Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La saison des frissons

De
152 pages
Le plus souvent, les frissons sont plutôt de mauvais augure. Or, il y a des frissons qui prouvent au contraire que nous sommes bien vivants. Ces "frissons" que nous scrutons et développons en suivant pas à pas les chemins de Geneviève, Charles M., Isabelle et Bibi le petit chien, ce sont des émotions qui se prolongent, se partagent, se racontent... Voici, sous le signe des "Frissons", un éventail de textes qui leur donnent la parole avec une vibrante originalité.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

  erigyn eLsulpuos tnevez n, ch leous er s stêni,suhamri fes lsos onssôtulp tnuam ed tru.eO ,ravsia gudes fris il y a orp nevusnosiuq aitr qreaut on cseb osmmuo seun Ces nts.vivaien euq » snossirf « enstoruscs ou nius tnavsap p à dét loveonppens  eeenivvè,eC ahas les chemins dbi te etep el i., esrlllbesa  smé tedsnq tooihienit c son, cegeta, ntse, ar pnolotnegs iurp eus le sioici, soettn...esr canoaintve éun,  »nsossir « sed eng la nent donleuruq iet st e led .«télir eusion,egu el trepe le aparoune vec naetivrbigano ir lntdoe e.ute  Ltuoduq eov ip suen vérités et covnciitno,sr seesdner iuq etuod et ai fete adal m ncaemu c moerdne, lièvrde fcès aD» esneidi .uleCoe tt Mdetorrep raierfsiosnnirus insl à un vofsiuq el seq euet rvit  chaevituuq eri egap eny gnriero cmeaiuq i aocsncaérd olette Derigny,  rus selngilC.seeu yse os pt eneur autst lé, eaFrrua lnaP- eeJtréâthe  dmeomhl à segarvuo xuedun motl suft  éuo«  uo rltéulan pesoirgrs cèi ,sed ed xueici,uit oursle to,ssem ld a  uceanssainncoa  liv ecruos al ed ivi de L... » suun e »ed« cnno rmaa  ltefêl atta ,n  1 nidd/721500/7:34   1
a sa
L
Nouvelles
Colette D
issons
ison des fr
evq uleel irivlégie  lémotioaLnias  nos sedisfrnssoRIDEY.GN
           
 
LA SAISON DES FRISSONS
 
                                                                                                         
 
Colette DERIGNY       LA SAISON DES FRISSONS
 Nouvelles
 
 
 
                                                                                                              © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96722-9 EAN : 9782296967229  
   PROLOGUE
      MES PREMIERS FRISSONS...  C'était un après-midi de l'enfance, j'accompagnais au lavoir, à la lisière de notre quartier, une voisine lavandière.  Pendant qu'elle s'installait à genoux afin d'étaler son linge et le battre gaiement, je marchais aux alentours, je découvrais une futaie.  Le soleil jouait à cache-cache avec les hauts feuillages, je levais les yeux, les rayons semblaient me faire des clins d'il, je m'immobilisais.  Soudain, au-dessus de moi, mille et une feuilles se sont mises à vibrer, à les voir pareilles à des toupies argentées, à les entendre comme une vague onduleuse sous l'effet du vent, je me sentis transportée, tellement en harmonie, je soupirais de contentement.  
 
 5
Je n'étais plus seule à « frissonner » au moindre souffle. Je regardais comme un ami, l'arbre bruissant et frissonnant, si grand, si droit, si beau, je souriais de plaisir.  J'appris bien plus tard que ce peuplier se nommait  le tremble. Depuis ce jour, je le salue de loin, avec joie, le reconnaissant entre tous. « Ah ! Un tremble. » au grand étonnement de mes proches « Comment le sais-tu, toi, la citadine qui ignore la nature ! » Je n'oublierai jamais notre mutuel frissonnement de vie.  C'est vrai, chez nous - les êtres humains -les frissons sont plutôt de mauvaise augure. « J'ai des frissons donc je suis souffrant. » Nous fronçons les sourcils, nous baissons la tête imaginant venir le mal.  Or, il y a des frissons qui prouvent au contraire que nous sommes bien vivants. Ces frissons que nous évoquons ici, ce sont des émotions qui se prolongent, se partagent, se racontent...  A vivre.
 
 6
 
 
 
 
 
 LA SAISON DES FRISSONS
 
 
 
     Ce matin-là, Geneviève est plongée dans sa lecture de presse  lecture rapide de documentaliste expérimentée. Elle n'a pas une minute à perdre, elle doit viser les deux piles de quotidiens et newsmagazines, son lot du lundi avant la réunion de rédaction de midi.  L'il vif, la main assurée, elle coche les articles intéressants qui seront découpés et archivés. Isolée dans un étroit bureau vitré, elle paraît vivre dans un aquarium. On la remarque de loin  petite brune au teint clair, enveloppée d'une écharpe rouge orangée qu'elle affectionne. Lorsqu'elle lève les yeux, elle a l'avantage de voir aller et venir toutes les collaboratrices de son service.  Ah ! Que les journaux sont copieux ce lundi. Un café serait bienvenu... Mais elle n'ira pas au fond du couloir jusqu'à la machine à boissons. Elle tiendra jusqu'au passage d'Ivan, le gardien de la maison, l'homme de tous les petits et grands services  véritable horloge ambulante qui vient tous les jours à onze heures, lui déposer le courrier.  Depuis que le directeur-fondateur a pris sa retraite, il ne reste que lui, Ivan, pour raconter les premières heures héroïques du Journal né de la Résistance. Jeune rescapé de sa Pologne natale, il est entré ici d'abord comme cycliste puis il y a consacré toute sa vie. Il fait penser à ces vieux serviteurs
 
 9