LA SEANCE

De
Publié par

David, rongé par la culpabilité, et ses amis sont acculés, livrés à eux-mêmes. Fabien est possédé, ils en sont convaincus. Par qui? Ils n'en savent encore rien, ni même les desseins de cet esprit retors et pervers. Après avoir longuement tergiversé et débattu, ils ne voient qu'une seule alternative pour délivrer leur camarade: l'exorciser. Malgré le risque de le tuer, ils tenteront le rite. Et si ça ne fonctionnait pas? Qu'adviendrait-il d'eux? Et Fabien? Comment évoluerait-il? Comment cacher plus longtemps son état aux autres colons qui risquent de mourir à tout moment sans même s'en douter?
Publié le : vendredi 3 octobre 2008
Lecture(s) : 61
EAN13 : 9782304010046
Nombre de pages : 475
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
La séance
3
Titre Jean-Baptiste Leblanc
La séance Tome 2: L'exorcisme
Roman fantastique
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01004-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304010046 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01005-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304010053 (livre numérique)
6
8
Chapitre cinq : L’exorcisme
L’EXORCISME
Vu l’heure tardive à laquelle se couchaient les colons le samedi soir, le dimanche matin, les règles différaient des jours de la semaine. Lever à neuf heures. Petit-déjeuner trente minutes plus tard et ensuite quartier libre pour tout le monde jusque midi. Les yeux bouffis par le sommeil, la tête en-gourdie, David tourna la tête vers le lit voisin. Vide et impeccablement fait. Déjà. Quelle heure était-il ? Huit heures cinquante. Le reste de la soirée s’était superbement dé-roulée. Ils se détendirent en toute fin, s’amusant même. Ces quelques instants de répit leur firent du bien. Il se revit embrasser Caroline sur le pa-lier avant de la quitter pour la nuit. Il s’assit sur son lit et à peine ses pieds tou-chèrent le plancher que déjà ses pensées convergèrent vers Fabien. Pouvait-il encore l’appeler ainsi ? Les heures à venir et la nuit s’annonçaient décisives. Et s’il connaissait leurs intentions et avait déjà tout prévu pour les dé-
9
La séance
jouer ? David secoua la tête en se disant que cette journée allait être très longue lorsque, son regard se fixa sur un morceau d’étoffe qui dé-passait de sous son oreiller. Blanc à motifs à fleurs. Aussitôt sa gorge se noua et son cœur reprit un rythme qu’il connaissait que trop bien ses derniers temps. Il savait où il avait déjà vu ce morceau de tissus. Il vit sa main approcher de l’oreiller. Il vivait la scène comme détaché de son corps, comme s’il n’était que spectateur. Ses doigts saisir le tissu, il en ressentit le contact. Frais et épais. Et il tira dessus pour dévoiler une petite culotte féminine à motifs. Le slip qu’il avait découvert dans le tiroir du chevet de Fabien. Et il le revoyait tomber au sol. Et il se revoyait quitter la pièce sans le ran-ger. Fabien savait qu’il avait visité son antre. Il lâcha la culotte en étouffant un cri. Des larmes lui montèrent aux yeux. IL était venu, dans sa chambre, pendant son sommeil. IL l’avait observé sûrement avant d’y glisser ce slip sous son oreiller. Combien de temps ? Sans qu’il s’aperçoive de rien. Il avait été à sa merci, IL aurait pu tout lui faire subir. Et Jef ? S’était-il rendu compte de quelque chose ? Son absence avait-elle un rapport avec ça ? L’avait-il tué ?
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.