi sommes-nous ici ? Pourquoi Dieu permet-il que notre monde et nos vies
soient aussi sens dessus dessous et aussi imprévisibles ? Pourquoi l’amour est-il
insaisissable ? Pourquoi y a-t-il tant d’injustice ? Pourquoi y a-t-il des innocents qui
meurent ? Une personne est-elle éternelle, et si oui, où étions-nous avant notre
naissance ? Où allons-nous quand nous mourons ? Et pourquoi n’en gardons-nous
aucun souvenir ? Si
nous existons éternellement, pourquoi craignons-nous la mort ?
Nous traversons nos vies en étant si préoccupés par nos routines et
responsabilités quotidiennes que, la plupart du temps, nous ne prêtons pas attention
aux questions les plus profondes jusqu’à ce que quelque chose nous secoue de notre
inconscience et nous force à essayer d’ajuster une autre pièce au casse-tête de la
vie. Généralement, les pièces du casse-tête se présentent de façon étrange etinattendue. Quelque chose qui nous rend vraiment heureux pendant un certain temps
se présente sur notre chemin : un nouvel emploi, un nouvel amour, ou un nouvel
enfant. Quelqu’un ou quelque chose dans la vie a besoin de nous, et ce besoin crée
une nouvelle valeur à nos yeux, une nouvelle compréhension. Une autre pièce du
casse-tête se met en place. Quelqu’un croise notre chemin et il semble plus heureux
que la plupart des autres. Il semble même que toutes les souffrances du monde ne
pourraient effacer ce sourire tenace. Quelqu’un, comme mère Teresa, vit de façon
exemplaire, différemment de notre façon de vivre, et nous nous demandons ce qui
peut la motiver. Un de nos proches meurt, les tours du World Trade Center
s’effondrent, ou nos enfants sont envoyés à la guerre, et nous sommes forcés de
réfléchir à notre propre mortalité. Peut-être lisons-nous quelque chose qui nous
inspire, écrit par un auteur qui semble comprendre mieux que nous les rouages innés
de notre être et de notre âme. Nos intuitions ont la capacité de reconnaître la vérité,
même quand notre esprit conscient s’arrête aux apparences.
Puis, nous arrivons devant une vie qui recèle une anomalie, comme celle d’Edgar
Cayce. Alors que nous nous efforçons de comprendre la vie et d’y trouver un sens,
alors que nous cherchons désespérément des réponses, on nous présente
maintenant l’exemple d’un homme qui possède l’omniscience, mais seulement dans
son sommeil ! Un homme qui peut connaître et diagnostiquer les maux dont souffre
quelqu’un d’autre, alors que cette personne se trouve à des milliers de kilomètres de
lui… un homme qui peut éventuellement répondre correctement à toute question
qu’on lui pose… un homme qui peut voir dans les vies passées de tous ceux qui le
demandent. Pourtant, c’est aussi un homme qui, à l’état de veille, n’est pas différent
de vous ou de moi, un homme avec ses propres faiblesses, ses propres confusions
et ses propres défis.
Des centaines de livres ont été écrits sur Edgar Cayce, documentant
soigneusement chaque rebondissement, chaque virage et chaque coloration de sa
vie et de ses données psychiques. Cayce a aidé des millions de personnes à
comprendre l’emplacement d’une nouvelle pièce de leur casse-tête ou même à
repenser l’ensemble du casse-tête. En dépit de nos mémoires vides, Cayce a permis
à ses lecteurs de croire en la possibilité de vies passées, et de croire que
la vie continue après la disparition du corps. Mais la question demeure : Pourquoi
Cayce ? Sur l’ensemble des milliards de personnes, tandis que nous nous
promenons tous dans nos transes somnambuliques de veille, pourquoi Cayce a-t-il
été en mesure d’avoir cette prise de conscience, même si ce n’était que dans son
sommeil ? Ce sont des questions auxquelles j’espère répondre dans ce livre.
Évidemment, si Edgar Cayce s’est réincarné, il s’agit d’un événement majeur dans
l’univers des chercheurs spirituels qui, partout dans le monde, ont été inspirés par les
matériaux de Cayce. En racontant cette histoire, je m’appuierai sur un certain nombre
de sources, réparties sur 12 500 ans, dans l’espoir de valider mon hypothèse. S’il n’y
avait pas tous les étonnants parallèles entre tant de pièces du casse-tête totalement
déconnectées, j’aurais, moi aussi, beaucoup de difficulté à croire en cette histoire.
Ainsi, avec le même esprit optimiste que vous ressentez lorsque les lumières sont
tamisées et que la foule se calme avant un très grand film ou une extraordinaire
performance, je vous demande de suspendre votre jugement et votre incrédulitéjusqu’à ce que vous ayez terminé tout le livre, pour voir ensuite si pour vous tout cela
s’imbrique. Les implications de cette histoire vont bien au-delà de la question
à savoir si Edgar Cayce s’est réincarné ; nous allons discuter de la nature de la vie
elle-même et d’un cours d’événements qui, selon leur véracité, auront une incidence
sur chaque forme de vie sur notre planète au cours de la prochaine décennie [nous y
sommes déjà].
Il y a environ 70 ans [et même davantage], les prophéties d’Edgar Cayce ont peint
un portrait de quelques-unes des calamités des temps modernes. Dans l’un de ses
nombreux exemples, Cayce a dit : « … dans les rouages des activités des nations,
vous verrez se réduire la puissance des grands » et pour « ceux qui représentent…
des enseignants chez les hommes, la pourriture… sera portée à la lumière, et des
troubles et des discordes naîtront. » [Cayce, lecture 3976-15] Les faillites de
MCI/WorldCom et d’Enron, l’échec perpétuel de la campagne de guerre de
l’administration Bush en Irak, et les scandales sexuels de personnes occupant des
postes élevés au sein de l’Église pourraient constituer des exemples
d’accomplissements des prophéties de Cayce. Simultanément, nous observons une
augmentation continue de la conscience spirituelle, de la connexion empathique et de
personnes ordinaires qui tendent
le bras pour participer à la paix, la tolérance et l’amour. En effet, le monde se rétrécit
de plus en plus chaque jour. L’Internet fait sauter les barrières, et permet la
communication et la diffusion des nouvelles un peu partout dans le monde. Dans un
certain sens, nous, l’humanité, sommes en train d’écrire notre propre histoire. Avec
cette accélération des événements mondiaux et de la communication, peut-être
pouvons-nous commencer à saisir pour la première fois le mode d’interaction de nos
esprits et la manière
dont nous sommes tous connectés à ce que Ra appelle « la Loi de l’Unicité ». Même
les recherches scientifiques, comme le Global Consciousness Project[5], menées à la
Princeton University, nous prouvent que la conscience peut affecter ce qui semblerait
autrement des événements physiques tout à fait aléatoires et inanimés. Edgar Cayce
a dit très clairement qu’il existe un lien direct entre les catastrophes naturelles qui
peuvent s’abattre sur un secteur géographique donné et l’état de la conscience
collective partagée par ceux qui y vivent.
Les informations contenues dans ce livre proviennent de trois sources principales :
1. Ouvrages sur la vie de Cayce et sur les lectures effectuées par Edgar
Cayce lui-même. Cayce nous a donné beaucoup de détails concernant ses
propres vies antérieures ainsi que deux de ses vies futures. Il a établi sa
crédibilité par ses milliers de lectures, plusieurs d’entre elles ayant fourni de
nombreux diagnostics vérifiables sur la condition physique de certains de ses
clients ainsi que des prédictions pour l’avenir. Je m’appuie sur ces données
pour voir comment tout cela se concilie avec des informations provenant
d’autres sources.
2. Le site Internet de Wilcock et mon lien personnel avec Wilcock. Lescirconstances de sa propre vie ont conduit David Wilcock, souvent « à son
corps défendant », à la conclusion qu’il est la réincarnation d’Edgar Cayce. Il a
tiré ses informations de ses propres lectures psychiques, de correspondances
astrologiques incroyablement précises, de souvenirs de rêve de sa vie en tant
que Cayce, et plus encore. Et bien sûr, on ne peut passer sous silence la
ressemblance physique irréfutable. Nous nous servirons d’un peigne fin pour
explorer tous ces indicateurs et nous verrons comment ils correspondent à nos
autres sources.
3. La « réception télépathique en état de transe » aussi appelée canalisation
de L/L Research. Le matériau de Ra, accessible dans la série de la Loi de
l’Unicité[6], a été publié grâce aux travaux de L/L Research (Dr Don Elkins,
Carla Rueckert et Jim McCarty, avec Mme Rueckert en tant que canal, le
Dr Elkins comme interlocuteur, et M. McCarty comme scribe) au cours de la
période de 1981 à 1984. En lisant les cinq ouvrages, j’ai pris conscience que
j’étais en train de me connecter à une source de sagesse et de connaissances
concernant le fonctionnement d’un univers plus vaste, et cela, beaucoup plus
profondément qu’à travers tout ce à quoi j’avais précédemment été exposé. Ces
textes révélaient des informations sur des événements dans notre cosmos en
dehors de toute histoire enregistrée ou de preuves géologiques disponibles à
l’humanité.
La série du matériau de Ra/Loi de l’Unicité présente une perspective cosmique
globale des origines et du but de la vie. Elle contient d’autres pièces du casse-tête qui
concordent de façon étonnante avec les récits de Cayce et de Wilcock. Lorsque
Edgar Cayce donnait ses lectures, la voix qui parlait à travers lui s’était identifiée
comme la « Source ». Ma théorie, c’est que la source de Cayce ne constituait pas
une intervention isolée qui lui était particulière. En fait, si mes hypothèses sont
justement fondées, la Source de Cayce était son propre Soi supérieur qui fait partie
d’un groupe d’âmes qui s’est identifié comme Ra à travers Wilcock autant qu’à travers
L/L Research. En outre, il existe peut-être de nombreuses autres personnes
incarnées sur la planète dont le Soi supérieur fait partie du groupe Ra ou
possiblement d’autres groupes d’âmes. Le groupe Ra allègue avoir aidé l’humanité à
partir d’une autre dimension depuis des dizaines de milliers d’années. En raison de
leurs capacités uniques pour canaliser, Rueckert et Wilcock ont tous les deux été en
mesure de donner une voix à ce groupe.
Tandis que Wilcock avait finalement acquis la conviction qu’il était Cayce
réincarné et qu’il se préparait à faire une déclaration publique à ce sujet sur Internet, il
a pris conscience qu’il risquait d’être ridiculisé, bafoué et évité. Néanmoins, il a
rassemblé son
courage pour tenir tête à la résistance qu’il envisageait de rencontrer et il a publié son
histoire en créant son [premier] site Web,
www.ascension2000.com, en février 1999.L’enjeu véritable consiste à se faire un point d’honneur de réaliser sa propre Unité
pour alors l’empêcher de devenir quelque chose de plus qu’un simple passe-temps.
La réalisation de cette Unité vient seulement avec l’exploration des possibilités qu’elle
renferme, et ce processus même est, à tous points de vue, profondément impliqué
dans l’éveil de l’énergie de la force vitale au sein de la planète. En ces temps
modernes, comme vous les appelez, il est nécessaire de se concentrer entièrement
sur les énergies positives qui cherchent à
se manifester.
— Ra/Wilcock, citation inéditeChapitre
2
David Wilcock : d’universitaire à étudiant
interdimensionnel
Les circonstances du parcours de David Wilcock sont très pertinentes pour notre
présentation et pour les conclusions auxquelles nous aboutirons dans ce livre.
Certains considèrent peut-être Wilcock comme un égocentrique et le jugent avide des
feux de la rampe, mais il n’a jamais demandé aux gens de payer pour prendre
connaissance de ses lectures, de ses articles ou de ses cinq livres (tout cela
impliquant de nombreuses années de recherche quotidienne constante). Je l’ai
moimême observé qui sabotait de nombreuses possibilités de carrière, en toute
connaissance de cause, et il y est même presque arrivé avec le présent livre. Au
cours de la période où j’ai travaillé sur ce projet avec Wilcock, je l’ai aussi vu
confronté à d’immenses problèmes avec ceux qui font partie de son entourage
immédiat. Sa mission est devenue très réelle à ses yeux. Pour être efficace dans sa
mission, il lui faut parfois essayer de mettre de côté ses faiblesses humaines ;
malheureusement, les gens perçoivent trop souvent ces faiblesses et s’en servent
pour le juger et le discréditer. La personnalité de Wilcock à 30 ans (en 2003) [39 en
2012] est à peine capable de gérer sa mission, mais il ne dispose pas de temps
supplémentaire pour mûrir. Le message est trop important, trop urgent. Le temps
passe. Il est forcé de se montrer à la hauteur.
Certains croient que ses lectures sont issues de sa propre conscience et que,
dans son engouement pour Edgar Cayce, il se fait des illusions. Après avoir travaillé
sur ce projet avec Wilcock pendant deux ans, je peux témoigner personnellement que
rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. « La voix onirique » de Wilcock a
constamment démontré son pouvoir de prédiction, et ce n’est qu’après l’insistance
absolue de cette « voix onirique » que Wilcock a annoncé sa connexion avec Cayce.
Son estime de soi est constamment remise en question alors qu’il se sent dérisoire
dans l’ombre importante de Cayce. En prenant position, Wilcock a dû tenir tête à la
résistance d’un monde sceptique.
Même ceux qui sont certains qu’il est Cayce doutent de sa capacité à gérer la
reconnaissance mondiale. Pendant un certain temps, Wilcock a séjourné dans la
maison de Joseph Myers, expert reconnu de la réincarnation. En plus de nombreux
articles publiés, d’émissions de radio à travers tout le pays et d’une apparition à la
télévision nationale sur « PM Magazine », Myers a donné des conférences sur le
sujet dans une université métaphysique/spirituelle fondée par le Cayce Institute à
Virginia Beach. Son site Web www.reincarnation2002.com compare les portraits enphotos et en croquis de personnages célèbres tels que des présidents des États-Unis
d’une incarnation à l’autre, montrant de remarquables ressemblances physiques et
similitudes de caractère. Sur son site, Myers comparait des photographies de Wilcock
et de Cayce, mais il a fini par les enlever. Lorsque l’un des visiteurs du site Internet lui
en a demandé la raison (sur son forum public), voici ce qu’a répondu Myers :
Vous avez posé une question à laquelle il ne m’est pas facile de répondre.
Edgar Cayce a toujours eu beaucoup d’importance pour moi. Et je crois sans
réserve [que] David Wilcock est sa réincarnation. En fait, quand on considère
les éléments de preuve à l’appui, il n’existe pas d’exemple plus probant que le
sien. Ma femme, Mary, et moi-même avons vécu avec lui pendant plusieurs
mois pendant qu’il était en train d’écrire. La raison pour laquelle j’ai enlevé son
cas du site, c’est que j’ai acquis la conviction qu’il n’était pas encore dans son
intérêt fondamental d’essayer de gérer le fait d’être reconnu comme la
réincarnation de Cayce. — Joe Myers[7]
Dans ce livre, à mesure que l’on avance, on découvre divers aspects de la vie de
Wilcock qui y sont parsemés afin de toujours tenir compte de son côté humain. Tout
au long du livre, j’ai inclus des citations de Wilcock lui-même, tirées d’entrevues
téléphoniques ou de correspondance par courriel ; cela permet à certaines parties du
récit d’être présentées dans ses propres mots. L’extrait suivant documente la période
de sa sortie du collège jusqu’au moment où il
a commencé à faire des lectures à la demande de sa voix onirique. La voix subjective
est celle de David Wilcock.
En 1995, j’ai obtenu un diplôme de B.A. en psychologie de la State University
de New York, à New Paltz. Dans l’espoir de poursuivre mes études au Naropa
Institute à Boulder, au Colorado, sans trop de transition, j’ai tenté de m’inscrire
à leur programme de maîtrise en psychologie transpersonnelle. Pour me
rendre à la chaude et sèche ville de Boulder afin de rencontrer en personne le
personnel d’admission de Naropa, j’ai dû entreprendre, via Amtrak, un voyage
de deux jours et demi en train pendant lequel je n’ai pu dormir. Je leur ai fourni
une liste de 300 livres portant sur
la métaphysique et la spiritualité que j’avais lus au collège dans mes temps
libres, et j’étais très sérieux quand je leur
ai dit que je pouvais discuter du contenu de n’importe lequel des ouvrages de
la liste — mais ils n’ont jamais accepté le défi que je leur proposais. Une
semaine plus tard, on m’avisait par écrit et sans explication que j’étais refusé ;
mais il semblait que ma situation financière ait constitué un obstacle majeur.
Très déçu, je suis retourné à New York, à la maison de ma mère, à Scotia,
et j’ai occupé une série d’emplois temporaires éreintants et désagréables,
incluant une affectation dans une usine de production de fibre de verre. Avec
des fibres de verre incrustées dans tout mon visage, j’ai quitté l’emploi dès le
premier jour et je suis rentré à la maison ; là j’ai fait un rêve où plusieurs souris
de laboratoire transparentes étaient chauffées au four à micro-ondes jusqu’àce qu’elles deviennent une flaque de liquide — une métaphore qui décrivait
mes propres sentiments au sujet de la vie de mes rêves, c’est-à-dire la
perspective d’une merveilleuse expérience d’études supérieures à Boulder,
qui s’était dissoute en une réalité d’emplois éreintants dans des entrepôts et
des usines toxiques et dangereuses. La souris n’avait certainement pas trouvé
le fromage qu’elle cherchait.
Pendant mes emplois incroyablement déprimants, ma mère faisait
fortement et constamment pression sur moi pour que je parte de la maison et
que je commence ma propre vie. J’avais vécu sur le campus pendant mes
quatre années d’université, et le mode de vie autonome me faisait très peur.
J’avais entendu d’intarissables histoires d’étudiants qui, une fois qu’ils avaient
trouvé l’endroit où ils vivraient, survivaient en mangeant du pain, du beurre
d’arachide, des pâtes et de la sauce à spaghetti. Mais la pression de ma mère
s’est avérée plus forte que ma peur de vivre de façon autonome, et mes rêves
me conseillaient continuellement de retourner à la ville où j’avais fait mes
études universitaires. Alors, un jour, j’ai littéralement lancé tout ce que je
possédais dans ma nouvelle voiture usagée blanche à hayon, modèle 1988,
de marque Subaru, et je suis parti de Scotia pour retourner à New Paltz. J’ai
passé ma première semaine à dormir sur le plancher de la cuisine de mon ami
qui était musicien de jazz, Adam Makofske.
Le soir suivant mon arrivée, mon copain d’université Éric m’a trouvé un
emploi comme livreur pour la pizzeria My Hero, et j’ai bientôt emménagé dans
une pension de famille sur Innis Avenue, où neuf personnes partageaient un
seul réfrigérateur et où le loyer n’était que de 220 dollars par mois.
Après quelques mois de travail ardu, j’ai obtenu le premier d’une série
d’emplois en santé mentale, la profession que j’avais choisie. À ce stade, je
travaillais encore activement à obtenir un doctorat en psychologie, et les
stages constituaient le meilleur moyen d’y parvenir. Le meilleur endroit pour
commencer semblait le département de psychiatrie, et 7,35 dollars l’heure me
semblait un salaire suffisant — c’était, de loin, le salaire le plus élevé que j’aie
reçu de toute ma vie.
Après deux semaines et demie vivifiantes, déchirantes et très exigeantes,
où j’étais souvent très heureux d’être le seul à posséder les clés, j’ai été
spontanément congédié parce que j’étais « trop amical » avec les patients. Je
me suis effondré dans ma Subaru et j’ai sangloté dans le parc de
stationnement pendant plus d’une demi-heure, contemplant une dernière fois
la famille de cinq dindons sauvages en promenade, habituellement visibles du
balcon pour fumeurs des patients, leur seul aperçu quotidien de liberté. Je
sentais que tous mes rêves et toutes mes aspirations me glissaient entre les
doigts — c’était mon premier véritable internat depuis le centre d’appel offrant
de l’assistance aux personnes suicidaires à l’université, et je n’avais même
pas réussi à me rendre à la fin de la troisième semaine.
Chômeur, je suis rentré à la maison de mes parents, cherchant un peu de
temps pour me détendre et pour reprendre des forces au cours de la fête del’Action de grâce. Avant
d’arriver, je me suis arrêté dans une librairie à Albany, où
j’ai été fortement poussé à acheter le livre From Elsewhere
du Dr Scott Mandelker[8]. J’ai aussi parcouru un exemplaire du livre III de la
série La Loi de l’Unicité[9]. À cette époque, le matériel de La Loi de l’Unicité ne
m’attirait pas — cela me semblait très complexe, mystérieux et chargé d’un
jargon spécifique ; alors je l’ai remis sur l’étagère. J’ignorais à quel point il
aurait de l’importance pour moi.
L’ouvrage de Mandelker a provoqué chez moi une profonde prise de
conscience ; il présentait l’idée que les âmes des personnes sur Terre peuvent
provenir de diverses origines, et que certaines d’entre elles sont de nature
angélique ou extraterrestre. Ces soi-disant « vagabonds » s’étaient portés
volontaires pour venir ici, il y a peut-être des milliers d’années, et, après avoir
traversé une série de vies humaines emprisonnées dans le modèle de
réincarnation terrestre, ils avaient depuis longtemps oublié que c’était le
résultat de ce qu’ils avaient choisi. Quelque 100 millions d’entre eux, soit
1 personne sur 60, étaient venus sur Terre pour essayer d’aider l’humanité
pendant cette période cruciale de son évolution. Leurs vibrations originelles
étaient, dans la plupart des cas, nettement plus avancées que celles de
l’humanité sur le plan de l’évolution en temps linéaire.
J’étais très intrigué par la possibilité d’être moi-même un « vagabond »,
mais il me fallait une preuve. J’ai rendu visite à mon vieil ami Jude Goldman,
qui m’a recommandé de faire l’essai de « l’écriture automatique » pour obtenir
un message d’un esprit. Une fois que j’ai eu suffisamment approfondi la
méditation, une force a semblé prendre possession de mon bras qui écrivait,
et j’ai griffonné une série de caractères sur le papier, sans avoir aucun
contrôle sur le processus. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’un passage de la
Bible, à savoir
l’Ecclésiaste 2 : 22 à 3 : 13. Je n’avais jamais étudié la Bible de façon
consciente, mais il semblait qu’une partie de moi en possédait une grande
connaissance.
Quand j’ai finalement trouvé la bible à la couverture noire délavée dans
l’obscurité de la fin de soirée, les premiers mots que j’ai lus étaient : « Que
reste-t-il pour cet homme de tout son travail et de tout l’effort personnel qu’il
aura fait, lui, sous le soleil ? Cela aussi est vanité. » Et le passage cité finissait
avec la phrase : « Et puis tout homme qui mange et boit et goûte au bonheur
en tout son travail, cela c’est un don de Dieu. » Le passage s’adressait
directement au problème qui venait tout juste de m’advenir — la perte de mon
travail en santé mentale et mon désir de poursuivre des études supérieures —
et disait essentiellement que c’était « sans importance », et que ce qui
comptait, c’était de trouver quelque chose qui me fasse plaisir et qui paye mes
factures.
Mes vacances de l’Action de grâce ont finalement pris fin. Je suis retourné
à New Paltz et j’ai obtenu mon premier emploi avec des personnes souffrant
de déficience intellectuelle. C’était dans un centre de traitement de jour, et jegagnais un malheureux 5,77 dollars l’heure pour un travail très sérieux. En
raison de mes antécédents en psychologie, j’avais été affecté à la zone la plus
difficile du centre — les « chambres de comportement » ; à cet endroit, le
travail ressemblait plus à celui d’un arbitre qu’à celui d’un instructeur.
Au mois de janvier suivant, j’ai de nouveau connu des moments très
difficiles. Cette fois-ci, il s’agissait d’une facture de téléphone beaucoup plus
élevée que ce que je pouvais payer avec mon emploi peu rémunéré. Je
sentais que ma question « Suis-je un vagabond ? » avait reçu une réponse
dramatique il y avait seulement quelques mois mais, même si dans mon
esprit, je savais que j’étais un vagabond, je me sentais encore aliéné, et le
sentiment d’être séparé de Dieu brûlait dans mon âme. J’ai demandé une
réponse de la manière la plus ouverte et la plus spectaculaire que possible : «
Si je suis vraiment un vagabond, alors j’ai besoin d’une preuve, et j’en ai
besoin immédiatement. » Rien ne sembla se passer ce soir-là, et je suis allé
au lit, bien avant que mon colocataire Éric ne rentre à la maison après son
travail comme livreur de pizza.
Je n’imaginais pas recevoir une réponse à ma question le lendemain
matin. Même s’il ne savait aucunement que j’avais prié pour recevoir une
réponse la nuit précédente, Éric a fait un rêve dans lequel j’étais présent. Dans
le rêve, un homme barbu et vêtu d’une robe avait émergé d’un OVNI sur une
plateforme circulaire et avait raconté que la Terre était en train de se
transformer en paradis, et il disait faire partie d’un groupe de nos « frères »
perdus depuis longtemps qui étaient ici pour nous aider. Dans le rêve d’Éric, je
me suis approché de l’homme et, soudainement, nous avons eu l’air de nous
connaître mutuellement. L’homme a passé son bras autour de mon épaule, il a
regardé Éric et, avec une expression sérieuse sur son visage, il a dit : « Il est
très important que vous sachiez qu’il est l’un d’entre nous. » J’ai pris
cette phrase comme une confirmation de mon statut de vagabond.
Le livre du Dr Mandelker mettait bien en évidence la série de la Loi de
l’Unicité[10], et, après la suggestion puissante du rêve, j’ai décidé que c’était
vraiment une bonne idée de suivre la recommandation de Mandelker et
d’étudier les paroles de Ra/Loi de l’Unicité. Je me suis donc immergé dans
cette étude à partir de janvier 1996. Puis, en novembre 1996, presque
exactement un an après mon expérience d’écriture automatique, j’ai obtenu
mon propre contact intuitif avec ma « voix onirique » ou « soi supérieur ».
J’ai ensuite passé une année entière, sur une base quotidienne et en privé,
à développer une relation de travail avec ma voix onirique, source de conseils,
en même temps que je travaillais dans une longue série d’emplois peu
rémunérés — surtout dans les soins aux personnes souffrant de déficience
intellectuelle. Les lectures ont comparé le fait que j’occupais ces emplois en
santé mentale à l’idée de refaire des études secondaires, alors que ce n’était
nullement nécessaire. Les lectures ont apaisé mes sentiments d’échec par
rapport à mes études en me disant : « Tu portes le chapeau et la toge… Nous
sommes pacifiques et nous sommes titulaires d’un doctorat. » C’était unebonne chose de quitter le domaine de la santé mentale, car je n’aurais plus
besoin de formation universitaire ; j’étais maintenant un apprenti à temps plein
en compagnie d’êtres d’intelligence supérieure qui étaient en train de
transformer ma façon de manger, de faire de l’exercice, d’exercer un jugement
sur moi-même et sur les autres, et de concevoir la science, la conscience et la
nature de l’univers. J’obtiendrais mon doctorat, mais dans un domaine
qu’aucune institution terrestre ne pouvait me fournir.
Après avoir décidé de quitter le domaine de la santé mentale, ma voix
onirique m’a guidé précisément sur
la façon d’obtenir un emploi extraordinaire à Mohonk Mountain House, un
hôtel de luxe cinq étoiles absolument à couper le souffle et situé à proximité.
Pendant la journée, je serais un personnage public posé, sobre et
compatissant chargé des réservations téléphoniques, alors que le soir je lirais
tout ce que je pouvais sur les OVNIS, la métaphysique, les civilisations
anciennes et la Loi de l’Unicité. Et surtout, chaque matin je m’éveillerais à un
autre dialogue conscient avec ma voix onirique. J’ai ainsi reçu de nombreuses
prophéties étonnantes concernant des événements personnels et mondiaux,
ainsi que de magnifiques torrents d’informations poétiques et intuitives.
Parmi les nombreuses prophéties personnelles, au début de 1997, alors
que je travaillais encore en santé mentale, ma voix onirique m’a dit que mon
colocataire Éric « serait
heureux de savoir que son chèque de prêt étudiant pour New Paltz était arrivé
». Cette annonce semblait n’avoir aucun rapport avec la situation, car Éric
avait déjà obtenu son diplôme de New Paltz et il était parti à l’Université
d’Albany pour entreprendre des études supérieures. Cependant, environ un
mois plus tard, le bureau de l’économe de New Paltz a été rénové et, en
déplaçant un classeur, on a trouvé une lettre adressée à Éric. À l’intérieur de
l’enveloppe, il y avait un chèque non encaissé de Stafford Loan, au montant
de 900 dollars, au nom d’Éric. Le chèque était encore valide. Éric s’est assuré
que je sois assis avant de me donner les nouvelles.
Grâce à l’étude et à la mise en pratique des concepts de l’œuvre de
William Buhlman, Adventures Beyond the Body[11], j’ai perfectionné l’art du
voyage hors du corps durant l’été de 1997, tout en travaillant au somptueux
Mohonk Mountain House. Cela m’a conduit à des rencontres directes avec des
êtres « de l’autre côté ». Ceux-ci m’ont dit avec un grand sérieux : « Vous
savez que vous devez déménager, n’est-ce pas ? » Une lecture qui m’était
arrivée juste avant disait : « Attachez votre chapeau parachute ; la Virginie
serait une destination agréable. »
De fait, j’avais déjà envisagé un déménagement à Virginia Beach, étant
donné que l’Association for Research and Enlightenment, ou A.R.E., possédait
la seule université sur toute la côte Est où il était possible d’étudier des sujets
métaphysiques pouvant mener à un diplôme de maîtrise en psychologie
transpersonnelle. Incidemment, c’était aussi une université fondée par Edgar
Cayce entre la fin des années 1920 et le début des années 1930. Toutefois,
j’avais pour le moment un excellent travail dans un lieu de villégiature haut degamme, avec ses magnifiques chambres victoriennes, ses salons et ses
vérandas, et plus de 2 000 km de sentiers de randonnée — une destination de
choix pour certaines des personnes les plus riches au monde, au bord d’un lac
dans les montagnes Shawangunk. Bien que mon rendement au poste de
commis fût plutôt mauvais, j’enregistrais plus de réservations que n’importe
qui d’autre dans le service. Je récitais continuellement les avantages
concernant la guérison spirituelle dans un tel écrin de verdure, et je n’avais
pas l’intention de partir.
Mais peu de temps après avoir reçu ces conseils me suggérant de
déménager, toute ma vie à New York a commencé à se désagréger.
Spontanément, ma logeuse m’a demandé de signer un engagement légal d’un
an, Mohonk m’a mis à pied pour la saison avec la possibilité de travailler à la
réception téléphonique pendant l’hiver, et mon amitié avec une femme
nommée Angelica s’est complètement effondrée.
Avec à peu près 700 dollars en poche, j’ai fait des arrangements pour mon
pèlerinage à Virginia Beach. Peu de temps après mon arrivée, plusieurs
membres de l’A.R.E. (dont au moins deux membres du personnel de haut
rang) m’ont reconnu comme étant le portrait craché du jeune Edgar Cayce, et
j’ai presque osé me demander si c’était possible. J’ai interrogé ma voix
onirique en novembre de l’année 1997, concernant ma relation avec Cayce, et
on m’a dit que j’étais la réincarnation d’Edgar Cayce. Pendant cette
remarquable séance, on m’a dit que je devais livrer un message urgent à
l’humanité. On m’a demandé de faire valoir ma connexion avec Cayce comme
moyen d’attirer l’attention et de répandre le message.
Il convient de noter que cette connexion avec Cayce n’était pas une identité que
Wilcock souhaitait divulguer. À cette époque, il n’avait jamais même pensé que les
paroles qu’il rapportait de ce côté chaque matin seraient partagées avec d’autres.
Pourtant, sa voix onirique avait précisé à Wilcock que, parmi beaucoup d’autres
sujets, il était destiné à communiquer la signification ésotérique des prophéties de
Jésus concernant l’ascension et l’enlèvement, ainsi que la transition de la planète
Terre de la troisième à la quatrième densité. On lui avait dit que ce processus était
déjà en cours et qu’il allait aboutir dans un avenir très proche. Inutile de dire que
Wilcock est
entré dans un état de choc et d’incrédulité. Il a commencé une étude approfondie des
lectures d’Edgar Cayce et il a même fait connaissance avec certains de ceux qui
vivaient encore et qui avaient été liés à Cayce de son vivant.
Non seulement a-t-on demandé à David de valider sa connexion à Cayce, mais il
a été chargé par sa voix onirique de compiler ses recherches métaphysiques.
L’objectif était de fournir des preuves scientifiques pour appuyer ses prophéties
canalisées concernant la transformation imminente de la Terre et de ses habitants.
Bien que les travaux d’Edgar Cayce aient eu un impact sur l’humanité, et que des
millions de personnes aient été convaincues de la réalité de la réincarnation et des
autres dimensions, il n’y avait aucune manière d’expliquer le phénomène de sespouvoirs de manière scientifique. Pourtant, Cayce avait lui-même prédit qu’à l’avenir
il pourrait y avoir vérification scientifique de la spiritualité. Dans une lecture faite en
1939[12], on avait demandé à Cayce s’il serait un jour possible de prouver des
phénomènes psychiques et spirituels par des moyens scientifiques, c’est-à-dire que
de tels phénomènes puissent être mesurés par des instruments et prouvés
mathématiquement. La Source de Cayce avait répondu à cette question avec un « oui
» définitif et avait déclaré que, lorsque l’on montrerait le même intérêt pour les
phénomènes spirituels que celui que l’on accorde à des phénomènes matériels, ils
deviendraient alors aussi « mesur-ables » que toute autre phase de l’expérience
humaine.
David Wilcock estime que la validation scientifique des phénomènes spirituels
auxquels se réfère Cayce existe de nos jours. En plus de la sagesse canalisée que
Wilcock propose, il a librement publié en ligne sa série de livres Convergence[13],
dans laquelle il compile et explique ces données scientifiques actuelles. Il estime que
ces données peuvent appuyer scientifiquement le changement dimensionnel prédit,
de même qu’expliquer les miracles de Cayce. En outre, dans le cadre de cette
nouvelle science, Wilcock croit que les technologies telles que l’énergie « libre »,
l’antigravité, la propulsion dépassant la vitesse de la lumière et la téléportation sont
possibles, et cela, en utilisant des matériaux existants et disponibles sur Terre.
En outre, Wilcock offre une explication scientifique de la signification spirituelle de
la géométrie des pyramides. À mesure que notre histoire se déroule, nous allons
prouver que Wilcock lui-même, dans une vie antérieure en tant que Ra-Ta, a en fait
contribué à créer la grande pyramide de Gizeh, et que maintenant dans cette vie, en
tant que David Wilcock, il est en train de révéler la science derrière le pouvoir de la
pyramide.
En 1939, on était loin d’être convaincus que Cayce pouvait revenir pour accomplir
la prophétie même qu’il avait faite ce jour-là lors de la lecture pour le client numéro
2012. Chose curieuse, cette lecture porte la date de la fin du calendrier maya et
l’année où le changement dimensionnel atteindra son point culminant.Le corps physique n’est qu’une extension de l’esprit. Quand le temps sera venu où
ceux de votre plan seront appelés vers des fréquences plus élevées, votre corps
physique fera partie du passé, et votre corps énergétique fera partie de l’avenir.
— Ra/Wilcock, 12 août 1999Chapitre
3
Bainbridge, Cayce, Wilcock : âme commune, corps
distincts
Ce chapitre et le suivant poursuivent la présentation de David Wilcock et comparent
sa manifestation avec celle de Cayce. Nous verrons comment sa personnalité
actuelle pourrait constituer la prochaine étape dans l’évolution de ses deux vies
antérieures dans la personne de John Bainbridge, alcoolique, coureur de jupons et «
vaurien », et celle du « voyant hors saison », Edgar Cayce. Wilcock n’est
certainement pas en train de se cacher, attendant que le monde le reconnaisse et lui
rende les honneurs revenant à Cayce. Il se fraie son propre chemin et gagne une
reconnaissance de plus en plus importante grâce à ses réalisations.
L’image classique du vieux Edgar Cayce, avec ses doux yeux aimants et son
caractère affable, est familière à presque tous ceux qui ont étudié la spiritualité du
Nouvel Âge et la métaphysique. On prétend généralement que Cayce était une
personne très simple avec des pouvoirs inhabituels. D’autre part, certains voient
David Wilcock comme un être brillant, fier, inhibé et agressif qui souffre d’insécurité.
En se positionnant comme la réincarnation d’Edgar Cayce, Wilcock doit souvent
endurer beaucoup de scepticisme, et il apparaît parfois sur la défensive. Son site est
truffé de déclarations comme : « Voici la véritable capacité psychique en action. » Ou
encore : « Ce rêve était si évidemment étonnant qu’il était nécessaire de le publier le
plus tôt possible. »
Est-il possible que le doux et réservé Cayce se soit vraiment réincarné en Wilcock
? En étudiant la vie de Cayce, j’ai appris des choses assez surprenantes sur ses
rouages internes. Derrière sa nature calme et tranquille, il y avait de la frustration et
de l’insécurité. Selon Harmon Bro, dans A Seer Out of Season, l’ombre de la vie de
Bainbridge sur celle de Cayce lui pesait lourdement et, s’il n’avait pas tenu ses
passions en échec, il aurait pu mettre en péril sa capacité d’effectuer des lectures. En
fait, Cayce semblait devoir rassembler toute sa volonté pour demeurer concentré et
accomplir quoi que ce soit :
Sa propre personnalité était un champ de bataille, mais on pouvait dire la
même chose de toutes les personnalités qui l’entouraient dans la vie
quotidienne… Il savait qu’il n’était pas un saint. Il ne pouvait servir de modèle
pour un idéal de vie spirituelle. Au mieux, il pourrait être considéré comme un
guerrier qui combattait l’obscurité en lui-même aussi longtemps qu’il le
pouvait. Il savait très bien que cela ne serait pas suffisant pour beaucoup de