LA SEANCE

De
Publié par

En situation désespérée. Des jeux d'adolescents aux pratiques d'exorcisme. Au terme de deux rencontres décisives, David et ses amis connaissent l'identité de celui qui possède Fabien ainsi que ses noirs projets. Et ça dépasse tout ce qu'ils avaient pu imaginer, au-delà même de l'entendement. La nuit qui les attend, certainement la dernière qu'ils passeront ensemble, s'annonce décisive, ils le savent. Pour Fabien. Pour les autres colons, en danger, et qui ne soupçonnent même pas ce qui se trame au sein de la colonie. Pour eux. Pour leur future vie d'adulte. Une fois encore, ils ne sont pas préparés à ce qu'ils s'apprêtent de vivre.
Publié le : mardi 4 mars 2008
Lecture(s) : 139
EAN13 : 9782304011425
Nombre de pages : 361
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
La séance
3
Titre Jean-Baptiste Leblanc
La séance Tome 3: nuit d'horreurs
Roman fantastique
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01142-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304011425 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01143-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304011432 (livre numérique)
6
.
.
8
IMPRÉVUS
Lorsque Maria les eut rejoints, ils prirent la direction de la colonie à un pas cadencé, proche de la marche commando. Ils étaient très en re-tard. Ils s’apprêtaient à vivre la nuit la plus impor-tante de toute leur existence, ils le savaient. La nuit qui prédisposerait ensuite de leur avenir à tous, qui influerait sur leurs décisions et leurs vies futures. Guillaume se sentait bien moins fringant que les jours précédents. Son imagination ne parve-nait pas à s’emballer comme autrefois et pour-tant il en avait grand besoin. Pour recouvrer un peu de courage et faire reculer la peur vers des contrées lointaines. Il n’arrivait pas à se voir en chevalier doté de muscles puissants, d’un glaive gigantesque et d’un bouclier étincelant repré-sentant la pureté et le Bien alors qu’il s’apprêtait à pénétrer dans l’antre du sorcier maléfique, en-touré de ses fidèles compagnons. Ils progres-saient bravement, se préparaient à guerroyer contre des hordes de trolls puants, de gnomes
9
La séance
difformes et de squelettes sanguinaires aux abords du domaine, les empêchant d’approcher le tyran. Caroline regardait les dernières mouettes étrangement silencieuses qui tournoyaient une dernière fois dans le ciel qui gagnait en noir-ceur. Elle s’étonna même d’en rencontrer en-core à cette heure. Elle se concentrait sur ces oiseaux, se raccrochant à ces gestes et cette vi-sion anodins, pour garder pieds dans une réalité de plus en plus étrange. Elle flottait dans des eaux obscures, où la vérité n’était plus ce qu’elle devait être, où des concepts établis, des référen-ces ne l’étaient plus, où le Mal apparaissait comme très puissant, plus fort que tout, où la peur n’était plus que l’unique sentiment, où la frontière entre le rationnel et l’irrationnel deve-nait floue, où tout était envisageable. Tout au-tour d’elle prenait des allures terrifiantes, la folie la guettait, elle n’arrivait plus à raisonner, elle sentait qu’elle ne tiendrait pas des propos cohé-rents si elle prenait la parole, les mots du clo-chard s’entrechoquaient encore dans sa tête, se mélangeaient, donnaient au discours un fond encore plus incompréhensible. Scruter les mouettes et ne penser à rien d’autre ! Mais les mouettes ont-elles un sexe ? S’en servent-elles pour dominer l’autre ? Comment s’organise la hié-rarchie chez eux ? On s’en fout ! On s’en fout !
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Santé !

de l-atelier-mosesu

La ligne de sang

de editions-gallimard

Montedidio

de editions-gallimard